chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Eclipsus - Yûrei

Chronique

Eclipsus Yûrei
Depuis l’ouverture de ses frontières à l’ère Meiji, le Japon parvient à fasciner les étrangers. C’est véritablement l’un des pays les plus surprenants, car à chaque génération depuis 150 ans il a attiré les regards. Son art avec les estampes et les haïkus. Son histoire avec ses samuraïs et ses rônins. Son cinéma avec Kurosawa, Ozu, Imamura, Kitano et encore plus récemment Koreeda. Sa cuisine n’est pas en reste avec les sushis ou le tofu. Le sport lui-même fait partie de ses grandes forces, et les Français font partie des plus convaincus, à pratiquer le judo, le karaté ou encore l’aïkido. Et que dire encore des bonsais, des voitures et motos, des ordinateurs, des mangas et animés... L’art floral ? La cérémonie du thé ? Le bushidô ? la littérature ? Et combien de mots japonais ont également trouvé leur place dans notre vocabulaire courant, même si le sens a été un peu tordu dans nos contrées ? Nous nous disons « zen », nous parlons de terroriste « kamikaze »... Le Japon fascine. Et pour certains ce sont les monstres de l’imaginaire nippon qui attirent : les Yôkaï, certaines légendes urbaines, des films tels que Ring ou Juon, et puis la forêt aux suicides ; Aokigahara.

Le fait que cette forêt voie effectivement de nombreuses personnes se suicider chaque année intrigue encore plus les étrangers que les Japonais eux-mêmes. Les touristes y ont augmenté, composés de voyeurs morbides curieux qui espèrent avoir la « chance » de Logan Paul et tomber sur un pendu encore chaud, voire gigotant. Ou alors sentir les esprits des défunt. Un esprit se dit en japonais « Yûrei ». C’est le titre de ce tout premier album d’ECLIPSUS, groupe américain tenu par le seul CoughinWraught, et il a bien entendu décidé de nous faire voyager dans la forêt d’Aokigahara, à travers 5 morceaux décrivant le parcours d’un suicidé : « Desperate », « Mourning », « Surrender », « Weighless » et « Unending ». Ce n’est pas la première fois que l’endroit inspire des groupes de black metal et c’est en fait dans les années 2010 que ce lieu a commencé a accroître sa popularité. Un groupe américain a pris ce nom en 2013, et c’est aussi celui des albums ou EP de FROZEN OCEAN (2011), SEA OF TREES (2011) et surtout HARAKIRI FOR THE SKY (2014), entre autres. Au final, dans le metal en général, ce sont plus d’une cinquantaine de formations qui ont pris le nom « Aokigahara » pour le titre d’une de leurs chansons, parmi lesquelles les célèbres SHINING et SUNN O))).

ECLIPSUS n’a donc pas choisi un thème si original que cela, mais on le sent sincère et véritablement hanté par les ambiances de ces lieux. Et sa musique aussi. C’est un black metal dépressif qu’on a tous déjà entendu ailleurs, mais qui est fait avec foi, avec intégrité et avec suffisamment d’efficacité. « Mourning » est très touchant, très immersif. Mais les titres ne se contentent pas non plus de pincer au coeur, ils balaient une réelle palette d’émotions. Il y a de la sérénité, de l’intrigue, de l’angoisse, du soulagement même... Et tout cela s’enchaine ou se mélange le plus naturellement du monde. On ne regarde jamais la montre alors que presque toutes les pistes dépassent les 8 minutes. Non, non, il y a vraiment un bel équilibre, jusque dans celui des parties instrumentales et celles avec vocaux. Ces derniers, rauques et principalement plaintifs, appraissent et disparaissent toujours aux moment opportuns.

Yûrei est ainsi très bien exécuté, et chaque écoute a été un véritable délice. Il manque tout simplement de notes plus personnelles pour que je sois plus impressionné, mais les ambiances sont excellentes même si rien ne laisse non plus saisir qu'on parle d'une forêt au Japon. Ce n’est pas l’album de black de l’année, mais il peut au moins être celui de dépressif du mois ! Ça changera aussi d’écouter du NO POINT IN LIVING ou du VARDAN...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Eclipsus
Black Metal Dépressif
2021 - Talheim Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Eclipsus
Eclipsus
Black Metal Dépressif - 2020 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Desperate, Aokigahara
02.   Mourning, Aokigahara
03.   Surrender, Aokigahara
04.   Weightless, Aokigahara
05.   Unending, Aokigahara

Durée : 40:55

parution
31 Mars 2021

Essayez aussi
Suicide Forest
Suicide Forest
Suicide Forest

2019 - Avantgarde Music
  
Vardan
Vardan
Nostalgia - Archive of Failures - Part IV - V - VI

2018 - Moribund Records
  
Grift
Grift
Budet

2020 - Nordvis Produktion
  
0
0
Entity

2020 - Ván Records
  
Kanashimi / Happy Days
Kanashimi / Happy Days
The Great Depression II (Split-CD)

2014 - Zero Dimensional Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique