chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
85 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Endseeker - Mount Carcass

Chronique

Endseeker Mount Carcass
A peine plus de dix-huit mois après le réussi « The Harvest » revoilà déjà les Hambourgeois avec dans leurs bagages un troisième album en quatre ans, un line-up toujours inchangé depuis leurs débuts en 2014, et un résultat dans la lignée de leurs précédentes sorties, niveau influences comme qualité générale. Car on sait que le plus Suédois des groupes Allemand n’a pas pour habitude de changer sa formule, et une fois encore on va s’en apercevoir très rapidement même s’il faut saluer le fait qu’il ait enfin décidé de raccourcir son propos. C’était en effet un souci récurrent des deux livraisons précédentes qui bien qu’étant loin d’être ratées souffraient de baisses de régime du fait d’une durée globale trop longue et excessive. Du coup avec seulement trente-six minutes au compteur c’est tout simplement le long-format le plus court de toute la carrière du quintet, un choix qui va s’avérer payant tant ce cru 2021 est le plus homogène jamais sorti par ses soins, même s’il lui faudra en faire encore plus pour grimper dans la hiérarchie.

Il est désormais évident que celui-ci n’atteindra jamais le niveau et la notoriété de ses homologues de Stockholm et de Göteborg, mais cela il n’en a cure vu que son seul objectif est de sortir des disques accrocheurs et facilement mémorisables, portés par un groove implacable et une production écrasante en béton armé. Ayant toujours pratiqué ces points de manière fort réussie on se rend compte que l’envie de headbanging va être plus marquée encore sur ce nouveau volet, la preuve d’entrée avec le classique et efficace « Unholy Rites » basé majoritairement sur la vitesse et l’entrain communicatif. Si tout cela est ultra-basique et sans prétention on voit qu’il n’a pas baissé niveau agressivité tant on y retrouve quelques émoluments Thrash du plus bel effet, même si ça reste très standard et que ça donne la sensation d’avoir été entendu des milliers de fois auparavant. Heureusement quand les gars se décident à varier rythmiquement leur jeu l’accroche y est tout de suite supérieure, preuve en est avec l’excellent « Merciless Tide » où tous les tempos sont de sortie et proposent ainsi un mélange goûtu entre plans écrasants propices au brise-nuques avec ceux plus enlevés et radicaux, histoire d’obtenir un rendu dense et implacable où le riffing tout en simplicité fait son boulot sans coup férir. Si auparavant les compos basées sur la lenteurs avaient tendance à perdre en attractivité ça n’est plus le cas ici, car sans jamais dépasser la barre des cinq minutes celles-ci évitent ainsi l’écueil de la redondance, comme avec l’étouffant et grassouillet « Bloodline » qui porté par son train de sénateur ajoute un supplément de noirceur bienvenu, et qui ne perd pas l’auditeur en route à l’instar du désespéré « Count The Dead » aux notes bien plus froides et à l’ambiance plaintive et triste au possible, sans pour autant que la puissance en soit exclue.

Si cette relative pause au milieu de la galette s’avère être la bienvenue elle sera aussi un des rares moments où le tempo va considérablement baisser, car il suffit d’écouter la doublette radicale (et excellente) « Mount Carcass » / « Frantic Redemption » pour voir que la facette expéditive et furieuse est toujours là. Lorgnant autant du côté du Punk que vers le D-Beat ces deux plages ne se posent pas de questions et sont jouées pied au plancher de façon quasiment permanente, histoire de mettre tout le monde d’accord quant aux intentions du combo qui n’est pas là pour faire dans la dentelle, même s’il aime densifier et varier son propos au maximum. On entend cela de nouveau sur les agréables « Cult » et « Moribund » de facture basique et qui malgré leur dynamisme se montrent assez vite redondants sans pour autant être à jeter, même s’ils souffrent de la comparaison avec le reste de l’écriture entendue en amont. En revanche il faut saluer l’originalité de la conclusion qui va étonner et surprendre, vu qu’elle porte le nom de « Escape From New-York » et qu’il s’agit d’une reprise du thème du film du même nom signé John Carpenter (« New-York 1997 » pour les moins cinéphiles). On a pris l’habitude que sur chacune de ses réalisations l’entité nous gratifie d’une cover mais c’est la première fois en revanche qu’elle sort du registre Metal, et elle réussit relativement bien son examen de passage. Même s’il est difficile de retranscrire l’électronique typiquement 80’s du réalisateur on y retrouve néanmoins assez bien la thématique et l’ambiance de ce classique de l’anticipation, même si cette version venue d’outre-Rhin bien qu’étant osée manque néanmoins un peu d’accroche et se montre trop froide et distante pour vraiment captiver, même si le choix prouve que les mecs n’ont pas peur d’essayer de nouvelles choses.

Du coup même s’il leur manque toujours un grain de folie il faut cependant reconnaître une petite amélioration du côté de l’inspiration, tant cette œuvre est la plus homogène et variée de tout ce qu’ils ont pu proposer jusqu’à présent. Toujours appliquée et sérieuse dans sa direction musicale comme dans sa façon de la créer la bande reste un très bon outsider qui bien que restant confinée à la deuxième division du genre a encore des choses des dires, et prouve qu’elle s’améliore petit à petit. Si c’est trop limité pour marquer l’année de son empreinte et que ça n’est pas parfait il est cependant garanti qu’on passera un bon moment à écouter cette livraison dans la platine, et à se la remettre régulièrement… même si c’est sûr que n’égalera jamais les ténors scandinaves (GRAVE et ENTOMBED en tête), qui peuvent continuer à se reposer sur leurs lauriers et dormir sur leurs deux oreilles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Endseeker
Death Metal
2021 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.77/10

plus d'infos sur
Endseeker
Endseeker
Death Metal - 2014 - Allemagne
  

nouveaute
A paraître le 16 Avril 2021

tracklist
01.   Unholy Rites  (04:06)
02.   Merciless Tide  (04:37)
03.   Bloodline  (04:18)
04.   Mount Carcass  (03:21)
05.   Count The Dead  (04:40)
06.   Cult  (04:08)
07.   Moribund  (04:03)
08.   Frantic Redemption  (03:28)
09.   Escape From New York (John Carpenter Cover)  (03:07)

Durée : 35:48

line up
voir aussi
Endseeker
Endseeker
The Harvest

2019 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Cruciamentum
Cruciamentum
Convocation Of Crawling Chaos (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Nervecell
Nervecell
Psychogenocide

2011 - Lifeforce Records
  
Carnal Tomb
Carnal Tomb
Descend (EP)

2020 - Fucking Kill Records / Final Gate Records
  
Pustilence
Pustilence
The Birth Of The Beginning Before The Inception Of The End (EP)

2020 - Autoproduction
  
Cruciamentum
Cruciamentum
Paradise Envenomed (EP)

2017 - Profound Lore Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique