chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
160 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Esoctrilihum - Dy'th Requiem For The Serpent Telepath

Chronique

Esoctrilihum Dy'th Requiem For The Serpent Telepath
Infatigable depuis sa conception. Aussi régulier que ton avis d'imposition. C'est donc très logiquement qu'Esoctrilihum gratifie les auditeurs, son écurie de toujours I, Voidhanger Records et l'année 2021 d'un nouvel album - son sixième en cinq ans. "Mais que quelqu'un arrête ce type !", semblé-je entendre du fond de la salle... Même si cette hyperactivité, qui confine à la psychiatrie, en laisse toujours bon nombre sur le carreau, force est de reconnaître qu'Asthâghul est loin d'enchaîner les bouses. Il est bon, le bougre ! Inégal, certes, mais diablement bon. Au-delà de cette intriguante mythologie qu'il développe sur ses pochettes et au fil de ses titres, au-delà même de son Black Metal qui n'a jamais peur de sortir des sentiers battus, Esoctrilihum peut se vanter de n'avoir jamais rien sorti de véritablement mauvais.

Je l'admets, il faut toujours un peu s'accrocher au rail de sécurité, tant ses méfaits sont longs et monolithiques. Mais l'auditeur attentif (et surtout patient) s'en retrouve gratifié : Oui, je crois que l'on peut qualifier Esoctrilihum, et tout ce que ce nom énigmatique englobe, de groupe véritablement unique. Que nous réserve donc ce "Dy'th Requiem For The Serpent Telepath" ? Alan Brown a raccroché les pinceaux, laissant sa place de choix à Dhomth, toujours aussi surréaliste, mais qui vient apporter une teinte beaucoup plus inquiétante à l'objet - comme toujours, superbe.

"Dy'th Requiem For The Serpent Telepath" est peut-être bien la sortie d'Esoctrilihum la plus symptomatique de ce syndrome du "trop", dont le projet souffre depuis sa création. Trop long (une heure dix-sept), trop ambitieux, trop plein, trop tout. Un patchwork d'idées tour à tour excellentes (le démarrage particulièrement sentencieux de "Ezkikur") et franchement bancales (les cordes mal accordées qui enchaînent sur "Salhn"), qu'Asthâghul semble avoir fait rentrer de force à grands coup de pied dans un disque déjà plein à craquer. Pour être complètement honnête, l'écoute intégrale en devient éreintante, l'inégalité des compositions ou le divin côtoie l'infernal faisant, immanquablement, traîner les pieds pour y retourner. Dommage, vu les tours de magie que notre Houdini en corpse-paint peut dévoiler. Quelques réveils un peu vifs font relever le nez : entre deux compositions atmosphériques, le gus n'hésite jamais à envoyer la sauce avec des blast-beats qui tapissent littéralement le mix, rejoints par une cacophonie de claviers ("Tyurh"). Mieux que rien, mais bon... La répétition abrutissante de la plupart des motifs mélodiques sert certes fort bien le propos (et la pochette qui les renferment), mais n'aide en rien ce sentiment de lassitude à disparaître. Plus que les images mentales que l'album évoque, c'est sur la trotteuse que notre regard se fige : "Dis, on est presque arrivés ?"

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : cette dernière livraison reste de très bonne facture. Complètement à l'écart du reste de la scène, Esoctrilihum continue de tracer sa route, dans sa propre dimension. Toujours aussi gourmand pour les effets pompiers (le trop-plein de synthé sur "Eginbaal", l'interlude From Software du pauvre "Craânag"), et, malheureusement... Toujours sans surprise. Car oui, "Dy'th Requiem For The Serpent Telepath" reste dans le sillon des sorties précédentes. Production identique, effets similaires, même ficelles usées... Un comble pour un projet aussi singulier. Malgré des instants de grâce absolue, dispersés çà et là au sein de compositions étirées à l'extrême, cette dernière fournée, que j'attendais sans grande conviction, m'aura laissé relativement tiède. Esoctrilihum gagnerait, sans aucun doute, à jouer de concision - parce que là, clairement, c'est bien d'être généreux, mais le spectre de l'étouffe-chrétien plane tout au long de cette heure et quart. Bref, rendez-vous à l'année prochaine !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Esoctrilihum
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.88/10

plus d'infos sur
Esoctrilihum
Esoctrilihum
Black Metal - France
  

tracklist
01.   Ezkikur  (06:28)
02.   Salhn  (07:35)
03.   Tyurh  (07:06)
04.   Baahl Duthr  (06:02)
05.   Agakuh  (07:07)
06.   Eginbaal  (07:12)
07.   Dy'th  (07:12)
08.   Craânag  (05:02)
09.   Zhaïc Daemon  (05:30)
10.   Nominès Haàr  (07:42)
11.   Xuiotg  (07:24)
12.   Hjh'at  (03:30)

Durée : 01:17:50

parution
21 Mai 2021

voir aussi
Esoctrilihum
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog

2020 - I, Voidhanger Records
  
Esoctrilihum
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The Ö Vrth Immemorial Gods

2019 - I, Voidhanger Records
  

Essayez aussi
Drudkh
Drudkh
Estrangement

2007 - Supernal Music
  
Naglfar
Naglfar
Vittra

1995 - Regain Records
  
Hegemon
Hegemon
Initium Belli (EP)

2017 - Autoproduction
  
Odraza
Odraza
Rzeczom

2020 - Godz Ov War Productions
  
Various Artists
Various Artists
Tliltic Tlapoyauak (Compil.)

2013 - The Ajna Offensive / Crepusculo Negro
  

Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique