chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Inferno - Paradeigma

Chronique

Inferno Paradeigma
(Phosphenes of Aphotic Eternity)

Les expérimentations psychédéliques de Blut Aus Nord ; la densité magnifique d’Ulcerate ; l’atmosphère de rêves sortant leurs griffes d’Akhlys… Non, on ne sera pas étonné de voir ce nouvel album d’Inferno sortir sur le label Debemur Morti. Il y a toute sa place, lui qui signe une nouvelle étape pour le groupe tchèque, ayant déjà partagé une vision particulière du black metal orthodoxe avec Omniabsence Filled by His Greatness et surtout l’excellent Gnosis Kardias (Of Transcension and Involution). Un split avec Devathorn plus tard, montrant la bande prête à franchir totalement les frontières de la perception et d’un black metal où elle semblait de plus en plus engoncée, les guitares et ambiances impatientes de déborder vers un ailleurs, la voilà définitivement de l’autre côté. Un autre côté apaisant, cauchemardesque, indéniablement occulte mais qui, pourtant, présente une plongée inédite dans des abîmes inconnues… jusqu’à présent.

Des abîmes... Ou des cimes. Comment expliquer autrement l'intensité inédite atteinte par Inferno sur cette nouvelle offrande ? Une éruption solaire, aveuglante, brève (l'album atteint à peine les 36 minutes), autant de fractales radieuses figurées par cette somptueuse pochette de l'inénarrable Elijah Tamu. Paradeigma (Phosphenes of Aphotic Eternity) reste pétri par ces mains de maître, qui réinventent sans cesse les mêmes gestes, transforment la musique en organique, et surprennent. Une masse grouillante d'idées, de subtiles touches figurées par ce jeu de batterie hallucinant de technique et de finesse, tout en cymbales qui douchent et en dômes de ride qui percent, strident, le mille-feuille de cordes. Couche après couche, dans une homogénéité redoutable, le quatuor enterre encore un peu plus profond les canons du style : un Black Metal qui n'a plus d'orthodoxe que le nom, et les quelques sigils sibyllins parsemant son livret, pour faire bonne mesure. Guitare, basse, batterie et chant ne sont plus que des instruments, au sens de l'outil, pour bâtir un édifice qui nous dépasse - les piliers de la création ?

Là se cache la religiosité nouvelle qui guide Inferno : ne plus figurer des formes mais s’inspirer des flux, se faire mouvement dans un black metal fluide et ascensionnel, le chaos et ses effusions de vie devenant le symbole d’un satanisme libre, vital et universel, appelant à briser les chaînes d’un ordre des choses pour faire sien – en effet – l’exercice de création. Cela est ambitieux ; il est d’autant plus époustouflant de voir que l’orchestre parvient à rester constamment à la mesure de son défi, grâce à une construction globale où tout semble pensé de bout en bout, se mariant merveilleusement sur cette grosse demi-heure que l’on peut croire réfléchie en un seul bloc. Un lien tangible entre ces six compositions se sent rapidement, un lien qu’une production profonde et parfaitement équilibrée (un tour de force, quand on s’essaye à séparer les différentes couches d’instruments composant l’ensemble), des voix habitées suivant cette tendance à la personnification d’éléments s’entrechoquant par une glossolalie évoquant un langage aux significations mouvantes, permettent de rendre saisissant. Il peut y avoir quelques critiques envers cette démarche qui uniformise au point de ne pas laisser briller ce qui sont pourtant des instants de bravoure – tel « Ekstasis of the Continuum », véritable transe usant de boucles post-punk pour emporter dans ses palettes de noir et d’or –, mais Paradeigma (Phosphenes of Aphotic Eternity) n’en reste pas moins une œuvre rare, allant directement au cœur de son sujet pour ne jamais le lâcher, jusqu’à un final laissant aussi horrifié qu’émerveillé devant l’immensité dépeinte par les Tchèques, proche d’un mélange entre les tortures spatiales d’Ævangelist et la paix océanique, le vide entre les étoiles devenant un bain cosmique, de Dirge.

Oui, Paradeigma (Phosphenes of Aphotic Eternity) est écrasant. De grandeur, de majesté, dans ce qu’il dépeint comme dans sa manière de sonner. Délire fervent, grâce fiévreuse. Une créature fantastique, dans tous les sens du terme ; Un invertébré fascinant, dont l’auditeur ne pourra qu’admirer les frémissements, les pulsations, au rythme des turbulences de ce somptueux voyage dans l’inconnu. Inferno livre ce qui s’impose comme un disque « à part » dans sa riche discographie. Plus ou moins à l’écart, certes, mais qui s’inscrit dans la logique du combo Tchèque : tout remettre en cause, évoluer, sortir des ornières, toujours. Une fois encore, ça marche, du feu de Dieu. Paradeigma (Phosphenes of Aphotic Eternity) est effectivement le « disque Debemur Morti » d’Inferno, gratifiant l’écurie française d’un full-length de haute volée, voué à figurer parmi la tête du peloton des sorties de l’année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Inferno
Black Metal occulte avant-gardiste
2021 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Inferno
Inferno
Black Metal occulte avant-gardiste - 1996 - République Tchèque
  

tracklist
01.   Decaying Virtualities Yearn for Asymptopia  (01:01)
02.   The Wailing Horizon  (05:43)
03.   Descent into Hell of the Future  (07:56)
04.   Phosphenes  (04:46)
05.   Ekstasis of the Continuum  (07:46)
06.   Stars Within and Stars Without Projected into the Matrix of Time  (08:36)

Durée : 35 minutes 48 secondes

line up
parution
7 Mai 2021

voir aussi
Inferno
Inferno
Gnosis Kardias
(Of Transcension and Involution)

2017 - World Terror Committee Records
  
Inferno
Inferno
Omniabsence Filled by His Greatness

2013 - Agonia Records
  

Cerebral Rot
Excretion Of Mortality
Lire la chronique
Slithering Decay
Aeons Untold
Lire la chronique
Arna
Dragged To A Lunar Grave
Lire la chronique
Pink Floyd
The Dark Side Of The Moon
Lire la chronique
Krallice
Demonic Wealth
Lire la chronique
Meth Leppard / Infanticide
Meth Leppard / Infanticide ...
Lire la chronique
Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique