chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
88 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dirge - Vanishing Point

Chronique

Dirge Vanishing Point (Compil.)
Décidément, nous ne méritions pas un groupe comme Dirge. Qu’un projet aussi important que celui-ci – ce dont je me suis rendu compte bien trop tard – nous donne un « au revoir » comme cette compilation est inespéré. Dirge ne pouvait pas partir comme ça, semble-t-il épuisé de tant de travail donné à chaque œuvre, potentiellement dégoûté d’être aussi respecté et pourtant peu écouté (ce que j’imagine et seulement cela). Car, répétons-le une nouvelle fois tant qu’on a encore des occasions pour le dire, voilà, dans ce fameux paysage du « post », le seul qui apportait quelque chose d’équivalent à Neurosis par une discographie sans faute, évolutive, loin de toute copie ou redite. Ah ! Pourquoi tant s’évertuent encore à chanter les louanges des répétitifs Cult of Luna, à célébrer les gloires passées que sont Breach, Isis et consorts, à encore chercher des saveurs bien difficiles à trouver aujourd’hui – l’autopersuasion demande du travail – chez Pelican, Sumac, Rosetta ou que sais-je… Alors que Dirge a toujours été là, incroyable, unique ?

Assez d’amertume. Vanishing Point est là, et c’est une chance. Une chance qui ne se destine pas qu’aux fans ayant suivi la carrière de la formation, malgré un point final à vingt-cinq ans de musique industrielle, post-metal, « autre », paraissant s’adresser avant tout à eux. En effet, regroupant sur trois disques des titres rares et / ou inédits ainsi que la captation d’un concert de 2005 à Paris, il déroule une suite chronologique qui parlera en premier lieu à celui ou celle cherchant un résumé sur le long cours de cette discographie gargantuesque – en plus d’avoir sous la main des compositions auparavant impossible à écouter ou uniquement présentes sur des formats confidentiels. Mais ces presque trois heures possèdent une logique si épatante, des débuts fortement marqués par Godflesh à une fin de vie cherchant dans le vide entre les étoiles ses atmosphères, qu’elles donnent envie de les adresser à quiconque peut s’intéresser, de près ou de loin, à Dirge.

Plus qu’une compilation, c’est cette impression d’écouter un tout uniforme bien que varié qui subjugue avec Vanishing Point, comme un long album évoluant naturellement. Certainement, qui écoutera les deux premiers disques de l’objet ci-présent s’en rendra rapidement compte : plus qu’une mise à niveau de l’ensemble par un dépoussiérage si bien réalisé que même les archéologiques morceaux industriels ouvrant le premier volume sonnent avec une force neuve, c’est l’assemblage qui se révèle époustouflant, au point de passer d’une écoute d’archiviste, lisant les notes de Dirge sur les origines de tel ou tel morceau, à se laisser dériver, l’esprit libre, comme lors d’une découverte d’un longue-durée des Français. Vanishing Point n’est pas qu’un point final. Il bouge, remue, s’efface puis marque de sa présence, comme une création à part entière de cette entité extra-terrestre, excessive, qu’a été Dirge.

L’amateur notera tout de même que chaque période du groupe est ici bien représentée, que ce soit dans ce démarrage industriel, sentencieux et transcendé à la fois (les musclés « Wounded Chakras » et « S.N.T.D.F. » renvoyant à toute une scène française oubliée, de Proton Burst à Treponem Pal), cet appel désespéré à un autre monde (où le plateau est atteint avec cette reprise de The Cure avec « A Short Term Effect ») ainsi que cette recherche insatiable marquant le deuxième disque, plongeant de plus en plus dans un délitement sensoriel, langoureux et émerveillé, l’inédit « Carrion Shrine » en guise d’apothéose – où s’invite la voix de Marion (ex-Overmars, actuelle Mütterlein) –, les vétérans de Kill The Thrill et la nouvelle garde Treha Sektori se chargeant de boucler la boucle, comme pour signifier un peu plus ce trait d’union entre l’ancien et le nouveau. Seul le dernier volume donnera la sensation d’être face à une compilation, sans pour autant décevoir. N’ayant jamais eu l’occasion de voir Dirge en concert, ce live, jouant deux titres parmi les plus organiques et ambiancés de la formation (issus des albums And Shall the Sky Descend et Wings of Lead over Dormant Seas), est un substitut de choix, tant on y ressent la puissance en mouvement, l’expérience inédite, que devait être le projet sur les planches.

Inédit, un mot qui va définitivement bien à Dirge et à cette compilation. Vanishing Point est clairement exigeant – comme toutes créations des Français et comme toutes les meilleures choses –, son écoute sans tricher se révélant difficile si l’on est peu préparé, en raison d’un style ayant toujours demandé, malgré ses différentes formes, une implication pour faire voir ses attraits. J’ai moi-même quelques instants de décrochage et d’arrimage, le premier disque me perdant de temps à autre là où le second m’enchante de bout en bout, au point de sortir repu et d’oublier de poursuivre l’écoute plus avant. Mais la plongée dans chaque disque, attentivement ou en dilettante, m’a rapidement montré le caractère exceptionnel de cette compilation. Un adieu d’une rare générosité, affirmant de façon grandiose – dans le fond et la forme, par un digipack cossu habillé de peintures de l’habitué Axël Krillof – la vitalité particulière ayant toujours habité la formation.

Partir comme on a vécu, avec personnalité et excellence : voilà bien l’ultime réussite à mettre au crédit de Dirge avec Vanishing Point.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
25/04/2021 07:53
De rien pour la chronique Sourire

Injustement méconnu, totalement ! Futur groupe culte à n'en point douter (oui, c'est un pronostic hasardeux mais je vois mal comment il pourrait en être autrement).
Vartruk citer
Vartruk
24/04/2021 21:27
Un groupe d'exception, injustement méconnu (dans l'ombre des Neurosis et consors) je n'ai pas encore reçu cette tout dernière offrande mais comme j'ai toute la disco... Ils nous avaient gratifier d'un Lost Empyrean superbe dont je ne me lasse toujours pas, j'avais l'impression qu'ils avaient atteint le sommet de leur carrière sur cet album, sans me douter que ça serait le dernier!

Alors finir avec une compil bien ficelée comme ça, c'est juste beau, ça me fait presque oublié que le groupe n'est plus. Je vois ça autant comme un cadeau pour les fans qu'une ultime invitation à découvrir le groupe pour les autres (les inédits valent carrément le coup surtout le live!). Dirge tire sa révérence par la grande porte, un grand parmi les grands, inoubliable, merci pour cette chronique, Amen!
lkea citer
lkea
24/04/2021 09:01
En écoute et commande sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dirge
Industrial / Post Metal
2021 - Division Records / Blight Records
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dirge
Dirge
Post Metal - 1994 † 2019 - France
  

tracklist
Disque un

01.   Wounded Chakras  (07:20)
02.   S.N.T.D.F.  (05:12)
03.   Bastard  (03:58)
04.   East  (07:42)
05.   The Coiling  (10:17)
06.   Submarine  (15:32)
07.   A Short Term Effect  (08:25)
08.   Sine Time Oscillations  (07:48)

(66:14)

Disque deux

01.   Meure Menace (Dirge Remix)  (07:04)
02.   Below (Twist of the Knife)  (10:11)
03.   Absence  (04:05)
04.   Distance  (09:03)
05.   A Rebours  (09:57)
06.   Absence (Откровение)  (03:28)
07.   Carrion Shrine  (07:22)
08.   Incendiary Dreams (Empyrean Reconstruction by Kill the Thrill)  (04:30)
09.   Hosea 8:7 (in the Hands of Treha Sektori)  (03:37)

(59:17)

Disque trois

01.   Epicentre  (13:01)
02.   The Endless  (28:52)

(41:53)

parution
26 Mars 2021

voir aussi
Dirge
Dirge
Elysian Magnetic Fields

2011 - Division Records
  
Dirge
Dirge
Lost Empyrean

2018 - Debemur Morti Productions
  
Dirge
Dirge
Wings Of Lead Over Dormant Seas

2007 - Equilibre Music
  
Dirge
Dirge
Hyperion

2014 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Hateful Abandon
Hateful Abandon
Liars / Bastards

2014 - Candlelight Records / Todestrieb Records
  
Altar Of Plagues
Altar Of Plagues
Teethed Glory And Injury

2013 - Candlelight Records
  
Crown
Crown
The One (EP)

2012 - Superstrong Records
  
Rorcal / Process of Guilt
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")

2014 - Cal Of Ror / Lost Pilgrims / Nooirax Productions / Bleak Recordings / Wolves and Vibrancy Records / Labyrinth / Chaosphere / GPS Productions
  
Crown
Crown
Psychurgy

2013 - Candlelight Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique