chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
151 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Throne - Pestilent Dawn

Chronique

Throne Pestilent Dawn
Fondé en 2015 à Jackson dans le Michigan (ville popularisée par le célèbre duo June Carter/Johnny Cash) le quatuor (à ne pas confondre avec son pathétique homonyme du Tennessee) n’est pas du genre à se presser pour écrire et composer, car c’est seulement maintenant que ce premier album voit enfin le jour (trois ans après un Ep autoproduit) sous la bannière du toujours qualitatif Redefining Darkness, dont le catalogue ne cesse de s’étoffer et de maintenir un intérêt certain pour tout amateur de Metal de la mort qui se respecte. Proposant un Black/Death moderne particulièrement énergique et survitaminé la bande livre ici un opus réussi qui ne s’éternise pas en longueur et c’est tant mieux car bien qu’étant expéditif et sans concessions l’ensemble va montrer certaines limites et répétitions qui ne seront heureusement pas rédhibitoires.

Preuve en est le démarrage sous le nom de « Amongst The Sinners, They Came Forth » qui va mettre au jour toute la fougue du groupe qui va proposer énormément de tabassage en règle et de blasts déchaînés, portés de nombreux roulements de batterie et de cassures rythmiques du frappeur (qui se montre impressionnant de précision et d’énergie sur tout ce long-format), qui n’hésite pas à lever le pied et prendre ainsi la tête de l’auditeur en étau. Oscillant entre les deux extrêmes rythmiques la musique des Américains va tout du long varier entre la lourdeur du Death et le déchaînement du Black avec une production bourée aux amphétamines (mais qui ne sonne cependant pas trop synthétique), le tout avec une voix qui passe son temps à alterner le growl le plus puissant avec les cris les plus déchirés. Il faut d’ailleurs la prestation de haute tenue du frontman qui derrière son micro réalise un très bon boulot tout en conservant sa précision chirurgicale à la guitare, tant l’ensemble est d’un niveau technique relevé mais néanmoins accrocheur sans être trop alambiqué. On va par la suite retrouver cette construction toute en variations via le très bon « In The Midst Of Chaos » qui laisse un peu plus de place aux passages étouffants et écrasants, mais d’où émerge là-encore du lead de très bon niveau à la fois mélodique et désarticulé (une constante régulièrement présente par la suite), à l’instar du rampant et plus sombre « And They Shall Weep » qui tout en misant moins sur la vitesse conserve un dynamisme important (les explosions de violence n’y sont d’ailleurs pas absentes).

Si une certaine forme de douceur et de nostalgie intervient avec l’interlude acoustique « Eternity In Mourning » aux légers accents latinos, la seconde moitié de cette galette va repartir sur les mêmes bases de déchaînement et de fureur que ce soit sur les homogènes et agréables « Pestilent Dawn » et « All Creation Wept », ou via le glacial et presque occulte « Born Of Death » (au grand-écart de tempo plus prononcé encore). Si « Beyond Malice » voit lui une facette plus martiale et étouffante apparaître du fait d’un bridage plus imposant qu’auparavant, cette compo reste malgré tout dans les clous de ce qui a été proposé durant toute cette demi-heure menée tambour battant, mais aussi relativement répétitive. Car si le tout est relativement homogène au niveau de l’écriture et ne voit pas de faiblesses notables, il faut quand même avouer que le même schéma de jeu reste relativement identique sur la durée et que les différents plans et patterns ont tendance à revenir régulièrement, ce qui est un peu dommage car on y perd en accroche au fur et à mesure de l’avancée de ce disque. Si on aurait aimé qu’une plage ou deux se détachent vraiment du lot (ici tout se tient de manière assez équilibrée) il ne faut néanmoins pas cracher sur le boulot effectué par les mecs qui offrent des perspectives intéressantes, et qui réussissent dans l’ensemble leur examen de passage vers le long-format, même s’il leur faudra un peu plus diversifier leur style et leur jeu s’ils veulent marquer les esprits plus fortement dans l’avenir. Cependant bien qu’étant imparfaite cette première livraison a quand même des arguments de poids à faire valoir… même si pour l’instant il manque à ses géniteurs encore un peu de maturité artistique pour espérer franchir l’échelon supérieur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
23/04/2021 10:46
note: 8/10
Un peu plus enthousiaste que toi, j'ai trouvé ça très prometteur dans le genre blackened death moderne.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Throne
Black/Death Moderne
2021 - Redefining Darkness Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Throne
Throne
Black/Death Moderne - 2015 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 9 Avril 2021

tracklist
01.   Intro
02.   Amongst The Sinners, They Came Forth
03.   In The Midst Of Chaos
04.   And They Shall Weep
05.   Eternity In Mourning
06.   Pestilent Dawn
07.   Born Of Death
08.   Beyond Malice
09.   All Creation Wept
10.   Humanity’s Dusk

Durée : 31 minutes

line up
Essayez aussi
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  
Hyems
Hyems
Antinomie

2007 - Restrain Records
  
Zonaria
Zonaria
The Cancer Empire

2008 - Century Media Records
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Mörk Gryning

2005 - Black Lodge Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique