chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Arch Enemy + Wintersun

Live report

Arch Enemy + Wintersun Le 18 Janvier 2018 à Lyon, France (Transbordeur)
Après SEPTICFLESH dimanche, mon côté mainstream et totalement corrompu par les sombres forces du métal conventionnel m’avait fait acheter mon billet pour aller voir une autre grosse, très grosse cylindrée, ARCH ENEMY, accompagné des Finlandais de WINTERSUN aka ‘svouplé on a pu de sous donnez des euros , allez ça va on s’est acheté un studio et deux mois de vacances avec vos dons oui on va faire un album avec les sous aussi c’est promis’. Pourquoi ? Tout simplement parce que je n’ai JAMAIS vu ARCH ENEMY, et qu’en tant qu’ancien fan, c’était l’occasion rêvée. La suite vous montrera que j’aurais dû les voir plus tôt… C’est en tout cas dans un Transbo très correctement rempli (1500 personnes à la louche) et en tout cas davantage que pour TESTAMENT / ANNIHILATOR quelques mois plus tôt que j’atterris donc, comme à mon habitude assez tard pour louper JINJER et TRIBULATION (bouh).

Place donc d’office à WINTERSUN, dont je ne connais que le 1er et excellentissime album éponyme. D’emblée, les Finlandais imposent un style étonnamment énergique pour un groupe que j’aurais plutôt classé dans le heavy que le melodeath un peu bourrin. La posture des musiciens est pleine d’emphase et de « too much », et j’aurais été à un concert de MAIDEN que je n’aurais sans doute pas été dépaysé tant les postures flamboyantes et limite « posers » des musiciens interpellent. Avec en tête de proue un Jari qui a laissé la guitare de côté pour se concentrer sur le chant, avec un résultat très positif car le gaillard à la chemise « dragon » focalise l’attention du public avec succès. Je pourrais difficilement vous citer tous les titres joués ce soir-là, mais j’ai pris un pied grandiose sur « Winter Madness » (et son magistral solo joué à la perfection, bluffant), et il m’a semblé reconnaitre « Battle Against Time » (confirmation faite sur setlist.fr.fm), pas désagréable non plus. La soirée fût fort agréable donc, avec une osmose public / groupe évidente, et même si j’ai moins accroché à la ballade de fin de set, « Time », le set fût de qualité. Un bon point pour eux.

Reste évidemment la tête d’affiche, ARCH ENEMY, pour laquelle la fosse se densifie fortement à l’attente du groupe. C’est un public chaud bouillant qui acclame l’arrivée du groupe, et son iconique chanteuse Alissa, à la fin du non moins iconique « Ace of Spades » de MOTORHEAD (Lemmy RIP). Place à « The World is Yours », issu du faiblard dernier album, que j’oublie vite pour ne garder en tête qu’un percutant « Ravenous » issue de « Wages of Sin », davantage ma came. Le set prend sa vitesse de croisière assez rapidement, avec un pit animé, une salle comble, et un groupe qui déploie son évidente maitrise scénique ; contrairement à WINTERSUN les musiciens étaient plus naturelles, moins dans le « j’en fais des tonnes », excepté Alissa mais c’est compréhensible. J’ai apprécié cette approche, et n’ai pas senti les musiciens blasés par d’innombrables dates / tournées, répondant de façon sincère à l’enthousiasme de la salle. Furent joués une rétrospective équilibrée de l’ensemble des albums de la carrière du group….NON JE DECONNE ; furent joués uniquement des titres à partir de « Wages of Sin » (2, « Ravenous » donc et « Dead Bury Their Dead »), et à moins que je ne me sois assoupi, aucun morceau de « Black Earth » / « Stigmata » / « Burning Bridges ». Etant un vieux con fan de la première époque, un peu déçu j’étais ; car entre les titres forcément nombreux du dernier album et ceux en dent de scies des « Khaos Legions », ne restait que quelques pépites comme « Dead Bury Their Dead » (MIAM), « We Will Rise » (une chanson un peu facile, mais tellement efficace…) ou ceux de « War Eternal », album récent mais pas mauvais pour le coup, pour animer le vieux fan que je suis. Loomis et Amott font le taf, rien à dire, et cela ressort sur le début du rappel, avec un court solo de Loomis amenant la transition vers le « Snowbound » d’Amott (une instru de « Wages of Sin », reprise plus tard en acoustique sur « Khaos Legions ») – les deux guitaristes forment un duo efficace et doué, je ne vous apprends rien. Déjà le rappel donc, sur une rapide mais insipide « Nemesis » ais-je trouvé (putain, c’était le moment de sortir un « Bury Me An Angel » !!!!), et le groupe remballe ses instruments pour saluer un public ravi de sa soirée, sur fond de « Fields of Desolation » (seul titre de « Black Earth », passé sur bandes… : ( ) … Le traditionnel selfie avec le public, posté le lendemain sur FB, et les Suédois repartent pour une autre date et une autre salle, laissant un public lyonnais ravi, mais moi un peu sur ma faim en tant que vieux fan aigri au niveau de la setlist du moins. Bon concert dans l’ensemble ceci dit, j’aurais juste du les voir quelques années plus tôt dira-t-on..

3 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
25/01/2018 10:21
C'était mieux à l'époque de Burning Bridges, en première partie de CoB, Dark Tranquility et In Flames (cette affiche de malade!) Gros sourire
MoM citer
MoM
24/01/2018 19:05
"Sinon j'emmerde bien comme il faut les puceaux metaleuleux qui ne connaissent rien aux morceaux et qui sont la pour foutre la merde, ambiance dans la fosse digne d'un concert de dropkick, mon genou à failli exploser et tout le monde s'en battait les couilles. Ça fait 3 fois que je vois Arch Ennemy et 3 fois qu'il se passe un truc digne des plus grosse cariactures de pseudo metaldickhead, vraiment plein le cul."

Niveau public y a que des extrêmes désormais, j'ai l'impression.
Soit une fosse immobile, en mode "bras croisées je compte les mesures" qui te regarde de traviole dès que tu headbangues.
Soit un pit débile à souhait de coreux en mal de sensation qui veulent juste donner du kick à tout va. Impossible de profiter du pit, tu te prends des madales et des coups de pieds sans comprendre, et quand t'es par terre on te relève pas.

Après, parfois, c'est équilibré, genre ce que j'ai eu pour Dying Fetus : pit adorable même s'il y avait des furieux, ils faisaient gaffe à ne pas gêner ceux qui étaient moins dans leur délire.
Mais ça se perd, ma bonne dame... Gros sourire
Ainur citer
Ainur
24/01/2018 13:10
Alissa* Gros sourire

Sinon j'emmerde bien comme il faut les puceaux metaleuleux qui ne connaissent rien aux morceaux et qui sont la pour foutre la merde, ambiance dans la fosse digne d'un concert de dropkick, mon genou à failli exploser et tout le monde s'en battait les couilles. Ça fait 3 fois que je vois Arch Ennemy et 3 fois qu'il se passe un truc digne des plus grosse cariactures de pseudo metaldickhead, vraiment plein le cul.

Bref allez bien tous vous faire mettre.
Le concert était vraiment impressionnant de maîtrise et plus long que les tête d'affiches habituelles qui ne se rapproche que trop rarement de 1h10. La on avait une bonne grosse heure et demi c'était cool. Plein de nouveaux morceaux qui passaient bien et dead bury their dead toujours aussi parfait. (Ha oui et personne ne connaissait apparemment faut pas trop en demander)

En ce qui concerne les premières parties: bon wintersun dès que les morceaux du premier album sortaient des enceintes on voyait vite la différence, les deux derniers albums sont des merdes sans nom et Jari se la joue rock star en mode «je me prends pas pas au sérieux mais regardez moi bien surtout».
C'était un set assez cool cependant bien mieux qu'en fest où on entendait que des samples et des nouveaux morceaux.

J'ai écouté Jinger de loin c'était cool, pas mon style cependant. Mais pour du Neo core truc bidule ça sonnait pas mal !

J'ai bien trippé sur Tribulation, j'ai trouvé ça assez bon en fait, un peu long mais il y a une vrai personnalité et musicalement c'était très recherché, les androgynes étaient à fond, vraiment très bon. Évidement ça n'a pas eu le succès escompté vue la consanguinité mentale du publique.

Merci pour le report Chris, promis la prochaine fois je sors mon poing américain.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Arch Enemy + Wintersun
plus d'infos sur
Arch Enemy
Arch Enemy
Death mélodique - 1995 - Suède
  
Wintersun
Wintersun
Black Power Epique - 2003 - Finlande
  

Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique
Bark
Like Humans Do
Lire la chronique
The Ruins Of Beverast
Exuvia
Lire la chronique