chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
175 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Armagedda - Svindeldjup Ättestup

Chronique

Armagedda Svindeldjup Ättestup
Si, comme moi, tu apprécies le black metal dans son versant harsh, dissonant, fortement ambiancé et trempé dans le café le plus noir, tu connais et goûtes déjà les suédois d’Armagedda. Svindeldjup Ättestup n’est que le quatrième album d’un combo qui compte déjà plus de 20 ans d’existence, mais qui prend place au sein d’une cohorte de split, EP, compil’ de tous ordres. Or, de mon point de vue, si je suis loin de connaître toutes leurs sorties, force m’est de reconnaître qu’au strict plan des albums, Armagedda n’a pas commis d’impair. Et si Only True Believers emporte souvent les suffrages, ma préférence a toujours été plutôt vers Ond Spiritism, plus sombre, plus crasseux, plus abyssal que son grand-frère. Après une gentille hibernation de 16 ans, les voici donc de retour avec ce Svindeldjup Ättestup, dont la pochette reprend presque pile-poile où s’arrêtait Ond.

Ce retour est franchement gagnant, on ne va pas tourner autour du feu pendant des heures. La magie noire opère toujours ce d’autant, à mon sens, qu’Armagedda a gagné en puissance, en efficacité et en « lisibilité » sans rien perdre des ambiances qui font sa force. Passée l’intro (Det sjuttonde aret), Ond Spiritism affronte littéralement l’auditeur en le prenant à la gorge, qui développe ses attaques franches, ultra rapides alors qu’en arrière-plan se développent déjà des atmosphères délétères et mélodiques. La patte du groupe demeure et le trait d’union réalisé avec le précédent LP est juste intelligente. Elle place l’auditeur dans un fauteuil… même s’il faut prêter attention aux structures et se méfier des apparences.

Si les ingrédients de base sont toujours présents (une basse presque groovy, une légère réverb’ sur les mélodies, le choix fréquent de décélérations franches, de ponts très ambiancés), le travail sur les structures et surtout sur la texture du son offrent une vision différente du combo. Parfois, le rythme est presque sautillant (Ond Spiritism et ses riffs « bondissants »), souvent le mid-tempo emporte l’auditeur dans une immersion plus nette (Likvaka). Sans doute, la noirceur du passé est plus ténue. Sans doute également, l’aura maléfique qui se dégageait d’un Only True Believers ou d’un Ond… a-t-elle sensiblement battu en retraite. Likvaka par exemple, base son propos davantage sur une approche rampante, en chant « clair » que sur le mysticisme et l’agression. De même encore, Evigheten i en obrytbar cirkel, qui clôture l’album, comprend-il davantage de plans rock n’ roll que de dissonances propres au style. Mais pour autant, la patte du combo suédois est reconnaissable entre mille.

Djupens djup, Flod av smuts et Guds kadaver tressent ainsi des leads sublimes, complexes et denses, comme des arabesques dessinées à même le ciel, le mid-tempo caractéristique du groupe faisant à des merveilles (Flod av smuts). Les mélodies portent la structure, justifient les arrangements et affirment la progression du morceau. Au centre du propos, elles illuminent ces titres, apportant en outre la touche mystique propre au combo. Les accélérations dévastatrices servent uniquement de prétexte, de pont central (Guds kadaver), pour relancer le morceau, lui redonner une autre dynamique. Tels des traits mortels venant des cieux, ces attaques transpercent la structure, élèvent le ton et le tempo mais sans que jamais, les fameuses arabesques dessinées à la guitare ne disparaissent. Brillants, ces titres reflètent parfaitement Armagedda par leur complexité et l’aura qui s’en dégage.

Ce retour d’Armagedda doit être salué. Svindeldjup Ättestup est un album superbe qui reprend là où Ond Spiritism s’était arrêté mais sans se reposer sur ses lauriers. En innovant, en se dotant d’un son plus net, Armagedda n’a rien perdu de sa science de la composition et de son originalité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Armagedda
Black metal
2020 - Nordvis Produktion
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Armagedda
Armagedda
Black metal - 2000 - Suède
  

tracklist
01.   Det sjuttonde året
02.   Ond spiritism
03.   Likvaka
04.   Djupens djup
05.   Guds kadaver (en falsk Messias)
06.   Flod av smuts
07.   Evigheten i en obrytbar cirkel

Durée : 48:51

parution
15 Mai 2020

Essayez aussi
Samael
Samael
Above

2009 - Nuclear Blast Records
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
The Synarchy Of Molten Bones

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  
Leviathan
Leviathan
Massive Conspiracy Against All Life

2008 - Moribund Records
  
Sühnopfer
Sühnopfer
Nos sombres chapelles

2010 - Those Opposed Records
  
Doombringer
Doombringer
The Grand Sabbath

2014 - Malignant Voices
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique