chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Trop Hard Pour Toi #3

Live report

Trop Hard Pour Toi #3 Electric Shock + Mindless Sinner + Vulture
Le 16 Juin 2018 à Avignon, France (Bandidos MC Avignon)
Après une semaine morne et grisâtre place au week-end et une pure affiche (la même se tenait la veille sur Lyon) programmée par Volume Brutal en collaboration avec Forever Ripping Fast et Exécution Publique. Nous sommes le samedi 16 juin et il est temps de décoller, entre filles, de Montpellier direction Avignon et le Bandidos MC afin de prendre notre pied devant Electric Shock, Vulture et Mindless Sinner !

Arrivées environ quinze minutes avant l’heure annoncée du premier concert, triste est de constater le manque de monde – que ce soit sur le parking, devant et à l’intérieur de la salle. Mais je le sentais venir à la vue du peu de participants inscrits sur la page de l’évènement (Facebook)… Bref, une fois la place prise et avoir eu droit au petit coup de tampon « charogne », je me prends une bière fraîche et vais discuter avec les collègues en attendant le premier concert.

Et c'est aux Français d’Electric Shock que revient la lourde tâche d’ouvrir les hostilités. Je n’avais pas encore eu l’occasion de les voir mais les nombreuses écoutes de leur EP Burn Out ainsi que la prestation de Sacral Night – partageant quelques membres dont le chanteur – lors du Courts of Chaos Festival ne présageaient que du bon. J’avais hâte de découvrir le groupe sur scène et de voir ce qu’ils avaient dans le ventre. Autant vous dire que je n’ai pas été déçue ! D’entrée les musiciens vont bien occuper l’espace et sortir l’artillerie lourde malgré une assistance clairsemée, mais investie, en début de set. La musique de la formation est à l’image de leurs influences, hard rock à souhait, électrisante et des plus accrocheuses. Un fait qui forcément prend davantage d’ampleur en live. Le rythme reste bien soutenu et fait bouger l’assistance – qui va se densifier au fil des titres –, répondant également présente lorsqu’il faut reprendre des refrains (notamment sur « Wild Bastards », tiré de leur nouvel 7" EP). Qu’il est bon de voir Little Angus se démener à la guitare et sortir des solos ultras jouissifs ! Aussi bon que d’entendre la voix monstrueuse (putain quelle voix !) d’Antoine « Dragonman » Volhard. Car s’il manque un poil d’assurance, il en impose toujours – et pas que par sa stature –, sans forcer et passant dans les aiguës avec une facilité déconcertante. Tout en puissance et en maîtrise, un peu à l’image de leur set. Un set explosif et fédérateur qui a su bien mettre l’ambiance – se clôturant par une reprise de Rose Tattoo, « Nice Boys ». La soirée débute très bien !

Ça sent la sueur et il commence à faire bien chaud dans la salle, une bière et une petite pause à l’extérieur s’imposent. Un coup d’œil aux alentours suffit aussi à prendre la température. Certes, du monde est arrivé entre temps mais ce ne sera pas la grosse affluence (45 entrées payantes d’après les organisateurs…). Nombre assez décevant mais qui ne plombera en rien la soirée car, comme écrit un peu plus haut, l’ambiance est là ! Pas mal de passionnés et/ou de personnes investies s’étaient donnés rendez-vous ce soir. De la musique commence à s’échapper de la salle, les Allemands de Vulture sont aux balances. Ayant surtout fait le déplacement – je l’avoue – pour voir cette formation (les chroniques de AxGxB ainsi que l’écoute de leur demo et de leur album, paru cette année, ont su faire mouche), je me dirige à l’intérieur afin de prendre place.

Petite décharge de violence teutonique donc entre le hard rock des Français (ancré dans les 70’s/80’s), et le heavy tubesque des Suédois. Le show débute par une intro ambiancée (« Vulture ») qui plonge directement le public dans le bain avant de lâcher son gros speed/thrash des familles. Les musiciens en total look cuir, cuir, clous, moustache sont totalement investis notamment le guitariste M. Outlaw qui ne cesse de grimacer (difficile de ne pas rester focaliser dessus ah ah !). Leur musique brise-nuques fait rapidement bouger l’assemblée devant la scène. Le groupe est bien en place, très professionnel que ce soit au niveau du jeu ou de la composition de leur setlist. Bien équilibrée cette dernière offre, avec cohérence, un bon échantillon dans leurs différentes réalisations (du titre éponyme à « Clashing Iron »). Encore une fois, en live les morceaux gagnent nettement en impact (tout comme Electric Shock). Les bonnes introductions ambiancées comme celles de « Delivered To die » ne font d’ailleurs que renforcer cet effet. On se laisse aisément happée par la machine bien huilée qu’est Vulture, qui reprendra également « Rapid Fire » de Judas Priest. Une bonne claque !

Une nouvelle fois l’appel de l’air frais se fait sentir et on se remet doucement de ses émotions après ce petit tabassage en règle administré par les Allemands. On boit et discute en attendant la tête d’affiche, que beaucoup attendent avec impatience. Il faut dire que Mindless Sinner (formé en 1982) effectue là ses premières dates françaises, d’où l’attente. Personnellement, j’ai été un bon nombre d’années réfractaire au heavy et m’y suis mise sur le tard – toujours à découvrir des groupes et c’est grisant. Les Suédois font donc partie de ces « vendanges tardives ».

Allez ! Retour dans la salle et changement d’ambiance pour ce dernier concert. La grosse teuf ! « I’m gonna ! I’m gonna have some fuuuuuuun ! » ! Bref, les quelques appréhensions que j’avais (pourtant le texte de présentation fait par Volume Brutal était bien explicite !) ont bien vite été balayées. Pas de pauses, de chichis, les musiciens enfilent les titres sans sourciller avec la part belle faite à Master of Evil et l’excellent Turn On the Power. Ils n’ont clairement pas perdu la main, ça non ! Je parlais de « putain de voix » dans le paragraphe dédié à Electric Shock mais Christer Göransson ! Oh la la ! Il m’a littéralement scotchée ! Du charisme sans en faire des tonnes. Certes, les Suédois ont tous pris de l’âge et un bide à bière, pour certains, mais on a l’impression d’être téléporté dans les années 80. Rien a bougé, tout sonne parfaitement et on se délecte de titre tel que « Live Ad Die ». On sent une bonne cohésion dans le groupe, rien n’est forcé et ils prennent un réel plaisir à jouer. Le chanteur descend à plusieurs reprises dans la fosse pour chanter au milieu des die-hard fans – qui auront bien donné de leur personne. Il tend volontiers son micro vers le public ou en direction de personnes bien ciblées et à fond dans le show ! Même les morceaux les plus récents, tirés de The New Messiah (2015), se fondent parfaitement dans la setlist. Deux rappels ont été fait si ma mémoire est bonne. Que dire…la grande classe !

J’avais déjà eu l’occasion de me déplacer sur Avignon pour des dates organisées par Volume Brutal mais jamais pour un « Trop Hard Pour Toi ». C’est désormais chose faite et pas de regret. C’était tout bonnement une excellente soirée ! En comité réduit certes, mais un comité de qualité. Merci aux associations d’avoir organiser une telle date. On se revoit donc en 2019 avec Volume Brutal, en espérant que les gens se bougent un peu plus afin de continuer de voir de belles affiches de par chez nous.

3 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
19/06/2018 13:27
C'est vrai que c'est plutôt étonnant de ne pas voir vu cette affiche sur Paris. Mais vous avez pas mal de bons plateaux tout de même ! Que ce soit des groupes "connus" ou plus underground. Et, oui peu de monde se bouge....c'est assez fou. Du coup, l'asso perd plus des ronds qu'autre chose en organisant ce type de dates. Maintenant ça va être concerts gratos dans un bar à Carpentras (deux groupes en général, salle beaucoup plus petite, etc. mais c'est mieux que rien) avant la reprise en 2019 sur Avignon.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
19/06/2018 08:59
Ouais malheureusement ça semble être une constante pour ce type d'affiche, dommage car ça a franchement de l'allure ...
AxGxB citer
AxGxB
18/06/2018 23:47
J'aurai bien aimé voir ce plateau sur Paris. Dommage car ça avait l'air mortel. Dommage pour l'affluence par contre, ça semble être récurent par chez vous malheureusement...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Trop Hard Pour Toi #3
plus d'infos sur
Electric Shock
Electric Shock
1990 - France
  
Mindless Sinner
Mindless Sinner
1982 - Suède
  
Vulture
Vulture
Speed / Thrash - 2015 - Allemagne
  

Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique