chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Elitism - Requiem pour une race mourante

Chronique

Elitism Requiem pour une race mourante
[ A propos de cette chronique ]

Notre chroniqueur à moustaches, Ikea, arrive toujours à trouver les mots justes, ceux qui me rassurent et me convainquent. Et c’est à nouveau grâce à lui que j’ai décidé de bel et bien parler du nouvel album d’ELITISM, qui comme d’habitude véhicule des opinions politiques « finies à la pisse ». Le Français qui en est à l’origine ne s’en cache pas le moins du monde. Il est du coup plus que fini à la pisse, mais carrément dans une piscine de pipi jaune. On peut même distinguer des morceaux de caca et des traces blanchâtres douteuses. Mais on peut en parler, et ce sont donc les mots suivants, écrits dans la chronique du dernier SORDIDE, qui me l’ont rappelé :

« Si cela fait un moment que vous consultez notre site, vous le savez certainement : Thrashocore prend le parti de distinguer l’art et les idées, laissant à ses chroniqueurs le soin de parler de musique avant toutes choses, quitte à traiter d’albums véhiculant des opinions politiques sulfureuses, pour employer un mot neutre (« finies à la pisse » sera plus proche de notre avis).
Cela est la décision commune – ce qui ne veut pas dire que nous sommes tous d’accord sur le sujet. En effet, d’autres – dont nous faisons partie – pensent que la musique et les idées ne font qu’unes, que traiter de musique revient nécessairement à laisser une place aux discours proférés par leurs auteurs. Honnêtement, on se demande bien comment font ceux qui décident de faire la part des choses, trouvant une absurdité à se dire que d’écouter des œuvres partageant des points de vue d’une stupidité crasse est une décision intelligente. Au mieux, un aveuglement volontaire. Au pire, une propagation involontaire de ce qui se rapproche à de la propagande d’extrême droite. »


En fait, Ikea et Dysthymie ont rédigé à deux. Ce qui me fait dire que nous sommes donc au moins trois à être d’accord chez Thrashocore. Les « idées » (« idéologies » en fait) qui sont mises en avant dans un visuel ou dans des paroles font totalement partie du groupe. On ne devrait pas essayer de les oublier ou de les mettre de côté, avant tout parce que ce sont elles qui alimentent l’inspiration des compositions. On fait du black metal parce qu’on est poussé par une rage, par une souffrance, par une haine... ou par quelque chose de très moche, ou de stupide, ou de regrettable, ou d’impardonnable. Mais quelque chose qui se manifeste dans la musique. Et ce quelque chose qu’un groupe apporte ou affirme, il peut tout à fait se révéler être à l’encontre de notre morale, de nos croyances, de nos valeurs. Et c’est là que la véritable question se pose, et devrait diviser : « Peut-on écouter de le musique dont on ne partage pas l’idéologie ? ». Ceux qui répondent par la négation estiment qu’ « écouter du NSBM, c’est soit en partager les affreuses idées, soit en faire la promotion, soit banaliser l’inadmissible ». C’est possible, mais ce n’est jamais sous cet angle que je vois le problème. Personnellement je ne dois pas réfléchir suffisamment, et je ne peux qu’expliquer que je suis comme ces passionnés de tueurs en série, qui s’intéressent à leurs actes, à leur folie, à leur vie. Sans qu’on ose même se demander s’ils admirent finalement les opinions de l’assassin. Il était pédophile ? Cannibale ? Antisémite ? « Oh là, tu t’intéresses à ce tueur en série qui enculait des grands-mères après les avoir tuées ! Est-ce que tu cautionnes la sodomie des mamies ? La Sodomamie ! ».

Donc je suis toujours curieux de savoir ce qui pousse un groupe à hurler son black metal, et toutes les raisons, toutes les causes sont finalement légitimes. Et peut-être même encore plus avec ELITISM, qui n’aurait pas pu créer des compositions telles que les huit de Requiem pour une race mourante s’il avait décidé de parler de Satan, de l’espace ou de la nature. Le titre de l’album en lui-même l’explique, mais l’ambiance est à la désillusion, à la douleur, à la défaite, à la mélancolie du vaincu. On y retrouve bien entendu beaucoup d’élans de fierté, mais qui ne paraissent plus que des souvenirs d’une utopie personnelle. C’est finalement presque touchant de partager 40 minutes de la chute d’une espèce se croyant ou s’étant crue supérieure. Les paroles en français ne sont pas toujours audibles, mais elles se font marquantes quand c’est le cas, se mêlant à des riffs grésillants relevants d’une urgence désespérée. Les vocaux chantent, mais ils déclament aussi par moments, ajoutant de la tension comme sur « Allemagne, réveille-toi ! », au début sur du black metal hargneux, à la fin sur un piano magnifique de détresse. Cet effet est à d’autres moments amplifié par un clavier discret, ajouté soit dans les véritables morceaux, soir utilisé sur l’un des intermèdes à tendance martiale (« Idéalisme contre fatalisme », « Au milieu des ruines »). La chute... La chute qui est désormais définitive même si le protagoniste continue de se débattre. C’est magnifiquement retransmis tout le long de l’album, jusqu’au « Requiem pour une race mourante » final qui tout en douceur symbolise les derniers instants de ce personnage tortuté et mis à terre.

Les polémiques seront sans doute inévitables, et comme lorsque j’avais parlé l’année dernière de WOLFNACHT, il pourrait y avoir à nouveau plus de réactions sur l’idéologie que sur la musique. C’est compréhensible, et pourtant les compositions sont excellentes. ELITISM sort tout simplement l’un des albums les plus marquants de la première moitié de l’année 2021, qui résonne et qui m’appelle encore et encore. Les sensations sont très fortes ! Signalons juste que la basse a été confiée cette fois-ci à Diktator Spktr de ORDER OF THE DEATH’S HEAD et GESTAPO 666, et que les paroles, outre venir du membre principal HGH, ont vu une contribution de la part de Xaphan, Caïnis et Skorz.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

14 COMMENTAIRE(S)

Goodnacht citer
Goodnacht
24/07/2021 05:56
"Le problème avec la morale, c'est que c'est toujours celle des autres !"

Léo Ferré
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
23/07/2021 17:52
Goodnacht a écrit :
Par contre du black metal vegan, ça m'aurait vraiment fait chier de trouver ça excellent.
Et ça risque d'arriver un jour...


L’ expérience m’intime l’ordre de ne pas réagir à ce genre de commentaire. Mais les tripes gueulent plus fort : le black nazi c’est pas un souci, mais le black vegan ça en serait un? Je suppose que je suis nul en 2nd degré et que je tombe dans le premier piège à con venu…
Fabulon citer
Fabulon
23/07/2021 22:39
note: 8.5/10
Goodnacht a écrit :
(Personne n'a encore eu les couilles d'inventer le Anti-Islam Black Metal. Bah alors les courageux,on ose pas ???)
.


Tu as une poignée de groupes du genre CIRCLE OF DAWN, REIDH & consorts qui a semble t-il déjà breveté l'idée.
Goodnacht citer
Goodnacht
23/07/2021 15:51
Musicalement énorme.

Que ça parle de licornes fluos, de petites fleurs, de femmes voilées ou du grand-vilain-méchant-mâle-blanc-dominant-du-patriarcat-oppressif, je m'en contrebats les couilles !
Mes oreilles jouissent et ça s'arrête là.

Je sais depuis que j'ai 7-8 ans que c'est une idéologie bien dégueulasse, que je ne voterai jamais Le Pen de ma vie MAIS écouter cet album m'apporte du plaisir.

Aucun putain de conflit moral en ce qui me concerne et la cible est tellement facile que ça devient plus ridicule qu'outrageant !
(Personne n'a encore eu les couilles d'inventer le Anti-Islam Black Metal. Bah alors les courageux,on ose pas ???)

INQUISITION est dans mon top 3 all-time et ça fait pas de moi un dangereux pédophile !!!

Par contre du black metal vegan, ça m'aurait vraiment fait chier de trouver ça excellent.
Et ça risque d'arriver un jour...
Sangarn citer
Sangarn
17/07/2021 19:55
note: 9/10
Merci pour la découverte, vu le genre je serais jamais tombé dessus par moi même, c'est excellent, le rythme et la composition est parfaite: un vrais requiem.
Johnjohn citer
Johnjohn
17/07/2021 00:12
Rien à comprendre, je réfute! Oui, la musique Metal véhicule des tas de références à des trucs pas glop, parmi lesquels figurent têtes de mort et Satan. Accessoirement, les médias véhiculent tous des images dont l'intensité dramatique dépasse largement le quotidien du quidam lambda, qui les regarde de son fauteuil. Toutefois, c'est faire preuve de naïveté que de ne pas voir que derrière le NSBM se cache un propos politique, et une volonté d'embrigadement. Chanter louange à Satan, c'est du second degré. Chanter louange au projet nazi, c'est du négationnisme.
Et oui, il me semble que Sakri, en insistant, tu participes. Marre de lire ce genre de chroniques sur Thrasho, que je respecte infiniment par ailleurs pour son expertise musicale... S'il n'y avait pas qqs chroniqueurs courageux, j'aurais fichu le camp depuis longtemps. Je pensais pas en arriver à écrire ça un jour...
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
12/07/2021 18:16
J’entends les arguments pour la publication de ce genre de chroniques. Et je les comprends (… plus que je ne les respecte). En tous cas si j’avais besoin d’autres raisons pour me conforter dans mon lointain choix de changer de crémerie, je suis servi sur un plateau d’argent (… et de merde mélangés Gros sourire)
Hallu citer
Hallu
12/07/2021 11:59
Ah oui... Autant Peste Noir il peut jouer sur l’ambiguïté, et au final c'est assez grotesque et rigolo, autant là y a pas de place au doute, c'est totalement facho. Je peux continuer à écouter Deathspell Omega, Drudkh, ou Burzum, mais là non.
tatur citer
tatur
12/07/2021 10:40
Sakrifiss a écrit : tatur a écrit : Mais leur donner un espace de visibilité, non.


En fait "donner une visibilité", ça voudrait dire que Thrashocore est un espace de publicité ou de promotion. Et on peu le voir comme ça.
C'est en ce qui me concerne un espace qui permet de répertorier. De parler de ce qui existe. Sans faire de sélection entre les bons ou mauvais albums (dans un sens de qualité ou autre).
Parler de la scène en zappant volontairement un pan de sa réalité, c'est comme volontairement ne pas parler d'une période de l'histoire.
Est-ce qu'on raconte ou est-ce qu'on conte ? En quelque sorte...


De mon point de vue, Metal-archives est un site "répertoire".
Thrashocore est un site de chroniques musicales et de news. Il offre un espace de visibilité bien plus marqué.

Sur l'album en question, ils ne font pas de l'Histoire.
Ils chantent à la gloire d'une idéologie raciste/racialiste et génocidaire.
Ce n'est pas tout à fait pareil qu'un travail de recherche.
Ce n'est pas la réédition critique de Mein Kampf quoi.. .

Bon sinon, j'ai écouté.
J'ai tenu 3 titres.... Si encore je n'avais pas entendu certaines paroles, mais là, certaines étant bien compréhensibles. Je n'ai pas su.
C'est peut être du fait aussi que je suis dans une période de lecture Historique sur la période... Alors, après avoir lu les massacres perpétrés par les Kommandos et autre Policiers à l'Est, je ne peux plus cautionner.

Tant pis pour moi, musicalement ça avait l'air sympa.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
11/07/2021 22:01
note: 9/10
tatur a écrit : Mais leur donner un espace de visibilité, non.


En fait "donner une visibilité", ça voudrait dire que Thrashocore est un espace de publicité ou de promotion. Et on peu le voir comme ça.
C'est en ce qui me concerne un espace qui permet de répertorier. De parler de ce qui existe. Sans faire de sélection entre les bons ou mauvais albums (dans un sens de qualité ou autre).
Parler de la scène en zappant volontairement un pan de sa réalité, c'est comme volontairement ne pas parler d'une période de l'histoire.
Est-ce qu'on raconte ou est-ce qu'on conte ? En quelque sorte...
Sagamore citer
Sagamore
11/07/2021 14:41
note: 9/10
Au-delà des idées défendues par le projet, le Black Metal d'HGH est fantastique, sulfureux, mais transpire la grandeur et la noblesse, en plus d'être un superbe hommage à la scène d'antan, toujours porté par le sens du riff et un chant unique. Grand disque, et le meilleur de sa discographie.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
11/07/2021 12:52
note: 8.5/10
Excellent album qui trouve le moyen d'être encore supérieur au précédent ! Ambiances froides et industrielles, porté par un mur sonore en noir et blanc. On aime ou on déteste mais force est de reconnaître que le bonhomme arrive à composer de supers titres et à embarquer l'auditeur dans un voyage malsaint vers les tréfonds de l'âme humaine !
tatur citer
tatur
11/07/2021 11:15
C'est vraiment compliqué pour moi.
Je peux comprendre qu'on puisse écouter du NSBM, pour la musique, en ne partageant pas l'identité et l'idéologie du groupe (en plus, on ne comprend pas les paroles), mais leur donner un espace de visibilité, non.

Ça peut m'arriver d'en écouter, juste je ne leur donnerai pas un seul copek, publicité ou autre.

Parce que l'idéologie raciste derrière ça, il faut le rappeler quand même, c'est les massacres perpétrés à l'Est. Des dizaines à des centaines de milliers d'hommes, femmes et enfant abattus d'une balle dans la nuque, ventre à terre.
lkea citer
lkea
11/07/2021 08:24
Réponse intéressante Sakri ! Je ne partage pas ton avis (on en a déjà discuté de nombreuse fois, inutile de refaire le match) mais c'est chouette de faire partager nos réflexions sur le site je trouve Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Elitism
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8.75/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Elitism
Elitism
Black Metal - 2011 - France
  

tracklist
01.   Purification politique
02.   Allemagne, réveille-toi!
03.   Nuremberg est tombée
04.   Au milieu des ruines
05.   Accord epuration
06.   Idéalisme contre fatalisme
07.   Mourir pour Berlin
08.   Requiem pour une race mourante

Durée : 36:06

parution
11 Février 2021

Essayez aussi
Ende
Ende
The God's Rejects - Demo MMVIII (Démo)

2015 - Cold Dark Matter
  
Arizmenda
Arizmenda
Stillbirth in the Temple of Venus

2014 - Crepusculo Negro
  
Ondskapt
Ondskapt
Grimoire Ordo Devus

2020 - Osmose Productions
  
Wolfkrieg
Wolfkrieg
When the Cold Comes

2020 - We Are At War Records
  
Nuklear Frost
Nuklear Frost
Subjugation

2014 - Autoproduction
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique