chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
80 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Veil of Secrets - Dead Poetry

Chronique

Veil of Secrets Dead Poetry
Veil of Secrets, c’est un peu le dommage collatéral de God of Atheists, ce fameux super projet regroupant nombre de musiciens de la fine fleur de la scène norvégienne autour de Asgeir Mickelson, le batteur de Sprial Architect, mais que l’on retiendra surtout pour son passage dans Borknagar, Lunaris et auprès d’Ihsahn. Le truc c’est que ce super groupe n’a rien sorti pour le moment et le multi instrumentiste a donc pas mal travaillé avec Vibeke Stene, ancienne chanteuse de Tristania, et impliqué dans ce super projet. Ainsi est né Veil of Secrets et donc ce premier album intitulé Dead Poetry.

Pour la faire simple, Veil of Secrets nous replonge dans l’autre spécialité de la scène norvégienne en dehors du black metal, à savoir ce gothic doom metal, dont une pléthore de groupes ont émergé de ce pays: Theatre of Tragedy, The Third and the Mortal, Tristania, The Sins of Thy Beloved et autres Sirenia. Sauf qu’à la différence de pas mal de ces références, il n’y a pas ici de claviers et donc aucunement ce côté symphonique rattaché à moult de ces formations suscitées. À juste titre, puisque l’essentiel de ces compositions reposent surtout sur des riffs assez mélodiques, tantôt dans un registre mid-tempo, tantôt dans un registre plus lent, mais pas trop non plus. C’est clairement les guitares qui prennent les devants, avec aussi quelques arpèges et d’autres passages plus feutrés, alternant, évidemment serais-je tenté de dire, avec des passages plus plombés. Autant dire que si l’on peut rattacher ce groupe avec les formations citées plus haut, il y a d’autres instants qui nous renverront plutôt du côté des vieux My Dying Bride, voire du côté des vieux Celtic Frost pour certains moments plus véloces, je pense surtout au titre Remorseful Heart. L’on va dire que ceci n’est pas trop mal fait, même si le son de guitare est assez propre mais manque tout de même de corps par rapport au genre pratiqué, ce, d’autant que c’est bien la batterie qui est mise en avant sur cet album, sans doute un petit pêché mignon de la part du géniteur de ce projet, que l’on aura connu bien plus inspiré auparavant au niveau de son jeu de batterie, car même et surtout pour un genre comme il est pratiqué ici, la batterie a de l’importance. Le soucis, et il est de taille, c’est que si les riffs sont assez mélodiques, je trouve que cela reste assez pauvre pour ce qui est des apports mélodiques des guitares.



Il faut dire que les mélodies sont le plus souvent portées par un violon, tenu par Sareeta - elle aussi impliquée dans God of Atheists et qui avait jouait au sein d’Åsmegin -, qui intervient sur tous les titres et qui apporte évidemment une trame bien mélancolique à l’ensemble. En cela, rien de bien nouveau et ça nous rapproche aussi bien de My Dying Bride et de Celestial Season, sauf que c’est parfois un peu trop timoré, à part peut être sur The Lie of Her Prosperity, titre qui se démarque de l’ensemble, parce que justement les lignes de violon y sont plus marquantes, au même titre que les leads de guitares. C’est même un grief que l’on pourrait reprocher à tout l’ensemble de cet album, car cela sonne très convenu, très codifié. À tel point que l’on se croirait justement colporté vingt ans en arrière à une période où les groupes de l’écurie Napalm Records inondaient les bacs des disquaires de leurs productions de ce genre. Pour ce qui est du chant, l’on pourra dire la même chose: Vibeke chante bien, ce n’est pas un soucis, et c’est propre techniquement. Reprenant à leur compte le concept de Beauty and the Beast, elle est souvent accompagnée par Erling Malm aux growls, honnêtes mais sans pour autant être extraordinaires. Voilà pour ce qui est de faire le tour du propriétaire. Étant donné que ces titres ont été composés durant les sessions de travail et d’enregistrement du fameux super projet qui n’a rien sorti depuis sa création - et aux dernières nouvelles, il y a encore cinq titres où il ne resterait plus que la basse à enregistrer depuis cinq ans -, l’on sent que les musiciens ne se sont pas trop foulés non plus.

C’est ainsi que les titres s’enchainent sans passion les uns après les autres, avec une certaine redondance dans les structures qui donnent un peu l’impression d’écouter le même tout le temps, à part quelques petits sursauts de temps à autres. Et je ne sais pas si le pire provient de ceci, ou bien du chant sans âme de Vibeke qui est sympathique sur un titre, mais qui écoeure très rapidement: n’est pas Kari Rueslåtten qui veut. En fait, sans doute qu’en ayant ralenti bien plus les tempi, agrémenter le travail mélodique des guitares et en ayant une production plus appropriée, l’on aurait eu quelque chose de plus intéressant. Ce Dead Poetry, bien que fait de manière assez honnête et très propre, et un peu anachronique de par sa teneur musicale, n’a rien de bien passionnant. L’on s’ennuie très fermement en l’écoutant et l’on arrive péniblement au bout de cet album, sans en avoir retenu grand chose, si ce n’est que ça a été fait, et bien mieux, auparavant par d’autres formations et d’autres musiciens bien plus doués et bien plus inspirés.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Veil of Secrets
Gothic / Doom Metal
2020 - Crime Records
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7/10

plus d'infos sur
Veil of Secrets
Veil of Secrets
Gothic / Doom Metal - 2020 - Norvège
  

tracklist
01.   The Last Attempt  (05:24)
02.   Sear the Fallen  (06:50)
03.   Remorseful Heart (05/27)
04.   The Lie of Her Prosperity  (06:19)
05.   Fey  (06:32)
06.   Bryd  (04:27)
07.   Meson  (07:02)
08.   Entirety  (06:21)

Durée : 48:22

line up
parution
30 Novembre 2020

Essayez plutôt
Ava Inferi
Ava Inferi
Burdens

2006 - Season Of Mist
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Gothic

1991 - Peaceville Records
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Obsidian

2020 - Nuclear Blast Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique