chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
86 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cerebral Rot - Excretion Of Mortality

Chronique

Cerebral Rot Excretion Of Mortality
En règle général, un simple coup d’oeil à n’importe quel artwork suffit à dire "j’aime" ou "je n’aime pas". Là, pour le coup, je dois bien avouer que je suis quand même beaucoup plus partagé. D’un côté, il ne fait aucun pli que l’oeuvre signée Karina Monzon est effectivement particulièrement dégueulasse dans la mesure ou ces amas de chairs ne font absolument aucun sens et que l’oeuvre trempe (oui, c’est le cas de le dire) dans une espèce de naïveté qui a toujours donné un aspect un brin enfantin (mais tordu) aux travaux de celle qui exerce également à temps plein l’activité de tatoueuse. D’un autre côté, il y a là dans cette oeuvre répugnante quelque chose d’assez irrésistible qui me fait l’apprécier malgré tout ce que je viens d’en dire un petit peu plus haut. Ajoutez-y cette typo très solennelle utilisée pour le titre de l’album et vous tenez entre les mains une oeuvre aussi repoussante qu’attirante...

Bref, tout ça pour vous dire que c’est déjà l’heure du deuxième album pour Cerebral Rot qui moins de deux ans après l’excellent Odious Descent Into Decay, premier essai longue durée ayant fait en ce qui me concerne très forte impression, revient aujourd’hui à la charge avec la sortie toujours sur le label 20 Buck Spin d’Excretion Of Mortality. De l’artwork à la production en passant par le line-up, il n’y a là rien à signaler dans la mesure ou l’effectif est effectivement resté en tout point inchangé. Mentionnons cependant la présence au tracklisting des titres "Vile Yolk Of Contagion" et "Spewing Purulence" déjà présents sur le EP de 2020 ce qui, loin de me déranger, est plutôt une bonne chose vu la qualité de ces deux compositions.

Si peu de choses différencient de prime abord Excretion Of Mortality de son prédécesseur cela n’est pas vraiment un hasard. En effet, il n’y a pas de grands bouleversements à attendre de la part de ce nouvel album si ce n’est peut-être des titres qui ont tendance à rallonger ("Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)" et ses onze minutes par exemple) et par conséquent un peu moins de morceaux proposés (sept ici contre neuf sur Odious Descent Into Decay pour une durée pourtant supérieure). Du coup, si vous n’étiez déjà pas spécialement sensibles aux charmes de Cerebral Rot jusque-là, il y a alors peu de chances pour que cela change avec ce deuxième album.
On va donc retrouver dès les premiers instants tout ce qui fait le sel du Death Metal de Cerebral Rot qui, s’il ne figure pas sur la liste des groupes les plus originaux et novateurs en activité aujourd’hui, possède tout de même une véritable personnalité. Cette identité marquée, les Américains l’entretiennent tout au long de ces quarante-sept minutes grâce à ces leads et autres riffs sinistres aux atours toujours aussi déglingués comme ceux que l’on peut entendre dès les premières secondes d’"Excretion Of Mortality" ainsi que sur "Vile Yolk Of Contagion" à 1:14, "Spewing Purulence" à 2:08, "Bowels Of Decrepitude" à 3:23, "Drowned In Malodor" à 3:29, "Retching Innards" à 4:49 ou "Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)" à 1:31. De ces riffs dégueulasses, tordus et putrides vont naître des atmosphères vicieuses et sournoises particulièrement menaçantes qui vont faire de chaque écoute un moment aussi délicieux qu’inconfortable.
Mais là n’est pas le seul attrait du Death Metal de Cerebral Rot. Derrière ses airs de groupe rampant adepte du mid-tempo lourdingue et baveux (c’est le cas, ne vous y trompez pas), il n’en reste pas moins que de nombreuses accélérations viennent dynamiser l’ensemble à coup de blasts relativement musclées et autres coups de collier toujours aussi bienvenues ("Excretion Of Mortality" à 1:31 et 2:31, les premières mesures de "Bowels Of Decrepitude" et "Drowned In Malodor", "Retching Innards" à 2:11, "Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)" à 6:09). Pas de quoi perdre haleine mais on appréciera malgré tout à leur juste valeur ces quelques moments qui viennent apporter comme souvent du relief à ce genre d’album mené le plus clair du temps sans véritable excès de vitesse.
Naturellement, je ne pourrais pas conclure cette chronique sans évoquer le groove putride qui caractérise une fois de plus ces nouvelles compositions. Si on se délectera en effet de ces passages soutenus ou de ces riffs et autres leads malfaisants évoqués précédemment, on ne peut enlever aux Américains leur capacité à procurer à n’importe quel auditeur l’irrépressible envie de dodeliner de la tête lors de séquences particulièrement irrésistibles. Comment en effet ne pas céder face à des passages comme ceux proposés sur "Excretion Of Mortality" à 0:45, "Bowels Of Decrepitude" à 1:02, "Drowned In Malodor" à 1:30 ou "Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)" à 1:30 ? J’ai beau avoir enchaîné les écoutes depuis l’arrivée de cet album sur mon disque dur, je n’y arrive pas, c’est tout simplement plus fort que moi... Ajoutez-y le growl particulièrement profond et caverneux de Ian Schwab et vous voilà avec un album de Death Metal gras dans lequel on patauge avec grand plaisir.

Si pour ce nouvel album Cerebral Rot n’a effectivement pas pris beaucoup de risques, Excretion Of Mortality n’en reste pas moins un petit bijou de crasse fait Death Metal. Moins immédiat que son prédécesseur dans lequel je suis rentré bien plus rapidement, ce deuxième album se révèle davantage au fil des écoutes pour finalement s’imposer comme le digne successeur de l’excellent Odious Descent Into Decay. On y retrouve ainsi tout ce qui faisait le charme des Américains il y a déjà deux ans avec notamment ces leads sinistres et déglingués, ces accélérations franches et bienvenues et ce groove pesant et irrésistible dans lequel on se plait à se vautrer encore et encore. Bref, rien de neuf sous le soleil de Seattle si ce n’est la confirmation que Cerebral Rot est bien de ces groupes sur lesquels il faut aujourd’hui compter et au passage l’un de mes préférés dans le genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

isotaupe citer
isotaupe
22/11/2022 17:58
note: 9.5/10
A chaque écoute, cet album arrive à dégager une odeur pestilentielle.
Dégoutant, méphitique... indispensable!
Clodfransoa citer
Clodfransoa
22/11/2022 05:17
note: 9/10
Découvert en même temps que Tomb Mold et commandé directement sur le site de 20 Buck Spin, ce Cérébral Rot a un effet addictif sur moi…je ne peux plus m’en passer, pas une journée sans l’écouter.
Adepte de Death Métal old school, il rejoint sans crainte de la comparaison et dans un style complémentaire les « you’ll never see » de Grave et « onward to Golgotha » d’Incantation.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cerebral Rot
Death Metal
2021 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  9.25/10
Webzines : (4)  8.13/10

plus d'infos sur
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Death Metal - 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Excretion Of Mortality  (06:58)
02.   Vile Yolk Of Contagion  (05:45)
03.   Spewing Purulence  (05:30)
04.   Bowels Of Decrepitude  (05:00)
05.   Drowned In Malodor  (07:28)
06.   Retching Innards  (05:41)
07.   Crowning The Disgustulent (Breed Of Repugnance)  (11:04)

Durée : 47:26

line up
parution
25 Juin 2021

voir aussi
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Spewing Purulence (EP)

2020 - Parasitic Records
  
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)

2018 - Parasitic Records
  
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay

2019 - 20 Buck Spin Records
  

Essayez aussi
Chthe'ilist
Chthe'ilist
Le Dernier Crépuscule

2016 - Profound Lore Records
  
Lost Soul
Lost Soul
Ubermensch
(Death Of God)

2002 - Osmose Productions
  
Sulphur Aeon
Sulphur Aeon
Gateway To The Antisphere

2015 - Ván Records / Imperium Productions
  
Angel Morgue
Angel Morgue
In the Morgue of Angels

2020 - Redefining Darkness Records
  
Castleumbra
Castleumbra
Cthulu Wgah'nagl Fntagn (EP)

2012 - Obliteration Records
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique