chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
165 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Turnstile - Turnstile Love Connection

Chronique

Turnstile Turnstile Love Connection (EP)
Paru lundi dernier sans avoir été préalablement annoncé (enfin presque puisque le groupe avait quand même révélé un titre il y a de cela quelques semaines), Turnstile Love Connection est la dernière petite sucrerie offerte par les Américains de... Turnstile. Bravo Captain Obvious ! Une parution pour le moins inattendue teasée à coup de publications Facebook et Instagam mystérieuses et qui à l’heure où j’écris cette chronique n’existe que dans les datacenter du monde entier. En effet, il n’a pour le moment pas été annoncé de sortie physique ce qui veut dire qu’il faudra se contenter des plateformes de streaming, de YouTube où vous pourrez y regarder ce long clip de onze minutes dirigé par le chanteur Brendan Yates (disponible ici sur votre droite) ou de ces voies détournées que vous saurez très bien trouver tout seul si comme moi vous souhaitez l’avoir partout, tout le temps.

Turnstile Love Connection ou T.L.C. est donc le genre de petite surprise à laquelle on ne s’attendait pas. Une délicate attention aussi modeste que réjouissante qui va venir nous réchauffer le coeur et nous rendre le sourire en cette période particulièrement pluvieuse et maussade. Court EP affiché à un peu plus de onze minutes, cette petite douceur offerte par les garçons de Baltimore nous propose ainsi de découvrir quatre nouvelles compositions marchant évidemment à grandes enjambées dans les traces des précédentes sorties de la formation et notamment de l’excellent Time & Space paru il y a déjà trois ans maintenant.

Toujours aussi insaisissable, Turnstile continue d’appliquer cette formule qui a fait son succès jusque-là en mélangeant avec cette insouciance et cette légèreté qui les caractérisent Punk, Hardcore et Rock Alternatif, le tout saupoudré par quelques sonorités modernes empruntées sans gêne et avec finalement beaucoup d’adresse à des musiques plus populaires (Électro, Rap, Pop...). Un titre comme "No Surprise" aurait ainsi très bien pu servir d’interlude sur un de ces albums de Rap ou de R’n’B trustant aujourd’hui les plus hauts sommets des charts et dont les clips tournent en bouclent sur MTV où ailleurs… Entre ce synthétiseur aux notes naïves et sucrées et la voix du bassiste Franz Lyons probablement passée (avec subtilité) dans un horrible vocodeur (à moins que ce ne soit que de la réverb’ mais j’ai un doute), on s’y croirait en effet. Ce genre de sons, on va également les trouver lors des premiers instants de "Holiday" ou bien en guise d’introduction et de conclusion sur les excellents "Mystery" et "T.L.C. (Turnstile Love Connection)".

Mais si ces sonorités contribuent à cette originalité qui caractérise la musique de Turnstile, ce n’est bien évidemment pas ce qui prévaut. Ce que l’on va surtout retenir de ce nouveau EP ce sont ces compositions toujours aussi dynamiques et catchy, ces refrains et autres lignes de chant ultra mélodiques qui vous collent à la peau ("Mystery", tube imparable qui va à n’en point douter m’accompagner durant tout l’été) et qui en plus d’un sourire béa vous procurent l’irrésistible envie de danser à la manière d’un Brendan Yates tout en pirouettes et autres sauts de cabri, ces riffs toujours aussi efficaces et particulièrement entêtants ("Holiday" à 0:24, "Mystery" à 0:31), ce flow Hardcore redoutable et cette variété de tous les instants qui fait qu’aucun de ces quatre morceaux ne se ressemblent. "Holiday" et "T.L.C. (Turnstile Love Connection)" (mention spéciale pour ce break imparable et ces "Poopoopoo" qui le sont tout autant) qui s’inscrivent par exemple tous les deux dans une veine résolument Hardcore bien que l’un et l’autre propose deux approches particulièrement différentes, "No Surprise" qui prend avec ses quartes six secondes la forme d’un interlude Electro, Pop, R’n’B je ne sais quoi tout en légèreté et puis ce "Mystery" aux relents 90’s si évidents. Bref, un véritable régal du début à la fin.

Onze minutes c’est court, extrêmement court, surtout lorsque l’on prend autant de plaisir à écouter ces quelques morceaux. Alors on enchaîne les écoutes et à chaque fois on s’amuse de cette aisance qu’a Turnstile à composer ce genre de morceaux faciles car immédiats et en même temps si bien ficelés, d'une manière qu’eux seuls maîtrisent avec autant d’aisance et de décontraction. Si certains y voient un groupe capable de changer les règles du jeu et de bousculer les barrières, j’y vois surtout de jeunes musiciens talentueux, soucieux de faire ce qui leur plaît sans se préoccuper des guerres de chapelles, piochant ça et là dans des genres parfois bien éloignés les uns des autres tout un tas d'éléments capables de faire sens une fois mis bout à bout grâce à ce savoir-faire qui est le leur. Et puis oui, il y a chez les Américains cette légèreté, cette insouciance, cette énergie et finalement beaucoup d’amour à partager. Bref, après avoir écouté ce EP cent vingt cinq fois depuis sa sortie, on croise les doigts pour que ces onze minutes ne soient qu’une délicieuse mise en bouche à un troisième album que l’on espère évidemment voir débarquer très prochainement !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

grintold citer
grintold
29/07/2021 15:25
Un très très bon EP, et le clip est vraiment cool, leurs look 80's leurs va si bien.
En espérant un disque un peu plus long, car 9min c'est frustrant
AxGxB citer
AxGxB
25/07/2021 09:32
lkea a écrit : J'aime beaucoup, en particulier avec le clip qui lui est attaché. Du coup je demande : les albums sont-ils autant marqués par ce mélange Hardcore / Beastie Boys / New wave ? Ont-ils un autre morceau comme "No Surprise" ?

Alors oui, les deux albums sont quand même bien variés avec pas mal de sonorités empruntées à 311, Shelter, Beastie Boys (peut-être) et tout un tas d’autres trucs qui évoquent les années 90. Par contre, non, pas d’autres titres comme Mystery Clin d'oeil
lkea citer
lkea
25/07/2021 08:49
J'aime beaucoup, en particulier avec le clip qui lui est attaché. Du coup je demande : les albums sont-ils autant marqués par ce mélange Hardcore / Beastie Boys / New wave ? Ont-ils un autre morceau comme "No Surprise" ?
AxGxB citer
AxGxB
02/07/2021 18:07
Keyser a écrit : L'écoute intégrale me convainc davantage ! Je suppose qu'il n'y a pas de version CD ?

Non, rien, pas de sortie physique annoncée pour le moment...
Keyser citer
Keyser
02/07/2021 17:32
L'écoute intégrale me convainc davantage ! Je suppose qu'il n'y a pas de version CD ?
Keyser citer
Keyser
02/07/2021 14:23
J'adore Turnstile mais l'extrait m'avait ennuyé à mourir, trop mollasson. Je vais quand même tester l'ensemble.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Turnstile
Hardcore
2021 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Turnstile
Turnstile
Hardcore - 2010 - Etats-Unis
  

vidéos
Turnstile Love Connection
Turnstile Love Connection
Turnstile

Extrait de "Turnstile Love Connection"
  

tracklist
01.   Holiday  (02:52)
02.   No Surprise  (00:46)
03.   Mystery  (02:35)
04.   T.L.C. (Turnstile Love Connection)  (01:43)

line up
parution
28 Juin 2021

voir aussi
Turnstile
Turnstile
Glow On

2021 - Roadrunner Records
  
Turnstile
Turnstile
Step 2 Rhythm (EP)

2013 - Reaper Records
  
Turnstile
Turnstile
Nonstop Feeling

2015 - Reaper Records
  
Turnstile
Turnstile
Time & Space

2018 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Mad At The World
Mad At The World
Domination

2015 - Beatdown Hardwear
  
Backtrack
Backtrack
Lost In Life

2014 - Bridge Nine Records
  
Mad At The World
Mad At The World
Destruction Process (Démo)

2014 - Autoproduction
  
Merauder
Merauder
Master Killer

1995 - Century Media Records
  
Jack Move
Jack Move
Demo 2014 (Démo)

2014 - Straight & Alert
  

Caveman Cult
Blood And Extinction
Lire la chronique
Gargoyle
Hail to the Necrodoom
Lire la chronique
Melvins
Bullhead
Lire la chronique
Lingua Ignota
Sinner Get Ready
Lire la chronique
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)
Lire la chronique
Superbloom
Pollen
Lire la chronique
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique