chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Olórin - Through Shadow and Flame

Chronique

Olórin Through Shadow and Flame
Faire du bon doom metal n’est sans doute pas à la portée de tout le monde malgré la simplicité apparente du genre dont beaucoup pourraient penser qu’il suffit seulement de jouer lentement pour réussir cela. Olórin nous vient de l’Illinois et sa fondation remonte à deux mille neuf. Le groupe a pris son temps avant la sortie de ce premier album, le présent Through Shadow and Flame, enregistrant deux EP peu probants auparavant, je pense notamment à Lords of Arda sorti il y a sept ans déjà et qui ne m’avait pas du tout enthousiasmé. L’on rappellera que Olórin est l’ancien nom de Gandalf, et l’on a tout de suite une petite idée de quoi il en retourne quant aux thématiques abordées chez ce quintet. D’ailleurs, sur le papier ça avait de quoi être alléchant puisque l’on nous annonce un album complètement Tolkien, complètement doom metal, complètement épique et complètement puissant, si je me réfère à la phrase d’accroche sur la page bandcamp des Américains.

Des effets d’annonces, comme je vous le disais, qui avaient de quoi alerter toute personne pour qui ces termes résonnent assez facilement. Mais autant être franc, j’ai très rapidement déchanté. Olórin a beau avoir en son sein des membres de groupes qui sont bien dans la hype tels que Fer de Lance et Smoulder, l’on ne peut pas dire que la réunion de ces derniers aient apporté quelque chose de très probant. Le quintet pratique un doom metal traditionnel très scolaire et s’appuyant sur des riffs qui trainent la patte. Pour le coup, c’est loin de la puissance revendiquée et pour ce qui est du côté épique et bien l’on repassera car tout ceci manque énormément d’emphase. Il y a de bonnes idées, quelques bons riffs, des accélérations relatives pour donner du relief aux compositions, mais tout cela manque cruellement d’intensité et d’inspiration. J’ai souvent l’impression d’écouter un groupe de minots qui essaient d’imiter Reverend Bizarre période Crush the Insects ou The Gates of Slumber dans sa cave en regardant la trilogie du Seigneur des Anneaux en boucle. Ce n’est pas nullissime en soi, mais je trouve cela assez frustrant: comme s’il y avait quelque chose qui avait été oublié en cours de route pour en faire de bonnes compositions.

Mais en soi cela aurait pu passer si le groupe avait eu un bon chanteur. Car oui, faire du bon doom metal, cela nécessite avant tout d’avoir un bon chanteur. Et bien ce n’est pas du tout le cas de Clay Sibley qui est on ne peut plus exaspérant. Il n’a déjà pas un timbre de voix remarquable, donnant l’impression de toujours chanter sur le même air, mais en plus il n’apporte aucune intensité à tout cela, ce qui aurait pu justifier l’argumentaire comme quoi Olórin c’est de la musique puissante et épique. Pour être honnête, l’on a surtout l’impression qu’il chante faux sur quasiment l’entièreté de cet album, à tel point que l’on en est gêné pour lui, mais aussi pour les autres membres du groupe qui doivent tout de même avoir de sérieux problèmes d’audition pour ne pas se rendre compte que leur leader est souvent en dehors de la tonalité. En tout cas, l’effet que cela suscite est comparable à celui que donne ce pote totalement ivre en soirée et qui se ridiculise en chantant au karaoke. En cela, c’est ce "chanteur" la plus grosse faute de goût de cette formation et qui rend vraiment exaspérante l’écoute de cet album. L’on notera d’ailleurs que le seul titre qui passerait est Durin’s Tower, soit l’un des plus courts de cet album, et qui nous fait sortir de notre torpeur de manière bien trop fugace. L’instrumental Mornië n’est pas trop mauvaise, mais je ne peux toutefois pas passer sous silence les claviers à la Summoning sur le dernier titre qui ont fini d’achever mon impression.

Pénible, ennuyant, inintéressant, il n’y a malheureusement pas grand chose à sauver sur ce premier album d’Olórin. Sur le papier il y avait de quoi ravir tout amateur de doom metal un temps soi peu épique, mais il n’en est rien, même avec l’alignement de musiciens confirmés. Comme quoi, il est temps que cette hype de métal épique avec des formations toutes plus formatées les unes que les autres se termine et qu’il ne nous reste enfin que les bonnes formations en matière de doom metal. Bref, pour paraphraser Gandalf face au Balrog dépeint sur le pochette de cet album: « Vous ne passerez pas! ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
27/06/2021 17:35
note: 2.5/10
lkea a écrit : Caïn Marchenoir a écrit : The Gates of Slumber pour ce qui est le mieux

On est bien d'accord, faudrait traiter de ce groupe un peu plus par ici... Je vais me réécouter "Suffer No Guilt" prochainement tiens ! Sourire


Ça viendra un jour ou l'autre pour The Gates of Slumber. Outre les albums, j'ai une foultitude d'EP et compilations en ma possession.
lkea citer
lkea
27/06/2021 17:24
note: 2/10
Caïn Marchenoir a écrit : The Gates of Slumber pour ce qui est le mieux

On est bien d'accord, faudrait traiter de ce groupe un peu plus par ici... Je vais me réécouter "Suffer No Guilt" prochainement tiens ! Sourire
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
27/06/2021 16:50
note: 2.5/10
lkea a écrit : En soi assez nul, un bon exemple pour montrer qu'avoir une optique "true" ne suffit pas. Le chant fait passer le tout du côté du franchement naze, en effet ! T'as eu du courage pour t'en occuper Moqueur

edit : ahah les guillemets dans le line up Mr Green


C'est clairement l'illustration du discours et des poses avant les faits. Suffit de voir la photo du groupe, - je sais que c'est un peu court pour juger -, mais on a les t-shirts qu'il faut et la veste à patches tout proprette mise en valeur. Le truc c'est que dans ce registre il y a tellement mieux et je ne peux m'empêcher à The Gates of Slumber pour ce qui est le mieux. En tout cas, le label du groupe peut alterner entre excellentes sorties - Purification, Wotan - et d'autres de bien moindre qualité comme cet album.
lkea citer
lkea
27/06/2021 15:15
note: 2/10
En soi assez nul, un bon exemple pour montrer qu'avoir une optique "true" ne suffit pas. Le chant fait passer le tout du côté du franchement naze, en effet ! T'as eu du courage pour t'en occuper Moqueur

edit : ahah les guillemets dans le line up Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Olórin
Doom Metal
2021 - Rafchild Records
notes
Chroniqueur : 2.5/10
Lecteurs : (1)  2/10
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Olórin
Olórin
Doom Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Black Chasm  (07:42)
02.   Descension  (07:23)
03.   Ringwe  (06:14)
04.   The Endless Stair  (08:06)
05.   Durin’s Tower  (04:30)
06.   Mornië  (01:47)
07.   The White Rider  (09:47)

Durée : 45:29

line up
parution
29 Juin 2021

Essayez plutôt
Wretch
Wretch
Wretch

2016 - Bad Omen Records
  
Cross Vault
Cross Vault
The All-Consuming

2015 - Northern Silence Productions
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Taste My Sword Of Understanding

2014 - Svart Records
  
Cathedral
Cathedral
Soul Sacrifice (EP)

1992 - Earache Records / Columbia Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad

2009 - Cobra Records
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique