chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Seth - La Morsure du Christ

Chronique

Seth La Morsure du Christ
Revenue aux affaires il y’a huit ans avec « The Howling Spirit » (qui a énormément divisé et qui ne tenait pas la comparaison par rapport à ses excellents prédécesseurs), la formation toujours menée par les inamovibles Heimoth et Alsvid est de retour aujourd’hui avec son sixième album en un peu plus de vingt-cinq années d’une carrière riche et fructueuse. D’ailleurs pour fêter ce quart de siècle d‘existence celle-ci avait eu l’excellente idée de remonter sur scène et d’offrir une série de concerts tournant intégralement autour du mythique « Les Blessures de l’Âme » publié vingt ans auparavant, et qui avait marqué les esprits en installant immédiatement ses auteurs dans le haut du panier de la scène Black française. Devant le succès de ses dates (immortalisées par un enregistrement live) et visiblement requinqués par l’accueil du public comme de la critique les gars ont décidé d’offrir un retour aux sources à leurs fans de la première heure, avec un disque qui se présente autant musicalement que conceptuellement comme une suite non-officielle à ce mythique opus. S’il ne reste du précédent long-format que le binôme originel celui-ci a été complété depuis par des vieux briscards renommés où l’on trouve dorénavant Saint Vincent (BLACKLODGE, VORKREIST) au micro, Drakhian (ex-LOUDBLAST) à la guitare, Pierre Le Pape (EMBRYONIC CELLS, MELTED SPACE) aux claviers et le dernier arrivé en date Esx Vnr (VORKREIST, ex-MERRIMACK et GLORIOR BELLI) à la basse - intégré juste après cette mini-tournée. Bref sur le papier tout cela a fière allure et le moins que l’on puisse dire c’est que l’attente engendrée en valait la peine, car sans tomber dans la redite de ce chef-d’œuvre le sextet livre un complément parfait à ce dernier sans le dénaturer mais en lui amenant un soupçon de modernité.

Mais ce qui frappe dès le départ c’est la pochette absolument sublime signée Leoncio Harmr, celui-ci a retravaillé une photo authentique de l’incendie de Notre-Dame-de-Paris en lui donnant un ton encore plus inquiétant et diabolique, un rendu qui sera en raccord avec la qualité des textes (principalement en alexandrin) et la prestation vocale impeccable du chanteur qui a totalement fait oublier Vicomte Vampyr Arkames. On avait vu effectivement lors des prestations de 2018 de sa capacité à s’approprier les paroles et à y amener sa propre touche sans les dénaturer, tant la tessiture proposée se révèle être relativement proche de l’originale, ce qui donne un mimétisme encore plus saisissant à ce disque. Celui-ci va d’ailleurs happer l’auditeur dès son démarrage tant « La Morsure du Christ » va donner le ton général et proposer directement tout le panel du combo, dont on voit la très grande forme vu qu’il va balancer en continu nombre de variations rythmiques à la fois ultra-rapides et lentes, d’où émerge un vrai côté épique et guerrier porté par un clavier tout en sobriété et typiquement 90’s. Ne perdant jamais son dynamisme en chemin ni son attractivité ce premier morceau va être dans la droite ligne des suivants qui seront tout aussi addictifs et à la fois brutaux, religieux et propices au headbanging. On retrouve facilement ce sens du riff propre à son guitariste principal ainsi que les patterns de son frappeur qui incorpore comme d’habitudes de nombreux breaks et cassures pour mieux repartir et relancer la machine par la suite… et ce même quand l’écriture se fait relativement plus directe, à l’instar des excellentissimes « Métal Noir » et « Sacrifice de Sang ». Laissant ici plus de place aux longues plages instrumentales pour pouvoir totalement s’exprimer on perçoit également des nappes de synthé plus sombres et inquiétantes pour la première, et une certaine tribalité sur la seconde, les deux voyant en revanche tout le panel rythmique être de sortie et avoir en leur sein là-encore ces ambiances guerrières et nostalgiques.

D’ailleurs plus on va avancer dans l’écoute et plus on va s’apercevoir de la montée en puissance des atmosphères et du divin, il n’y a qu’à écouter le radical « Ex-Cathédrale » (aux textes particulièrement fouillés) pour en être convaincu, tant ça démarre sur les chapeaux de roue via une vitesse quasi-continue avant de voir le tempo ralentir sacrément pour laisser place à une messe où les chœurs sont de rigueur, et amener ainsi de la douceur et l’espoir en le renouveau de notre monument national. Poursuivant dans la foulée sur cette même voie « Hymne Au Vampire (Acte III) » atteint ici des sommets d’accroche et de densité s’ouvrant et se finissant sur une atmosphère occulte où les chants de cérémonie rajoutent à l’obscurité ambiante (d’où émerge des notes acoustiques apaisantes), le centre de la compo étant lui parsemé de moments menés à fond la caisse comme au ralenti, où l’on remue continuellement la tête et où l’envie de prendre les armes comme de participer à la reconstruction de l’édifice parisien est présente en permanence. En effet avec « Les Océans du Vide » outre l’alternance classique électrique les arpèges doux de guitare sont là-encore présents et sont exacerbés par une certaine ambiance moyenâgeuse (où l’on pourrait presque entendre les bâtisseurs de l’époque en plein travail), point encore marqué sur la conclusion « Le Triomphe de Lucifer ». Si l’on pourrait croire vu le nom que le diable a gagné en faisant brûler l’édifice cela n’est pas le cas tant celle-ci a résisté aux flammes comme au temps qui passe, et ici la musique y est plus oppressante via de l’orgue angoissant et des voix religieuses en arrière-plan qui nous envoient en plein recueillement, calés entre des déferlantes de haine où la machine s’emballe histoire de jeter les dernières forces dans la bataille, et conclure ainsi une galette presque aussi majeure que sa glorieuse aînée.

Aura t’elle la même carrière que celle-ci ? Il n’en est pas certain mais l’avenir le dira, en attendant on ne peut que s’incliner devant l’énorme travail accompli par l’entité qui frappe un énorme coup cette année avec cette réalisation incisive et attractive qui se placera à coup sûr dans le haut du panier hexagonal de 2021. Cohérente et sans baisse de régime elle réussit le tour de force de n’être jamais kitch tout en étant hyper élaborée mais sans s’étirer inutilement en longueur, et cela sans doute via l’expérience accumulée par chacun des mecs dans leurs différents vécus musicaux. Jouant habilement sur l’ancien comme sur le moderne SETH quoi qu’en disent les mauvaises langues est incontestablement une des pépites du Black hexagonal, sachant se faire oublier pour mieux revenir par la suite et ce depuis plus de deux décennies, en évoluant musicalement à chaque nouvelle sortie tout en n’hésitant pas à se remettre régulièrement en question… et ce malgré les changements incessants de personnel qui auraient pu lui couper les pattes, même s’il n’en est rien vu qu’il en sort renforcé et plus intéressant que jamais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Jej citer
Jej
18/05/2021 14:05
a écouter d'une traite, c'est un très bon album, le chant est à mon gout superbement bien exécuté et le phrasé est bien placé

aucune déception en ce qui me concerne !
Solarian citer
Solarian
13/05/2021 19:15
J'étais assez curieux et impatient mais honnêtement, bah beaucoup de foin pour un disque certes correct mais loin d'exceller comme beaucoup le claironnent du haut des clochers.
"Les blessures de l'âme" était une vraie dérouillée pour l'époque. "L'excellence" avait également su me convaincre par son côté froid, catchy et novateur. Les suivants étaient au mieux anecdotiques.
Là on a droit a une tambouille assez sympa sans plus. Les riffs sont cool mais pas folichons non plus, les arrangements convenus et l'inspiration générale assez bof. On est ici à des années-lumière de pépites comme "Hymne au vampire (Acte I)" ou encore "à la mémoire de nos frères". Un BM mélo et un poil sympho aussi agréable que vite oublié. Pour le trip nostalgique sauce 90's on repassera.
Quant au délire sur Notre-Dame, il suffit d'écouter les explications d'Heimoth et Saint Vincent pour piger que ça relève plus de la symbolique relatif à un réel déclin civilisationnel que du pseudo blasphème post-pubère.
Dantefever citer
Dantefever
12/05/2021 12:17
Vartruk a écrit : J'adore c'est du tout bon, avec cette ambiance de cathédrale! Je salive d'avance de pouvoir le glisser dans ma platine, ... c'est clair que ça joue à fond la carte de la nostalgie, peut-être un peu trop, mais ça marche carrément pour moi! Quand je pensais qu'il n'y avait aucun groupe français de black sympho, et que je suis tombé sur Les blessures de l'âmes à l'époque, pfouaa la claque (la suite de leur disco un peu moins, mais peu après ya eu Annorexia avec Drudenhauss et là..)

Mêmes les claviers ont toujours ce petit son "cheap" à l'ancienne, rhalala que de souvenirs... Ils ont bien fait de revenir! Bon par contre j'ai rien capté sur Notre-Dame, mais la pochette est superbe!


Leur délire autour de Notre-Dame est assez pathétique ouais, par contre l'album est effectivement excellent
Vartruk citer
Vartruk
07/05/2021 16:59
J'adore c'est du tout bon, avec cette ambiance de cathédrale! Je salive d'avance de pouvoir le glisser dans ma platine, ... c'est clair que ça joue à fond la carte de la nostalgie, peut-être un peu trop, mais ça marche carrément pour moi! Quand je pensais qu'il n'y avait aucun groupe français de black sympho, et que je suis tombé sur Les blessures de l'âmes à l'époque, pfouaa la claque (la suite de leur disco un peu moins, mais peu après ya eu Annorexia avec Drudenhauss et là..)

Mêmes les claviers ont toujours ce petit son "cheap" à l'ancienne, rhalala que de souvenirs... Ils ont bien fait de revenir! Bon par contre j'ai rien capté sur Notre-Dame, mais la pochette est superbe!
Goodnacht citer
Goodnacht
07/05/2021 15:32
Cet album est une tuerie ! Les Blessures fût mon premier orgasme black, et quelle surprise de voir que cette "suite" lui fait honneur.

Tout y est parfait, les compos, le son, la voix, les ambiances.

En ce qui me concerne, un potentiel candidat sérieux pour l'album de l'année (Grima ? Blurr Thrower ? Seth ?)

Dire que les gens se paluchent depuis une semaine en écoutant Fortitude...
Fabulon citer
Fabulon
07/05/2021 11:04
note: 7.5/10
Voilà une chronique qui fait plaisir!

Je fais partie de ceux qui ont bien aimé The Howling Spirit et je suis toujours béat d'admiration devant Les Blessures de l'âme malgré le temps qui passe.

Vu ton enthousiasme, j'ai particulièrement hâte de mettre la main sur cette Morsure du Christ (même si je dois avouer que j'ai trouvé tout le tintouin fait par le groupe autour de l'incendie de Notre Dame plutôt puéril et facile).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Seth
Black Metal Symphonique
2021 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (7)  8.42/10

plus d'infos sur
Seth
Seth
Black Metal Symphonique - 1995 - France
  

tracklist
01.   La Morsure du Christ
02.   Métal Noir
03.   Sacrifice de Sang
04.   Ex-Cathédrale
05.   Hymne Au Vampire (Acte III)
06.   Les Océans du Vide
07.   Le Triomphe de Lucifer
08.   Les Océans du Vide (Bonus – Version Claviers)
09.   Sacrifice de Sang (Bonus – Version Claviers)

Durée : 52 minutes

line up
parution
7 Mai 2021

voir aussi
Seth
Seth
The Howling Spirit

2013 - Season Of Mist
  
Seth
Seth
Les Blessures de l'Âme

1998 - Season Of Mist
  
Seth
Seth
l'Excellence

2000 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Selvans
Selvans
Faunalia

2018 - Avantgarde Music
  
Emperor
Emperor
Live Inferno (Live)

2009 - Candlelight Records
  
The Kryptik
The Kryptik
When The Shadows Rise

2019 - Purity Through Fire
  
Formicarius
Formicarius
Black Mass Ritual

2017 - Schwarzdorn Production
  
Limbonic Art
Limbonic Art
Legacy Of Evil

2007 - Candlelight Records
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique