chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017

Live report

The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017 Beyond Creation + Disentomb + Dying Fetus + Psycroptic
Le 09 Novembre 2017 à Paris, France (Petit Bain)
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017. Voilà le nom de cette tournée européenne qui réunit DYING FETUS, PSYCROPTIC, BEYOND CREATION et DISENTOMB. Autant vous dire que la punition s’annonçait sévère pour les quelques heureux ayant réussis à gratter une place en temps et en heure. Car oui, le concert de ce jeudi soir organisé par Garmonbozia était complet et cela depuis déjà quelques jours.

J’arrive au Petit Bain quelques minutes avant le début annoncé des hostilités (19h00). La salle n’est pas encore tout à fait pleine mais il y a déjà du monde pour assister au premier concert parisien des Australiens de DISENTOMB. J’avais volontairement choisi d’ignorer le groupe lors du dernier Netherlands Deathfest et comptais ainsi sur cette venue pour pouvoir me rattraper et donc enfin les découvrir. Car malgré un artwork bien cool, je n’ai toujours pas écouté Misery pourtant sorti il y a déjà trois ans sur New Standard Elite Records.
Alors que sur l’écran digital situé tout au fond de la salle s’affiche le logo des Australiens, ces derniers sortent des loges et prennent place sur une scène relativement réduite. En effet, la batterie de Trey Williams étant déjà installée, le kit d’Henri Sison se retrouve bien plus en avant, empiétant ainsi sur l’espace d’un Jordan James qui malgré son gabarit n’aura néanmoins aucun mal pour arpenter la scène et taper ses poses de hurleur. Sans perdre de temps, le groupe de Brisbane rentre dans le vif du sujet avec un Brutal Death sombre et moderne de plutôt bonne facture. Comme je l’ai déjà dit, je ne connais rien du groupe et même si je m’attendais à quelque chose de plus « core », je vais finalement assez vite me laisser attraper par la formule des Australiens. Certes, le growl de M. James manque un peu de relief et les compositions ne sont pas parmi les plus originales qui soit mais le son puissant et limpide, la qualité d’exécution ainsi que l’efficacité de chaque titre vont très vite rendre le set de DISENTOMB tout à fait agréable. Il faut dire que le groupe qui est content d’être là (apparemment, les parisiennes leur ont plu) a le sens du rythme et sais caler des breaks assassins là où il faut suivis naturellement par des accélérations à perdre haleine. Le public ne s’y trompe pas et commence à s’agiter dans une fosse désormais bien remplie (Jordan James ne manquera pas d’invectiver le public en demandant à plusieurs reprise de faire le signe des cornes (je me sens presque ridicule à l’écrire)). Le groupe qui n’a rien sorti de nouveau depuis 2014 et l’album Misery va également s’acquitter d’un nouveau titre. Pas de changements à l’horizon mais les amateurs seront contents de savoir que le groupe ne semble pas avoir perdu de son efficacité. Le groupe tire sa révérence après 30/35 minutes de show devant un public bien chauffé en précisant qu’ils seront de retour l’année prochaine en compagnie de Carnifex. Moi qui pensais ne pas me presser pour arriver au Petit Bain, je me félicite finalement d’être arrivé à l’heure et d’avoir pu assister au concert des Australiens. Une entrée en matière plutôt convaincante en attendant le plat principal.

La suite se fera avec les Canadiens de BEYOND CREATION que je découvrais également ce soir après des années à voir les pochettes des albums The Aura et Earthborn Evolution passer sous mes yeux. Bon, pour être honnête, je ne suis pas sûr que ce fût le meilleur endroit pour découvrir leur Death Metal technique et progressif mais cette première rencontre n’en fût pas moins intéressante pour autant. En effet, déjà parce que c’est quand même cool de pouvoir être face à un groupe qui sait jouer de ses instruments (j’apprendrais plus tard, en rédigeant ces quelques lignes à vrai dire, que le batteur n’est autre que celui qui officie au sein de Chthe'ilist). Bon, leurs guitares à 28 cordes et sans têtes (que c’est moche) probablement sorties du même luthier m’ont visuellement posé problème tout au long de ces quarante minutes mais le groupe maîtrise son sujet ce qui assurément fait plaisir à voir et à entendre (défilé de notes dans tous les sens, taping et autres techniques que je ne maitrise pas). Ensuite parce que leurs compositions, même si elles sont un peu hermétiques pour un non-initié comme moi, possèdent quand même un délicieux feeling mélodique rappelant certains groupes des années 90 (Cynic, Death, Pestilence...). Et comme j’en pince beaucoup pour ces années-là, forcément je me suis prêté au jeu. Enfin, comment résister à cet accent et à un groupe qui appelle ses chansons des "tunes" ou des "pièces" ? Bon, je n’ai pas réussi à rentrer dedans à 100% mais la prestation de BEYOND CREATION m’a quand même donné envie de m’y intéresser. Après six morceaux dont un The Aura que les connaisseurs n’attendaient vraisemblablement pas à en juger par leurs réactions, le groupe s’en va retrouver ses pénates content d’être passé par-là et avec la satisfaction d’un travail bien fait. Pour ma part, on ne peut pas dire que j’ai beaucoup transpiré mais j’ai trouvé leur musique très intéressante et finalement assez captivante. A approfondir sur disque donc.

Ayant lâché PSYCROPTIC après (Ob)servant, la suite se fera à l’extérieur en ce qui me concerne. Je rentrerais tout de même à temps pour entendre (plus que voir) deux anciens morceaux, les excellents "The Colour Of Sleep" et "(Ob)servant" sur lesquels les Australiens semblent plutôt en forme et où, à mon grand bonheur, le chant ne se fait pas mélodique. Pour ce qui s’est passé avant ou après, merci de voir ailleurs.

Reste donc le clou du spectacle. La raison de ma venue en ce jeudi soir. Les Américains de DYING FETUS que je n’avais pas revus depuis le Fury Fest de 2004. Treize ans sans se croiser, treize ans de rendez-vous manqués et d’occasions jamais concrétisées... Autant vous dire que j’étais impatient de revoir le duo Gallagher / Beasley sur scène. D’autant plus que le petit dernier (Wrong One To Fuck With) s’avère être l’un des albums de l’année.
Evidemment, la salle est pleine à craquer et on commence à être bien serré dans la fosse alors que sur scène les choses se mettent doucement en place. De chaque côté de celle-ci ont été positionnés des drapeaux où sont écrits en lettres majuscules Wrong One To Fuck With ainsi que l’ancien logo de Dying Fetus réduisant alors la place sur scène à peau de chagrin (Beasley sera d’ailleurs obligé à plusieurs reprises de se pousser pour ne pas se faire bousculer par les slammers et autres relous qui fouleront la scène. En l’espace de quelques secondes seulement, DYING FETUS va alors rappeler aux quelques personnes qui en doutaient encore qu’il est l’un des meilleurs groupes de Brutal Death aujourd’hui en activité grâce à un "From Womb To Waste" impeccable donnant le ton du set à venir. Dès lors, le public va complètement péter un plomb, les gens dans la fosse (moi compris) passant le plus clair de leur temps à mosher, headbanger et se bousculer (circle pit, braveheart et compagnie). Car il y a bien matière à se défouler dans la musique de DYING FETUS qui mélange habilement la puissance de frappe et la technique du Death Metal moderne au groove de la scène Hardcore. Du Deathcore au sens "noble" du terme avec ses accélérations improbables, ses notes sifflantes, ses breaks à se taper la tête contre les murs et à frapper ses voisins etc. Et comme chaque titre possède son lot de mosh parts, autant vous dire que si vous vouliez être tranquille, ce n’est pas dans la fosse qu’il fallait être. Une ambiance électrique pour un set magistral. Aidé par un son particulièrement puissant, les gars de Baltimore vont absolument tout détruire sur leur passage, faisant la part belle à leurs deux derniers albums (Reign Supreme et Wrong One To Fuck With). Huit titres au total auxquels viendront se mêler d’autres compositions plus anciennes à l’image des redoutables "One Shot, One Kill", "Grotesque Impalement", "Praise The Lord (Opium Of The Masses)" et "Kill Your Mother, Rape Your Dog". Quelle claque bordel ! Du coup, après une telle correction, il est absolument hors de question qu’il se passe encore treize ans avant que je puisse les revoir !

Si le set de DYING FETUS m’aurait donc très largement suffit en ce jeudi soir (putain, j’en veux encore !), ceux de DISENTOMB et BEYOND CREATION se sont montrés particulièrement plaisants à leur façon. Bien sûr, les Américains ont dominé la soirée et je n’en attendais pas moins de leur part mais il n’empêche que ces quelques premières parties ont su remplir leur fonction à merveille et ainsi nous faire patienter sans nous rendre impatient. Une très bonne soirée qui restera parmi les meilleures de l’année qui touche à sa fin. Vivement la prochaine fois !

14 COMMENTAIRE(S)

Seb` citer
Seb`
17/11/2017 21:18
MoM a écrit :

J'aime avoir tort quand c'est comme ça Gros sourire (j'ai regardé vite fait une photo du groupe et comme c'était en noir et blanc je trouvais qu'il ressemblait à celui de la tournée, alors que pas du tout, merci pour ton info !)
Donc ce n'est pas le chanteur officiel... Je suis rassuré, et j'espère que je pourrai les revoir avec le vrai chanteur !

Merci encore Gros sourire


J'espère surtout les revoir avec un futur album digne de Symbols of Failure, perso' Moqueur
MoM citer
MoM
17/11/2017 14:29
Seb` a écrit : MoM a écrit : Seb` a écrit : N'empêche que j'ai de plus en plus de doutes sur le fait que ce soit Jason Pepiatt. (Le chanteur depuis Symbols of Failure).

Pourtant, c'était bien lui. Alors je ne sais pas s'il a changé d'inspiration en cours de route, mais là, il faisait vraiment coreux de base.
Je n'ai rien contre les genres du core en soit, mais j'ai trouvé ça plutôt hors-sujet et mal conduit.


Alors, "bonne" nouvelle !
J'ai fait mes investigations et il s'agit de Lochlan Watt qui chante sur cette tournée.
Me voilà "rassuré" ! Jason est quand même meilleur.


J'aime avoir tort quand c'est comme ça Gros sourire (j'ai regardé vite fait une photo du groupe et comme c'était en noir et blanc je trouvais qu'il ressemblait à celui de la tournée, alors que pas du tout, merci pour ton info !)
Donc ce n'est pas le chanteur officiel... Je suis rassuré, et j'espère que je pourrai les revoir avec le vrai chanteur !

Merci encore Gros sourire
Seb` citer
Seb`
17/11/2017 13:15
MoM a écrit : Seb` a écrit : N'empêche que j'ai de plus en plus de doutes sur le fait que ce soit Jason Pepiatt. (Le chanteur depuis Symbols of Failure).

Pourtant, c'était bien lui. Alors je ne sais pas s'il a changé d'inspiration en cours de route, mais là, il faisait vraiment coreux de base.
Je n'ai rien contre les genres du core en soit, mais j'ai trouvé ça plutôt hors-sujet et mal conduit.


Alors, "bonne" nouvelle !
J'ai fait mes investigations et il s'agit de Lochlan Watt qui chante sur cette tournée.
Me voilà "rassuré" ! Jason est quand même meilleur.
MoM citer
MoM
17/11/2017 06:38
Seb` a écrit : N'empêche que j'ai de plus en plus de doutes sur le fait que ce soit Jason Pepiatt. (Le chanteur depuis Symbols of Failure).

Pourtant, c'était bien lui. Alors je ne sais pas s'il a changé d'inspiration en cours de route, mais là, il faisait vraiment coreux de base.
Je n'ai rien contre les genres du core en soit, mais j'ai trouvé ça plutôt hors-sujet et mal conduit.
Seb` citer
Seb`
16/11/2017 22:41
N'empêche que j'ai de plus en plus de doutes sur le fait que ce soit Jason Pepiatt. (Le chanteur depuis Symbols of Failure).
dimegoat citer
dimegoat
16/11/2017 20:47
Pour Beyond Creation, je comprends mieux leur son dégueulasse: à Bordeaux, pas de grosse caisse en début de set, mais vraiment pas! au point que je me suis demandé comment ils pouvaient encore jouer. Et ensuite: trop de grosse caisse! bien baveuse!
MoM citer
MoM
16/11/2017 19:43
Seb', pareil, je me suis dit avant d'y aller "mais dehors alors que c'est Psycroptic, non moi je resterai, coûte que coûte !"

Après deux titres j'en pouvais plus de ce chanteur, c'était viscéral, je ne pouvais pas me l'encadrer. Non, tu ne vas pas voir ça pour le chanteur... Sauf que pas tout à fait, le chant est une composante très importante de leur musique. Et comme j'ai mis, avec un chanteur aussi crispant pour ma part, j'ai trouvé le reste franchement pas inspiré, d'où le "mode automatique", on joue et basta. Alors qu'à côté, Dying Fetus, bordel, c'était fait avec amour et tendresse
Seb` citer
Seb`
16/11/2017 19:05
"Psycroptic se passera dehors". Putain, mais merde. Rien que pour les zikos et la technique, on peut pas partir.
Biensur que moi aussi j'ai laché, et moi, c'était après Symbols Of Failure (c'est dire), mais rien que de voir Dave Haley (en grande forme !), ça vaut de regarder.
Mon seul regret, depuis que je les vois (4e ou 5e fois depuis 2009) est toujours le même : AUCUN morceau du meilleur album : Symbols Of Failure. Ca m'éneeeeeerve !
(Sinon, oui, le chanteur est ridicule, mais bon, 'faut faire avec. Puis perso', j'écoute pas Psycroptic pour son chant, surtout depuis le départ de Chalky.)

Disentomb, avec Hulk à la batterie : rapide, simple et efficace. Une bonne mise en appétit !

Beyond Creation, juste monstrueux de technique. Personnellement, j'ai trouvé le son meilleur que quand je les ai vus l'année dernière (la place où j'étais devant y faire beaucoup aussi), j'étais forcément extasié par le bassiste et sa fretless.
(Bon, tous les zikos sont des monstrasses, mais quand même !)

Enfin, Dying Fetus, 1h d'éclatage de face avec un Trey Williams de gala juste impressonnant. Super soirée !
MoM citer
MoM
16/11/2017 17:25
Bon.
Soirée sympatoche, mais quelques points noirs éclaircis en discutant avec les zicos de Beyond Creation (adorables au demeurant !) : leur tournée ne leur permettait pas d'avoir à bord leur ingé son habituel, car pas assez de place dans le bus tour etc. Du coup, pour les set up, c'est l'ingé son du coin qui fait sa tambouille. Sauf que tu passes de Disentomb (un gratteux, un bassiste, un batteur, un chanteur, le tout dans un style hyper frontal) à du Prog avec deux grattes, dont une gérées par le chanteur. La grand écart est impossible à gérer par un ingé son qui n'est pas au top du top dans le style de Beyond Creation.

Sinon, petit report rapide de mon côté :
- Disentomb a mis la claque, super sympa en live, sacrée énergie, le batteur est une brutasse.
- Beyond Creation, hormis ce problème de son qui ne m'a absolument pas gêné, j'étais aux anges, c'était un grand moment de musique.
- Psycroptic est LE point noir magistral. Virez-moi ce putain de chanteur. Je suis dèg' car j'adore les premiers disques du groupe, très variés dans le chant et assez furieux en terme de tech death. Le groupe était en mode automatique, soit, mais ce chanteur m'a énervé. Le mec coreux de base qui réclame du mosh à tout va, alors que 5 secondes après c'est un moment de calme. Et quand ils ont joué de vieux morceaux, son chant limité rendait le tout monolithique, là où la version studio offre quelque chose d'assez délicieux.
Encore une fois : virez-moi ce chanteur.
- Dying Fetus : branlée, rien à ajouter, une leçon de hargne en trio, super son, excellente synergie. Ce bassiste m'a impressionné, mais les deux autres ne sont pas en reste !

Donc je ne regrette absolument pas ce show, mais je souhaite vraiment que Beyond Creation pourra revenir dans un set qui leur rendra honneur (sérieusement, ils n'ont rien à faire dans un line up comme celui-ci plutôt orienté "vénère", même si le chanteur en live, il a un putain de coffre). Ces gars sont adorables, et un nouvel album est prévu en 2018 : le rendez-vous est pris !
MoM citer
MoM
13/11/2017 21:41
Je verrai ça mercredi, j'ai particulièrement hâte !
La salle où je vais à un bon son (Regarde les Hommes Tomber et Der Weg machin, c'était magnifique), je pense que pour Beyond Creation ça sera au top. Et je confirme ce qui est dit : c'est un plaisir d'initiés, d'autant que leur Earthborn Evolution est, je trouve, un album très coûteux à écouter : il est tellement riche qu'ils réclame une grande partie de notre attention. C'est pas accessible comme musique (sans être hermétique non plus hein), c'est vraiment un truc à écouter posé.
Psycroptic, si le chant n'est pas varié... Ben on perd tout l'intérêt du groupe ! Sur les deux premiers disques, c'est justement ces variations de growls qui font tout le délice de leur musique !

Mon avis fixé en fin de semaine ! Gros sourire
dimegoat citer
dimegoat
13/11/2017 21:17
A Bordeaux, Gallagher n'a cessé de haranguer le public à faire toujours plus de mosh, de slam, de circle pits, de stage diving etc. Mais faut dire que la scène était plutôt large...

C'était de la folie ce concert et une excellente surprise quant au son et à l'ambiance.
Par contre, en première partie, j'aurais bien repris une tranche de brutal death bovin plutôt que Psycroptic et Beyond Creation (pas facile de faire du Gorguts hein...)
human citer
human
13/11/2017 20:39
Dans l'ensemble, je suis d'accord avec ce report.

Disentomb était plutôt intéressant, ça donne envie d'écouter les albums (que je ne connais pas).

Beyond Creation avait un son qui ne l'avantageait pas. C'était bien meilleur l'an dernier en première partie d'Obscura.

Trois gros défauts pour Psycroptic :
1. Un style beaucoup trop posé, ça manquait d'énergie.
2. Un chanteur typé deathcore qui manquait clairement de variété.
3. Le batteur n'était pas en super forme, les grosses caisses
n'étaient pas super carrés.

Rien à ajouter sur Dying Fetus.

Quoiqu'il en soit, un concert excellent comme il devrait il y en avoir plus souvent.
Ainur citer
Ainur
13/11/2017 19:09
Sauf que les gars de Dying Fetus appellent justement à monter sur scène. Peut être pas à ce concert mais pour les avoirs vue plusieurs fois ces 5 dernières année il semblerait qu'ils aiment aussi voir que leur musique fait de l'effet. Moi aussi je trouve ça très chiant mais faut pas abuser...on doit quand même se rappeler ce qu'on écoute Moqueur

En ce qui concerne Beyond Creation c'est toujours le même problème avec ce genre de groupe, le son doit être optimal et connaître les morceaux aide vraiment à rentrer dans le truc. En tout cas quelle date ! Je n'ai pas eu la chance de voir un seul de leur concert pendant cette tournée Française mais il y avait vraiment rien à jeter.
rivax citer
rivax
13/11/2017 14:27
"Beasley sera d’ailleurs obligé à plusieurs reprises de se pousser pour ne pas se faire bousculer par les slammers et autres relous qui fouleront la scène."

Ces spectateurs manquent tellement de sens commun et de respect que je finis par comprendre que certains artistes et/ou lieux interdisent le slam. Quand il y en a tellement que ça gène le déroulement du show, il y a quand même un problème!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
plus d'infos sur
Beyond Creation
Beyond Creation
Progressive Technical Death Metal - 2005 - Canada
  
Disentomb
Disentomb
2009 - Australie
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Brutal Deathcore - 1991 - Etats-Unis
  
Psycroptic
Psycroptic
Death Metal Technique - 1999 - Australie
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique