chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
90 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aria - Armageddon

Chronique

Aria Armageddon
Après la tempête autour de la période Khimera, l'Aria poursuit sa traversée dans un climat désormais plus calme, maintenant que le sang neuf constitue la moitié de l'équipage. Une grande tournée en 2005 à l'occasion des vingts ans de carrière du groupe, où certains anciens membres (Mavrin notamment) reviennent faire coucou le temps de quelques dates et revoilà les matelots de nouveau sur le pont pour leur dixième effort, Armageddon, sorti un an plus tard. Pour nous pauvres occidentaux, peu de changements sont perceptibles : deux nouveaux paroliers sont invités, marquant un léger tournant dans le style d'écriture des paroles. Plus notable est l'investissement d'Arthur Berkut dans la composition des morceaux, une première. Mais là non plus, le navire ne change pas de cap : au contraire, il navigue en eaux claires avec un dixième disque qui remonte un peu plus encore l'ascension lente reprise dès le disque précédent ; à tel point qu'on pourrait presque y trouver les mêmes qualités et défauts.

Après neuf albums, Aria change légèrement sa formule pour nous proposer du neuf sans nous perdre pour autant. Chouette, nous dirons-nous, car l'annonce est alléchante sur le papier. Et sur le disque aussi, d'ailleurs : on se surprend agréablement avec une première moitié aux racines toujours aussi "hard & heavy" mais dans au style bien plus éthéré, voire aérien : le ton est donné ave l'opener "Last Sunset", aux nombreuses mélodies et à la tonalité lorgnant franchement sur le mélancolique. Les couplets, certes en tremoli, confirment cette sensation avec une absence quasi totale de variations mélodiques, qui apportent tout de suite des émotions plus sages et matures au morceau. Du reste, les passages qui respirent ne manquent pas, avec un break carrément atmosphérique dans l'opener et franchement sympathique, que l'on retrouve dans une moindre mesure dans "Alien" avec sa basse au son gras et saturé. Dans le même ordre d'esprit, on peut également compter sur l'unique ballade de l'album, "Light of Past Love" qui, pour une fois, s'insère très bien entre deux morceaux de pur heavy/hard, bien qu'on puisse reprocher à Berkut de ne pas s'y époumoner et d'y démontrer tout son talent - qu'importe, sa voix parfois semi-basse passe comme une lettre à la poste.

Mais le grand hic de ce Aria des années 2000 est une fois de plus présent et on peut lui reprocher le même symptôme affligé à Kreshenye agnom : la seconde moitié se fait beaucoup plus en mode "pilote automatique". Si la première moitié se distingue par quelques influences étrangères à la formule Maiden et Priest-like surlavée, et si l'on compte un titre de neuf minutes qui exploite une fois de plus toutes les capacités de composition des deux guitaristes, les quatre derniers morceaux (sur dix) sont autrement moins captivants. Sans être médiocres pour autant, le défaut clair de Generator zla ou de Khimera, ces morceaux peuvent tous recevoir la note de classic shit/20, que vous attribuiez une définition positive ou négative à ce terme d'ailleurs. Musicalement, c'est du mid-tempo sans vrai état d'âme, sans rien de particulier pour le distinguer, le genre de heavy obscur de groupes oubliés des années 90 ou 2000. Un passage aérien qui dénote par ci ("Alien"), un solo fort chouette combinant tapping, shred et harmonies par là ("Your Day") sont autant d'éléments maigres qui peuvent jouer en faveur de ces titres ; mais du reste, il n'y a rien de plus remarquable à signaler.

L'autre défaut qui déséquilibre cet album est le manque total de panache d'Arthur Berkut, lui qui pourtant s'était illustré sur l'album précédent en faisant ce que Kipelov n'avait visiblement plus envie de faire. Là, il semble adopter l'attitude Khimera, à fournir un travail de bonne facture sans pour autant se distinguer. Pourtant, encore une fois, tout part bien : on compte dans Armageddon d'excellents refrains qui rappellent même parfois les années 80 : "Last Sunset", "Marked by Evil", "New Crusade"... mais un regard attentif notera qu'il ne s'agit aussi que de morceaux de première moitié : pour ce qui est de la prestation vocale, il faudra s'en tenir là... De même, les riffs suivent le même pattern introduit plusieurs fois précédemment : de belles mélodies simples mais efficaces qui, placées à un endroit particulier, marchent du tonnerre au point d'en éclipser presque le chant ("Guard of Empire"), quelques originalités (l'intro de "Marked by Evil", le main riff semi-néoclassique de "New Crusade"), quelques démonstrations de force aussi (le solo de "Messiah", la partie instrumentale aux triolets de "Blood of Kings") et puis un vide bien plus notable à partir de "Viking" où, encore une fois, rien n'est foncièrement mauvais ; juste relativement générique. Et donc un peu décevant.

Avec un dixième disque un peu meilleur qu'un neuvième disque lui-même un peu meilleur qu'un huitième, Aria retrouve progressivement des couleurs au fur et à mesure que la décennie 2000 avance. Armageddon aurait même pu être franchement excellent s'il n'était pas doté d'une seconde partie en pilotage bien plus automatique, contrastant singulièrement avec une première mi-temps forte en bons moments et même en originalités. Il semble d'ailleurs que je ne sois pas le seul à avoir été quelques peu déçu par la performance de Berkut : plus tard, en 2011, à la sortie de leur onzième disque Feniks, on retrouve derrière le micro un nouveau chanteur, Mikhail Zhitnyakov, pour un troisième remplacement de poste.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aria
Heavy Metal / Hard Rock
2006 - CD-Maximum
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Aria
Aria
Heavy Metal / Hard Rock - 1985 - Russie
  

tracklist
01.   Last Sunset  (05:00)
02.   Marked By Evil  (06:05)
03.   Guard Of Empire  (04:43)
04.   New Crusade  (04:53)
05.   Messiah  (04:38)
06.   Blood Of Kings  (09:00)
07.   Viking  (05:48)
08.   Alien  (05:03)
09.   Light Of Past Love  (04:18)
10.   Your Day  (05:19)

Durée : 54:47

parution
15 Septembre 2006

voir aussi
Aria
Aria
Hero Of Asphalt

1987 - Indépendant
  
Aria
Aria
Chimera

2001 - Classic Company
  
Aria
Aria
Playing With Fire

1989 - Melodiya
  
Aria
Aria
Night Is Shorter Than Day

1995 - Moroz Records
  
Aria
Aria
With Whom Are You?

1986 - Indépendant
  

Essayez aussi
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Diary Of A Madman

1981 - Epic Records
  
Venomous Maximus
Venomous Maximus
No Warning

2017 - Shadow Kingdom Records
  
W.A.S.P.
W.A.S.P.
Golgotha

2015 - Napalm Records
  
Venomous Maximus
Venomous Maximus
Firewalker

2015 - Shadow Kingdom Records
  
Skull Parade
Skull Parade
Skullparade

2017 - Rexius Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique