chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cerebral Rot - Excretion Of Mortality

Chronique

Cerebral Rot Excretion Of Mortality
En règle général, un simple coup d’oeil à n’importe quel artwork suffit à dire "j’aime" ou "je n’aime pas". Là, pour le coup, je dois bien avouer que je suis quand même beaucoup plus partagé. D’un côté, il ne fait aucun pli que l’oeuvre signée Karina Monzon est effectivement particulièrement dégueulasse dans la mesure ou ces amas de chairs ne font absolument aucun sens et que l’oeuvre trempe (oui, c’est le cas de le dire) dans une espèce de naïveté qui a toujours donné un aspect un brin enfantin (mais tordu) aux travaux de celle qui exerce également à temps plein l’activité de tatoueuse. D’un autre côté, il y a là dans cette oeuvre répugnante quelque chose d’assez irrésistible qui me fait l’apprécier malgré tout ce que je viens d’en dire un petit peu plus haut. Ajoutez-y cette typo très solennelle utilisée pour le titre de l’album et vous tenez entre les mains une oeuvre aussi repoussante qu’attirante...

Bref, tout ça pour vous dire que c’est déjà l’heure du deuxième album pour Cerebral Rot qui moins de deux ans après l’excellent Odious Descent Into Decay, premier essai longue durée ayant fait en ce qui me concerne très forte impression, revient aujourd’hui à la charge avec la sortie toujours sur le label 20 Buck Spin d’Excretion Of Mortality. De l’artwork à la production en passant par le line-up, il n’y a là rien à signaler dans la mesure ou l’effectif est effectivement resté en tout point inchangé. Mentionnons cependant la présence au tracklisting des titres "Vile Yolk Of Contagion" et "Spewing Purulence" déjà présents sur le EP de 2020 ce qui, loin de me déranger, est plutôt une bonne chose vu la qualité de ces deux compositions.

Si peu de choses différencient de prime abord Excretion Of Mortality de son prédécesseur cela n’est pas vraiment un hasard. En effet, il n’y a pas de grands bouleversements à attendre de la part de ce nouvel album si ce n’est peut-être des titres qui ont tendance à rallonger ("Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)" et ses onze minutes par exemple) et par conséquent un peu moins de morceaux proposés (sept ici contre neuf sur Odious Descent Into Decay pour une durée pourtant supérieure). Du coup, si vous n’étiez déjà pas spécialement sensibles aux charmes de Cerebral Rot jusque-là, il y a alors peu de chances pour que cela change avec ce deuxième album.
On va donc retrouver dès les premiers instants tout ce qui fait le sel du Death Metal de Cerebral Rot qui, s’il ne figure pas sur la liste des groupes les plus originaux et novateurs en activité aujourd’hui, possède tout de même une véritable personnalité. Cette identité marquée, les Américains l’entretiennent tout au long de ces quarante-sept minutes grâce à ces leads et autres riffs sinistres aux atours toujours aussi déglingués comme ceux que l’on peut entendre dès les premières secondes d’"Excretion Of Mortality" ainsi que sur "Vile Yolk Of Contagion" à 1:14, "Spewing Purulence" à 2:08, "Bowels Of Decrepitude" à 3:23, "Drowned In Malodor" à 3:29, "Retching Innards" à 4:49 ou "Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)" à 1:31. De ces riffs dégueulasses, tordus et putrides vont naître des atmosphères vicieuses et sournoises particulièrement menaçantes qui vont faire de chaque écoute un moment aussi délicieux qu’inconfortable.
Mais là n’est pas le seul attrait du Death Metal de Cerebral Rot. Derrière ses airs de groupe rampant adepte du mid-tempo lourdingue et baveux (c’est le cas, ne vous y trompez pas), il n’en reste pas moins que de nombreuses accélérations viennent dynamiser l’ensemble à coup de blasts relativement musclées et autres coups de collier toujours aussi bienvenues ("Excretion Of Mortality" à 1:31 et 2:31, les premières mesures de "Bowels Of Decrepitude" et "Drowned In Malodor", "Retching Innards" à 2:11, "Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)" à 6:09). Pas de quoi perdre haleine mais on appréciera malgré tout à leur juste valeur ces quelques moments qui viennent apporter comme souvent du relief à ce genre d’album mené le plus clair du temps sans véritable excès de vitesse.
Naturellement, je ne pourrais pas conclure cette chronique sans évoquer le groove putride qui caractérise une fois de plus ces nouvelles compositions. Si on se délectera en effet de ces passages soutenus ou de ces riffs et autres leads malfaisants évoqués précédemment, on ne peut enlever aux Américains leur capacité à procurer à n’importe quel auditeur l’irrépressible envie de dodeliner de la tête lors de séquences particulièrement irrésistibles. Comment en effet ne pas céder face à des passages comme ceux proposés sur "Excretion Of Mortality" à 0:45, "Bowels Of Decrepitude" à 1:02, "Drowned In Malodor" à 1:30 ou "Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)" à 1:30 ? J’ai beau avoir enchaîné les écoutes depuis l’arrivée de cet album sur mon disque dur, je n’y arrive pas, c’est tout simplement plus fort que moi... Ajoutez-y le growl particulièrement profond et caverneux de Ian Schwab et vous voilà avec un album de Death Metal gras dans lequel on patauge avec grand plaisir.

Si pour ce nouvel album Cerebral Rot n’a effectivement pas pris beaucoup de risques, Excretion Of Mortality n’en reste pas moins un petit bijou de crasse fait Death Metal. Moins immédiat que son prédécesseur dans lequel je suis rentré bien plus rapidement, ce deuxième album se révèle davantage au fil des écoutes pour finalement s’imposer comme le digne successeur de l’excellent Odious Descent Into Decay. On y retrouve ainsi tout ce qui faisait le charme des Américains il y a déjà deux ans avec notamment ces leads sinistres et déglingués, ces accélérations franches et bienvenues et ce groove pesant et irrésistible dans lequel on se plait à se vautrer encore et encore. Bref, rien de neuf sous le soleil de Seattle si ce n’est la confirmation que Cerebral Rot est bien de ces groupes sur lesquels il faut aujourd’hui compter et au passage l’un de mes préférés dans le genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cerebral Rot
Death Metal
2021 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8/10

plus d'infos sur
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Death Metal - 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Excretion Of Mortality  (06:58)
02.   Vile Yolk Of Contagion  (05:45)
03.   Spewing Purulence  (05:30)
04.   Bowels Of Decrepitude  (05:00)
05.   Drowned In Malodor  (07:28)
06.   Retching Innards  (05:41)
07.   Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)  (11:04)

Durée : 47:26

line up
parution
25 Juin 2021

voir aussi
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Spewing Purulence (EP)

2020 - Parasitic Records
  
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)

2018 - Parasitic Records
  
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay

2019 - 20 Buck Spin Records
  

Essayez aussi
Grave
Grave
As Rapture Comes

2006 - Century Media Records
  
Tomb Mold
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance

2019 - 20 Buck Spin Records
  
Pestilence
Pestilence
Consuming Impulse

1989 - R/C Records
  
Lantern
Lantern
Subterranean Effulgence (EP)

2011 - Internecion Productions
  
Nominon
Nominon
Terra Necrosis

2007 - Konqueror Records
  

Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique