chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
26 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Inquisition + Septicflesh

Live report

Inquisition + Septicflesh Le 14 Janvier 2018 à Lyon, France (CCO)
Que faire un dimanche soir ? Glander en slip devant la télé, en baffrant un Burger commandé sur Uber Eats devant Stallone et ses copains ? Ou se sortir les doigts du postérieur, et prendre son courage à deux mains pour braver la rigueur hivernale au profit d’une sympathique date au CCO ? Ce live report vous donne la réponse, on est pas des branleurs chez Thrasho. C’est donc en l’absence d’un Burger et de Stallone que j’ai vécu ce dimanche 14 Janvier 2018, mais en compagnie d’INQUISITION… et de SEPTICFLESH (bouh, je sais).

Place tout d’abord à INQUISITION, que je ne connaissais que par le reflet des chroniques élogieuses de mes camarades sur notre humble webzine. Un duo batterie / chant-guitare peinturluré, avec des backdrops évoquant une certaine affinité avec l’occultisme et une aversion plutôt évidente pour la religion catholique, j’étais bien au bon endroit. C’est devant un parterre d’environ 250 personnes qu’Incubus et Dagon de leurs pseudonymes ont déversés 45 mn d’un Black Metal très porté sur les ambiances, avec un son malheureusement un brin confus alors que j’étais au niveau de la table de mixage. L’ambiance très calme de la salle aurait pu m’aider à rentrer dans l’univers du groupe, quelques rares furieux au headbanguing endiablé ne mettant pas en péril le relative calme entourant les morceaux ; mais je n’ai pas réussi à transpercer l'hermétisme d'une prestation très statique et d'un style qui s’apprécie de ma fenêtre bien davantage quand les compos sont connues et maîtrisées de l’auditeur avant leur lecture live. Donc, je resterai neutre sur ce sujet, je n’ai rien de négatif à évoquer à leur sujet et le set a plutôt éveillé ma curiosité les concernant, surtout au regard du consensus les concernant. N’est-ce pas à ça que servent justement les premières parties ?

Place à la tête d’affiche, les Grecs les plus décriés de Thrashocore (mon cœur pleure encore à la lecture des commentaires de « Codex Omega ».. heureusement que j’en ai fait l’ablation il y a peu). Nos compères arrivent sur scène face à un public nettement plus réveillé, ne cherchez pas ce soir Lyon s’est surtout déplacé pour se manger du Death Sympho. Les tenues de scène font leur petit effet, et dès l’entame de « Dante Inferno » le charisme évident de Seth ajoute la couche nécessaire à l’instauration d’un tampon validé de « bon concert ». L’omniprésence des samples a à mon sens toujours un impact sur la profondeur d’un set de musique métal, mais je ne vois pas d’autre alternative les concernant, et vous ? On fait donc avec, et les nombreuses parties orchestrales sont donc samplées au milieu des passages « organiques / rythmiques », ce qui donne des respirations bienvenues au set mais en cassent aussi la dynamique. Et alors que j’avais adoré leur dernière prestation pour « The Grey Mass » en 2011 ici à Lyon, le style de SEPTICFLESH étant de plus en plus porté par les orchestration, il en résulte quelques coups de mous à chaque cassure nette de rythmique pour laisser la place aux samples. Ce sera notamment flagrant sur « Portrait of A Headless Man », que j’adore sur album mais qui ne m’a pas transporté ce soir-là. Par contre, indéniablement, le concert était de qualité, Seth haranguant un public déjà conquis à sa cause, et le pit s’animera du début à la fin du concert sans difficultés. De nombreux slams plutôt bon enfant font office d’animation pour ceux qui n’ont pas peur de se ramasser tristement en cas de loupé sur le sol, et je me faisais la réflexion que j’aurais bien convié à cette date des néophytes à notre musique bien aimée, ils auraient certainement pu reconnaitre un bon concert et une belle et forte ambiance. J’émet un bémol à la qualité de la soirée sur la setlist, j’ai trouvé le set un peu court (je n’ai pas chronométré, mais à peine plus d’une heure je pense), et aucune surprise à l’horizon, avec les titres phares du nouvel album, « Anubis » et « Communion » de l’album éponyme, quelques purges de « Titan », et les énièmes « The Vampire from Nazareth » et l’entrainante « Pyramid God » de « The Great Mass ». Pas de rappel, c’est sur « Dark Arts » que le combo clot son set devant un public plutôt rassasié mais qui en aurait repris sans problème une petite louche. C’est là que je vois les limites du style, je n’irai pas courir les revoir de sitôt car je sais que j’aurais droit à l’exact même setlist et prestation ; mais je ne regrette pas d’avoir loupé Stallone pour autant. Et on remercie MEDIATONE pour l'orga de cette belle date.

4 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
23/01/2018 11:51
Pas fait le déplacement sur cette tournée mais je te rejoins KASTEEL sur le fait que les Inquisiteurs, en live, m'ont toujours impressionné.
C'est un peu comme il fut un temps pour ORTHANC, on se fait toujours la réflexion de savoir comment deux bonhommes sur une (si grande) scène arrivent à être autant efficaces.

Après, j'ai quand même un doute sur l'utilité pour INQUISITION de tourner sans relâche, y compris en première partie de groupes comme SF... je me demande s'ils ne sont pas en train de tuer justement toute la magie qu'ils dégagent en live.
Genre un peu comme MARDUK dans les années 2000...
Kasteel citer
Kasteel
23/01/2018 11:14
De mon côté, je les ai vu à Angers, nous y allions pour Inquisition, et c'était vraiment très bon, comme d'habitude avec eux ! C'est vrai que comme le dit Chris, il est préférable (comme souvent) de connaitre au préalable un minimum leur (riche) discographie...Mais quel talent, sortir "tout ça" à deux ! Une batterie tout bonnement énorme, une guitare "qu'on dirait qu'ils sont deux", cette voix si particulière, et ces ambiances toujours prenantes ! Bref, je suis fan quoi ;-)
Seul regret : tellement de fumée sur scène, que l'on ne voyait pas le batteur, pourtant si impressionnant à voir jouer...

Septic Flesh ? Euuh...je n'avais encore jamais vu des jeunes se rouler des pelles et avoir des regards langoureux sur les morceaux "symphoniques"...et bien c'est fait !..
Seth parle sans interruption, y compris pendant les morceaux...Ça s'est donc encore confirmé : définitivement mieux sur disques, et encore, pas tous...

Les deux derniers groupes, finalistes d'un tremplin, on s'empresse de les oublier, faut se respecter quand-même...

En revanche, la toute première partie, Odious (un groupe égyptien) nous a servi un metal orientalisant de très bonne tenue, joué par des gars visiblement contents d'être là : qu'ils en soient remerciés !
Mera citer
Mera
17/01/2018 13:56
Inquisition, je les ai vu l'année dernière (au CCO aussi d'ailleurs), de mémoire avec Rotting Christ et autant, j'aime beaucoup ce que fait le groupe sur album, autant en concert, avec un son moisi où on n'entend que la batterie et le chant, impossible à rentrer dedans, je m'étais fait chier. Cela dit, le groupe avait l'air de se faire chier aussi alors... Mr Green
yog citer
yog
16/01/2018 12:37
Stallone, j'étais pas chaud, mais sur la 2 t'avais Mad Mad - Fury road; qui valait le coup !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Inquisition + Septicflesh
plus d'infos sur
Inquisition
Inquisition
Black metal - 1989 - Colombie
  
Septicflesh
Septicflesh
Death Metal Orchestral - 1990 - Grèce
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast