chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
50 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted

Live report

Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted Benighted + Smash Hit Combo
Le 05 Mai 2018 à Lyon, France (CCO)
10 ans que SLH abreuve Lyon de concerts et réveille la belle endormie à coups de décibels... 20 ans que Benighted écume les scènes du monde entier et a fait connaitre Saint Etienne (ville d’origine du groupe, bien que le line up actuel soit plus national que régional désormais) pour autre chose que son Chaudron et ses mines de charbon. J’espérais que la date serait un succès pour honorer à la bonne hauteur de l’évènement ces 2 dates évocatrices. L’affluence d’un CCO très correctement rempli (mais pas bondé) dirigeait doucement mais surement la date vers de bons auspices en tout cas. Une affiche de 4 groupes de première partie + un BENIGHTED tout feu tout flammes sur ses terres d’origine allait concrétiser ce sentiment.

Galanterie oblige, commençons ce live report par l’évocation de la « surprise » de la soirée, une vidéo sous forme de mini reportage de l’asso SLH sur sa propre histoire. On y a vu les deux fondatrices de l’association Klem et Mag expliquer la genèse de SLH, le tournant pris en 2015 lorsque l’asso a pu faire son premier Transbordeur (passant d’une jauge de 300-400 à plus de 1000 personnes) et devenir professionnelle et commencer à vivre de ce métier, la passion qui les anime pour poursuivre l’aventure 10 années de plus (je croise les doigts pour vous et nous ferons le maximum pour vous y aider..), et l’aspect vegan/éco-responsable dont SLH souhaite représenter les valeurs, un aspect que je découvrais pour ma part ce soir là. Côtoyant depuis certainement sa création SLH (ex Femâles Associations), je ressens une fierté sincère au fait d’avoir une telle asso dans ma ville d’origine, et je leur tire à nouveau mon chapeau pour ces 10 belles années écoulées. Je ne peux même pas commencer à imaginer les sacrifices, les peines, les difficultés qu’elles ont dû rencontrer pour bâtir une telle aventure, mais ce qui compte c’est d’être arrivé, aux côtés d’un Mediatone par exemple (qui est plus éclectique dans sa prog mais propose aussi d’excellents plateaux métal), à devenir une institution de l’orga de concerts à Lyon. Bravo les filles.

Une tombola permettant de récompenser les plus chanceux de la soirée et une photo de l’équipe (bénévoles inclus) plus tard, la musique reprend ses droits. J’étais curieux de voir jouer SMASH HIT COMBO dont j’avais compris qu’ils officiaient dans un Rapcore/Djent (je cite nos propres colonnes et les deux chroniques que l’ami rivax a fait de leurs derniers albums) que je pensais passer de mode depuis des années. Pensez donc, en 2018, un groupe avec 2 chanteurs qui rappent.. et pourtant, quand le groupe débarque sur fond d’un sample de la Playstation One (leur gimmick étant visiblement de s’associer à toute la mouvante gamer/geek depuis leur création), il devient évident que les Alsaciens ont plusieurs années de carrière derrière eux. Hyper à l’aise sur scène, une gestuelle collective énergique et des frontmans qui font le taf, il est difficile de trouver quelque chose à redire sur cet aspect-là de leur set. Par contre, je suis complètement hermétique à ce style, et une fois passé 2 chansons et encaissé les rythmiques des 8 cordes des guitaristes (une curiosité pas courante), je suis sorti prendre l’air. Le job de chauffeur de salle a en tout cas été parfaitement rempli car l’ambiance est au beau fixe et la salle très, très chaude juste avant que BENIGHTED ne monte sur scène.

On nous avait promis un show d’anthologie. Ce fût bien davantage. On nous avait promis des guests.. on en a eu une ribambelle !! Et du lourd. Partez du principe que la majeure partie des featurings du des albums de BENIGHTED ont été joués avec leur « guest » ce soir là : Arno de BLACK BOMB A pour « Cum with Disgust », Niklas de SHINING (à la hauteur de sa réputation, laquelle est sulfureuse : le Suédois arrivera sur scène avec une bouteille de sky qu’il crachera au visage des premiers rangs, et fera boire Julien en plein morceau ((« Spit »)) qui souffrira un peu sur le moment mais aura bien encaissé !), Sven d’ABORTED, Ben d’UNFATHOMABLE RUINATION (quel coffre !! impressionnant)…les morceaux s’enchainent aussi vite que les « stars » défilent sur la scène du CCO et la claque est magistrale. BENIGHTED, c’est aussi des anciens membres qui ont fait partie intégrante du succès du groupe, et c’est ainsi que « Slut » sera interprété avec Kevin Folley et Gabriel en 2 mn d’hyper violence. A date exceptionnelle, setlist exceptionnelle, et le combo nous ravira aussi de quelques raretés, au rang desquels « Stay Brutal » et « Identisick » n’auront pas fait tâche dans la setlist, bien au contraire. On a retrouvé bien évidemment les « Asylum Cave », « Let the Blood Spill between my Broken Teeth » (toujours mon titre préféré de tous les temps pour eux, quel morceau…), « Necrobreed », « Reptilian » et autres « Experience your Flesh » qui font ou ont fait la légende du groupe ; c’est une heure et quart de concert qui passera à une vitesse hallucinante, vitesse aussi hallucinante pour Kevin Paradis (batteur qui a succédé à Romain Goulon, pour ceux qui auraient loupé cet épisode) qui régale l’assistance avec une précision de jeu magistrale.. Le temps passe vite, la fosse est en feu (la fatigue se fera sentir sur les derniers morceaux, alors que sur scène les zicos sont au taquet…), et nous sommes déjà sur la fin avec « Asylum Cave », il est minuit moins quart, le groupe souhaite faire un dernier rappel avec une cover de RAMMSTEIN mais.. le CCO semble avoir une politique stricte en matière de couvre feu, et l’électricité sur scène sera coupée brusquement avant le début du morceau, cassant un peu l’ambiance.. Mais on oublie très vite ce petit accroc, le public entame « Joyeux anniversaire », le groupe est aux anges (le sourire de Julien, si je l’avais en photo, résumerait bien le moment) et on se quitte ravi, épuisé, atomisé, par un tel set. L’ambiance était tellement au top que j’en viendrais certainement, après digestion, à considérer ce set comme étant leur meilleur à ce jour, sur la quasi dizaine de fois où nous nous sommes croisés, moi spectateur, eux musiciens.. Merci encore à SLH, bravo pour cette belle soirée, et BENIGHTED, que vous dire que je n’ai déjà écrit… ? Que j’attends déjà avec impatience votre prochaine date en novembre avec ABORTED et CRYPTOPSY, pour reprendre une mandale ? Oui !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
plus d'infos sur
Benighted
Benighted
Brutal Death - 1998 - France
  
Smash Hit Combo
Smash Hit Combo
Rapcore / Djent - 2004 - France
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast