chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Live reports »

Megadeth

Live report

Megadeth Le 05 Juillet 2018 à Lyon, France (Transbordeur)
Etant né dans les années 80, MEGADETH fait partie de mes premiers amours musicaux, aux côtés de SLAYER et METALLICA. J’ai usé jusqu’à la moëlle mes vieux CDs de « Rust in Peace », « So Far, So Good… So What ? », « Peace Sells… », fait mes premières armes à la guitare sur leurs chansons.. Si je les classerai légèrement en dessous des 2 mastodontes précités dans l’échelle de mes préférences, je n’en garde pas moins une affection toute particulière pour la bande à Megadave, et même si certains albums m’ont fait passer à autre chose, le groupe a regagné ma confiance ces dernières années en revenant avec d’excellents opus (« Endgame » ou « Dystopia »). Et dans tout ça, je ne crois bien ne les avoir vu en live qu’une seule fois, à un FuryFest/Hellfest bien lointain (2001, 2002 ou 2005 je ne sais même plus).

Il était inimaginable que je ne sois donc pas présent au Transbordeur pour les voir à nouveau, MEGADETH qui joue à domicile, que demande le peuple ? Qui plus est dans un Transbordeur archicomble, promis à une belle ambiance, car l’attente était longue pour les Lyonnais fans du groupe : leur dernier passage ici remonterait à 1995 ! Et à la vue du public, surprise, il y a de tout : de la veste à patch grisonnante, du quarantenaire cadre supérieur qui a abandonné pour une soirée femme et enfants afin de se taper un petit trip nostalgie, du trentenaire qui veut les revoir avant qu’ils ne soient trop vieux pour tourner (ça, c’est moi), et même des petits jeunes qui me feront la surprise de jumper dans la fosse comme sur un bon vieux SLIPKNOT, c’est frais et ça fait plaisir ! Peut être tiré par la main par papa pour voir ce qu’il écoutait à l’époque, et que le métal c’est plus ce que c’était, mais qu’importe, ça fait plaisir. Donc une salle bien remplie, dans sa configuration maximale, pour accueillir nos Américains après une première partie, HEART ATTACK, dont on m’a vanté les mérites, mais que je n’ai pu voir pour cause de déplacement professionnel un peu loin.

J’arrive tout juste à 20h30, attrape une bière, et me faufile pas très loin de la scène. Le groupe se fait un peu désirer, car bien qu’annoncé à 21h, ce n’est que 20mn plus tard, dans une salle surchauffée et qui scande déjà « MEGADETH, MEGADETH », que nos métal stars font leur apparition. L’appréhension qu’ils ne jouent pas circulait parmi nous, car deux jours avant à Genève, le groupe n’a pas joué pour « raisons techniques », une excuse nébuleuse qui pose question, mais qu’importe, ce soir là ce ne fût pas le cas. Ellefson et Loureiro sont les premiers à arriver, un grand sourire aux lèvres, vite rejoint par maitre Dirk, batteur français qu’on ne présente plus, lui aussi rayonnant et qui prend un pied fou à jouer dans ce groupe, à la vue de l’énergie et de l’attitude positive qu’il aura tout au long du concert. Evidemment, la star c’est notre rouquin ténébreux préféré, qui entame les hostilités avec « Hangar 18 » sans un mot pour le public, les yeux cachés par cette éternelle tignasse ondulée (d’ailleurs, Dave, tu as un début de calvitie…). Je vous laisse prendre connaissance de la setlist avant de reprendre :

1. Hangar 18
2. The Threat Is Real
3. The Conjuring
4. Wake Up Dead
5. In My Darkest Hour
6. Sweating Bullets
7. She-Wolf
8. Tornado of Souls
9. Trust
10. Conquer or Die!
11. My Last Words
12. A Tout Le Monde
13. Take No Prisoners
14. Dystopia
15. Symphony of Destruction
16. Mechanix
17. Peace Sells

18. Holy Wars... The Punishment Due

Hey, hey, ça va ? pas trop choqué par la DOSE COLOSSALE DE VIEUX TITRES QUI ARRACHENT DANS CETTE SETLIST DE FOUS ?!!! J’ai pris une mauvaise habitude ces dernières années : aller avant un concert sur setlist.fr.fm pour m’auto-spolier ce qui va arriver. Comme c’est une grosse connerie je ne le fais (presque) plus, et ce soir là je ne l’avais pas fait. Quel kif alors de découvrir et de s’enchainer pendant cette grosse heure et demie des bombes sans discontinuer !!! J’allais de surprise en surprise, « oh putain THE CONJURING !! » « non attends, ce riff, c’est quand même pas WAKE UP DEAD ?!! » « Ca manque de morceaux de « Rust in Peace » mais on aura surement un bon vieux Hol…OH PUTAIN TORNADO OF SOULS !!!! » « ils vont quand même pas jouer MECHA…BAM MECHANIX » bref vous avez compris. Je ne m’étale pas sur l’exécution parfaite des morceaux, avec un groupe qui sonne comme sur album, pas surprenant vu l’expérience des loustics mais toujours agréable, et le son était top. Ce qui m’a fait plaisir, c’est de voir le grincheux Megadave, qui je le rappelle n’a pas parlé dans le micro avant 5-6 bonnes chansons et tirait comme à son habitude une tronche d’enterrement (mais je t’aime quand même, tu sais).. arriver au moment de « Sweating Bullets » (qui parle d’un schizophrène..) et marmonne quelque chose dans son micro avant d’esquisser un SOURIRE TIMIDE, mais UN SOURIRE QUAND MEME. Et ce, devant un public qui applaudit à tout rompre entre les morceaux, et scande le nom du groupe dès qu’un silence se fait. Laissez moi, oui laissez moi croire, que c’est parce qu’il est sorti de sa coquille à ce moment-là, et n’a pu se retenir de dire « je suis comme le mec schizo de la chanson qui va suivre, là je faisais la gueule mais vous êtes un public en or alors je vais essayer de sourire » dans le micro. L’espoir fait vivre, laissez moi rêver. Bref, c’est le délire, aucun vieux titre moisi de « Risk », une majorité de pépites, de bons titres récents, je n’ai rien de mal à dire sur la setlist. Evidemment, « A Tout le Monde » ça a chanté en sing along comme si on était à un concert de MAIDEN durant « Fear of the Dark » (qui jouait à Paris ce soir-là, cf la review de l’ami AxGxB ici même), « Holy Wars » la fosse est partie en pogo et votre serviteur avec, c’était trop bon. La fin du concert est déjà là, les lumières se rallument, il fait 150 dégrées au moins, pas grave on sue du bonheur, et le groupe nous salue, jette baguettes et médiators, et disparait à notre vue en loges. C’était bon de vous voir, si MEGADETH devenait s’arrêter demain en tout cas je resterai sur un excellent souvenir de ce concert, et c’est très bien comme ça. Merci Megadave.

5 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
10/07/2018 12:59
Keyser a écrit : Par contre il me semble que Dirk Verbeuren est belge, pas français...

Oui absolument ! Clin d'oeil
MoM citer
MoM
10/07/2018 12:52
Souvenirs de Megadeth au Wacken 2017 : on était dans le Cerf géant Jagermeister à rigoler comme des cons, c'était une ambiance particulière XD

Très bon live-report !
Keyser citer
Keyser
10/07/2018 12:18
Toujours un plaisir en live Megadeth. On a beau dire ce qu'on veut sur Mustaine, ça reste un groupe en or. Par contre il me semble que Dirk Verbeuren est belge, pas français...
Jean-Clint citer
Jean-Clint
10/07/2018 09:00
Sympa ce report ! Une setlist aux petits oignons, sacré veinard ! Clin d'oeil
AxGxB citer
AxGxB
10/07/2018 08:49
Ahalala, ça donne envie aussi. Un groupe de l'époque que je n'ai encore jamais vu non plus mais avec une setlist comme celle-ci, je prends direct ! Ça avait l'air bien cool en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Megadeth
plus d'infos sur
Megadeth
Megadeth
Thrash Titans - 1983 - Etats-Unis
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique