chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Midnight Betrothed - Dreamless

Chronique

Midnight Betrothed Dreamless
J’étais content à la première écoute de ce projet australien car j’ai cru enfin tenir une grosse merde. C’est qu’il en faut des merdes quand on est chroniqueur et qu’on veut être crédible. Car mettre des notes supérieures à 7 à tous les albums qu’on aborde, cela peut donner l’impression qu’on est généreux, qu’on aime tout, et donc qu’on n’aime rien. J’étais donc content parce que j’avais enfin l’album qui allait avoir une sale note, et ainsi redonner confiance en mon jugement. Et au bout de quelques écoutes j’ai dû me raviser... La note n’allait pas être si mauvaise, et finalement j’aime peut-être bien tout et n’importe quoi...

Certains s’arrêteront sans doute à la première impression donnée par MIDNIGHT BETROTHED, et ne retenteront pas l’expérience. Ils auront été dégoutés ou amusés par un élément, un seul, celui qui symbolise pourtant la personnalité de l’ensemble des compositions : l’omniprésence d’un piano. Mais attention ! Un piano joué par un amateur de l’instrument qui ne semble pas non plus véritablement le maîtriser. C’en est même effrayant dès les premières notes ! On a envie de pouffer car la simplicité du jeu de touches est vraiment risible. Le bonhomme balance des mélodies qui ressemblent à ce que tout petit curieux qui s’est acheté un synthé tente aléatoirement les premiers mois. Mais voilà, au fil des écoutes on se laisse attendrir, on y trouve du charme et peut même se laisser embarquer dans les ambiances romantiques sombres. On pense à plusieurs influences, et les premières comparaisons se feront avec le Japonais de KANASHIMI puisque lui aussi a toujours arrosé son black metal de piano. On trouve même des similitudes trop évidentes par moment, et ceux qui aiment crier au plagiat dès qu’ils trouvent une succession de notes assez proches seront aux anges..

La différence vient par contre du fait que le côté doom de KANASHIMI se retrouve moins. Les compositions sont plus envolées ici, et il arrive que les 6 compositions rappellent plutôt de vieux groupes épiques. Pas nécessairement les meilleurs ou les plus connus d’ailleurs, mais par exemple « Stop Visiting my Grave » m’a rappelé les efforts de VALAR. Pas nécessairement un compliment, c’est vrai... Cheap ? Un peu aussi, mais justement c’est ce qu’on peut apprécier, car le côté naïf parvient à hypnotiser durant 33 minutes. Et le fait que les vocaux soient quant à eux très raw et acérés équilibre bien le tout. Du coup il y a bien une réelle personnalité et une fois accepté le fait que le piano bancal soit le personnage central, on peut être conquis...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Midnight Betrothed
Black Metal Romantique Sombre
2021 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Midnight Betrothed
Midnight Betrothed
Black Metal Romantique Sombre - Australie
  

tracklist
01.   A House in The Distance
02.   A Snow-Crested Heart
03.   Stop Visiting my Grave
04.   Bygone Fortunes
05.   It was Once just a Glimpse
06.   What Quietly Arose in his Soul

Durée : 33:10

parution
30 Avril 2021

Cerebral Rot
Excretion Of Mortality
Lire la chronique
Slithering Decay
Aeons Untold
Lire la chronique
Arna
Dragged To A Lunar Grave
Lire la chronique
Pink Floyd
The Dark Side Of The Moon
Lire la chronique
Krallice
Demonic Wealth
Lire la chronique
Meth Leppard / Infanticide
Meth Leppard / Infanticide ...
Lire la chronique
Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique