chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Psychonaut 4 - Have a Nice Trip

Chronique

Psychonaut 4 Have a Nice Trip
Cher Graf,

Un soir, il n'y a pas si longtemps, autour d'une bière et d'une discussion d'une tristesse affligeante, on se faisait cette remarque avec un ami : dans les pires moments de notre misérable existence, au lieu de se tourner vers la lumière, les joies et la beauté de ce monde, on se complaît dans la sinistrose, la laideur et le malheur, histoire de voir jusqu'où va notre résistance aux épreuves que nous inflige cette chienne de vie, et pourquoi pas, se réjouir cyniquement de constater qu'il y a pire que soi. Je vais t'avouer quelque chose : je t'ai beaucoup écouté ces derniers temps. J'ai beaucoup écouté Have a Nice Trip, pour être précise, le premier album que tu as sorti, toi le Russe, avec tes camarades géorgiens de PSYCHONAUT 4 en 2012. Chacun son lot de misères, mais quelle sadique satisfaction en t'entendant gémir, éructer, dégueuler ta haine et ta souffrance ! Je me suis sentie moins seule d'un coup et un peu moins à plaindre.

A vrai dire, je t'envie Graf. Je t'envie d'avoir cette capacité extraordinaire, cette chance inouïe d'avoir assez de cran pour extérioriser, au moyen de ces cris absolument hallucinés et terrifiants, toutes ces douleurs qui te rongent de l'intérieur. Moi, quand je souffre, ça me coupe le sifflet, j'en reste comme deux ronds de flan. Je t'envie de savoir exorciser tes démons, de savoir cracher, tousser, expulser de ton corps ce poison qu'est le désespoir. A moins que ce soit toutes ces saloperies qui souillent ton organisme, avec tout ce que tu as dû t'enfiler : voie orale, nasale ou intraveineuse. Have a Nice Trip, j'avoue, quel sens de l'humour plutôt... acide ! D'ailleurs, te faire de temps en temps une belle saignée, simulée ou non, comme au bon vieux temps du Médecin malgré lui, t'a peut-être purifié plus que cela ne t'a blessé, qui sait ?

On vous appelle parfois de manière raccourcie les P4. Sache que chez nous en France, il s'agit d'un coefficient établissant "la présence actuelle et prolongée de troubles de la personnalité et de l’adaptation définitivement incompatibles avec la poursuite du service militaire". Cocasse, non ? J'en tremble rien qu'à l'idée de te savoir avec une arme entre les mains...

Tes hurlements stridents, tantôt mélancoliques, tantôt colériques, proches de l'improvisation ou de la performance, révèlent une spontanéité, gage d'une authenticité crue et sans filtre, dont on atteint le sommet avec le titre éponyme "Have a Nice Trip"... Je t'imagine, avec ta gueule d'ange, toussant, crachant, le nez englué de morve après le déluge de tes larmes. Tu as insufflé à cet album l'impétuosité et les tourments de l'âme slave, lui prêtant des allures d'une version musicale DSBM de Enfance, Adolescence, Jeunesse de ton génialissime compatriote Léon Tolstoï, les psychiatres s'accordant à dire que cette époque de la vie correspond à une période d'instabilité et de confusion émotionnelle, dangereusement similaire à une dépression profonde. La naïveté et la neurasthénie, caractéristiques de cet âge ingrat, que l'on retrouve jusque dans cet artwork qui aurait pu être griffonné au stylo par un ado entre deux tressages de corde pour se pendre. Ce personnage central te ressemble à s'y méprendre, d'ailleurs.

Je sais, je suis injuste, je ne parle que de toi, mais que veux-tu ! Tu es le sel répandu sur la plaie béante qu'est cet album ! Je salue malgré tout comme il se doit le talent de tes comparses qui ont su se mettre au diapason de ton mal-être avec des mélodies bouleversantes épousant à merveille l'expression de ton dérangement mental. Les trémolos des guitares s'entremêlent avec tes hurlements de bête blessée en une saisissante composition de désespoir viscéral et régressif. Comment ne pas s'attendrir à l'écoute de ces airs si jolis, touchants de par leur simplicité presque enfantine ? Pourtant, de la sortie d'un bouge infâme de Tbilissi au beau milieu d'une nuit venteuse et pluvieuse ("lntro I") à la cellule d'un HP sordide ("Drop by Drop") en passant par un pittoresque village du Caucase ("Antihuman (Drug)"), nous voilà errant dans les méandres tortueux de ton esprit dérangé, au gré de tes cris déchirants, encore que tu sois capable d'arrêter tes sinistres pleurnicheries pour des vocalises plus rageuses, comme sur "Hate Parade".

Une heure de Post-Soviet Suicidal Black Metal que l'on ne voit pas passer jusqu'à ce dernier titre, "Yle", tranchant avec les précédents morceaux, aussi nettement que le fil du rasoir sur tes poignets. Sinistrement guilleret, serait-il synonyme de victoire finale sur tes démons ? Un ultime pied de nez à ta douleur à la figure de laquelle tu jettes ces "lalalala" hilares et rigolards ? Après tout, tu es toujours de ce monde malgré des années d'autodestruction et d'apologie du suicide. Pas loin de dix ans ont passé depuis Have a Nice Trip, peut-être que cette souffrance que tu semblais avoir chevillée au corps s'est apaisée comme en témoigne votre dernier et trop propret album Beautyfall. Je vous préférais lorsque vous suintiez la dépravation et la misère émotionnelle quand même... Allez ! Bon vent, Graf ! Et merci pour ces moments salutaires, cette sensation d'avoir touché le fond avec toi, pour ensuite mieux revenir à la surface. Angoisse, culpabilité et douleur, à vous aussi, je vous souhaite un bon voyage, je n'ai plus envie de voir vos sales tronches...





Paris, Le Gibus, 2 avril 2016

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Psychonaut 4
Post-Soviet Depressive Suicidal Black Metal
2012 - Der neue Weg Productions
2018 - Talheim Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Psychonaut 4
Psychonaut 4
Black Rock Dépressif - 2010 - Géorgie
  

formats
  • K7 / 2012 - Depressive Illusions Records
  • CD / 2012 - Der neue Weg Productions
  • CD / 2018 - Talheim Records

tracklist
01.   Intro I
02.   Parasite
03.   Lethargic Dialogue
04.   Have a Nice Trip
05.   Overdose Was the Best Way to Die
06.   Intro II
07.   Pseudo
08.   Drop by Drop
09.   Hate Parade
10.   Antihuman (Drug)
11.   ყლე (Yle)

Durée : 1:03:38

voir aussi
Psychonaut 4
Psychonaut 4
Beautyfall

2020 - Talheim Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique