chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

King Diamond - "Them"

Chronique

King Diamond "Them"
Abigail (1987) avait marqué les mémoires à plusieurs titres : en accouchant d'un premier chef-d'oeuvre, King Diamond s'affirmait comme un groupe imparable. Son leader et vocaliste s'émancipait de plus en plus de l'ombre de Mercyful Fate, séparé depuis 1985. D'autant plus que ses deux transfuges, Michael Denner et Timi Hansen, quittaient le navire pour être remplacés par Pete Blakk (guitares) et Hal Patino (basse) qui commencent leur collaboration avec le groupe lors de l'enregistrement de « Them » au MMC Studio à Copenhague. Le Suédois Mikkey Dee continue d'en tenir les fûts. Cette équipée est évidemment toujours pilotée par King Diamond (voix), qui compose la plupart des morceaux et écrit toutes les paroles de ce disque. Andy LaRocque (guitare) se fait une place de choix ici en composant trois morceaux. L'album précédent faisait déjà franchir un cap au groupe dans la richesse et la variété de leurs compositions : « Them » ne faisait que confirmer cette progression et maintenait leur heavy metal occulte à un très haut niveau.

Cet opus de 1988 est également une grande réussite grâce à son concept, encadré par l'introduction « Out From The Asylum » et les deux conclusions « Coming Home » et « Phone Call » (morceau bonus) qui instillent avec leurs samplers horrifiques une atmosphère terrifiante, renforcée par la lettre laissée par le personnage principal qui raconte en les éludant des événements traumatisants de son enfance. Ils ont eu lieu dans la demeure de sa grand-mère, fraîchement revenue de l'asile. Le jeune King y vit avec sa mère et sa sœur Missy. Ses lumières allumées percent la nuit bleutée qui surplombe la belle pochette de cet album, laissant peu de place au doute : il se passe des choses dans ce manoir, baptisé Amon. L'aïeule, dès son retour, entretient des attitudes étranges, comme ce service à thé qui entre en lévitation dans le morceau « The Invisible Guests » ou encore ses palabres énigmatiques à propos d'invités invisibles et de « leurs » voix qui la pousseraient à commettre des actes atroces. Le jeune King révélait d'ailleurs dans sa lettre, véritable appel au secours, que le cou de son grand-père avait été séparé de son corps dans de mystérieuses circonstances. Pour l'heure, l'ancêtre, passablement irritée par sa curiosité, lui somme de retourner dormir, lui promettant des révélations ultérieures.

C'est bien le King Diamond adulte qui hante cet album de sa voix possédée. On connaissait déjà depuis Fatal Portrait (1986) sa faculté à transcender des riffs heavy metal ravageurs par sa voix schizophrène. Ici, outre son registre habituel composé d'envolées suraiguës, de choeurs gutturaux qui évoquent les démons de la mansarde (« The Accusation Chair ») ou encore de tremoli virtuoses, il campe le personnage de la grand-mère avec une grande dévotion, adoptant une tessiture éraillée atypique et vieillissant sa voix pour offrir à son personnage un relief incroyable. Il pose d'ailleurs en fauteuil roulant sur la pochette pour coller au maximum à son personnage, dans un visuel devenu culte. Tout comme la scène qui s'offre à nos oreilles dans le morceau « Tea », lorsque l'odieuse mémé, dans un excès de folie, entaille le bras de son petit-fils pour verser son sang dans une tasse de thé, libérant ainsi les esprits pernicieux qui hantent Amon. « Leurs » pouvoirs explosent dans toute la maison, alors qu'ils s'emparent de la pauvre mère de King et Missy, la faisant mourir à petit feu. La sortie de l'asile était visiblement prématurée...

À l'inverse, le changement de studio fait du bien au son de King Diamond. Ses guitares ont un grain plus ample, surtout quand le combo se permet d'ajouter des arpèges à la guitare acoustique pour souligner leurs mélodies (« Tea »). Les « palm mutes » et « power chords » caractéristiques du genre gagnent en profondeur, tout comme la batterie et la basse, bien mises en avant par cette production plus précise et appliquée. C'est ce qu'indique « Welcome Home », qui débute avec un pattern de batterie technique et une basse virevoltante et introduit une série de compositions travaillées et racées. Lorsque le tempo accélère, laissant retentir un solo ultime, la magie de King Diamond opère à nouveau : « Them », comme son prédécesseur, livrera sa part de riffs cultes, à l'image des harmonies de guitares fulgurantes qui ouvrent « Mother's Getting Weaker » ou encore « The Accusation Chair », dotés de l'une des lignes de basse torrentielles qui soutiennent cet opus. De même, les soli assurés tour à tour par Andy LaRocque et Pete Blakk offrent à cet album une belle intensité technique. Le clavier y est moins présent que sur ses deux aînés, ce qui confirme son aspect plus organique. Et ce malgré un enregistrement un peu chaotique : Hal Patino a du apprendre et restituer à la hâte les partitions de Timi Hansen, King Diamond et le producteur Roberto Falcao ont dû rajouter des harmonies de guitares après l'enregistrement pour palier aux oublis d'Andy LaRocque.

Ce troisième full-length comporte tout de même ses moments inoubliables, à l'image de son climax « Bye Bye Missy ». Ce morceau explosif au tempo changeant laisse exploser un riff monstrueux, lorsque retentissent ces lignes de chants terrifiantes :

« I saw Missy struggling in Grandma's wrinkled hands.
"Oh No, let me be, no, please, no.
Grandma' please, Grandma' you're hurting me.
Don't touch me or I'll break it, I've got the tea pot, I'll do it anyway". »

Lorsque King Diamond prend une voix d'enfant pour incarner les dernières paroles de Missy, je ne peux m'empêcher de frissonner. Il révèle le sacrifice héroïque de la petite, qui, en voulant défendre sa mère et son frère contre les esprits qui se déchaînent dans les travées d'Amon, s'oppose à la grand-mère démoniaque, menaçant de briser la théière par laquelle ils sont sortis. Elle le fait et en meure ; c'est à partir de ce moment que l'album entre dans son « money time ». Alors que le jeune King reprend du poil de la bête et les attire à l'extérieur de la mansarde pour les affaiblir, leur pouvoir s'amenuise. « STOP IT! », leur crie bravement le jeune héros quand explosent les riffs alambiqués de « The Accusation Chair », le sublime instrumental acoustique « Them » et la conclusion « Twilight Symphony », avec ses « palm mutes » épiques à en crever. Le jeune protagoniste, seul survivant de ces onze actes tragiques, est ensuite recueilli par la police. Cette affaire a l'air de bien finir... pour l'instant. Une suite était déjà en cours de macération dans le cerveau malade de son créateur.

Elle arrivera bien vite... en tout cas, à l'époque, cette histoire paraissait suffisamment puissante pour que des journalistes interrogent le frontman sur sa part autobiographique. Kim Bendix Petersen ne répondra jamais à cette question, préférant entretenir le mystère autour de ses inspirations. Reste que tout ce qui fait le charme du King Diamond des années 80 se retrouve sur ce « Them », malgré quelques longueurs, répétitions et facilités de composition qui le placent juste en-dessous de son prédécesseur. Ce nouvel album-concept continuait d'imposer les Danois parmi les têtes d'affiche de l'époque et montrait leur capacité à renouveler avec brio leur heavy metal occulte.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
16/07/2021 02:47
Quel papier ! Tu me donnes une furieuse envie de me replonger dans la magie du King.
Troll Traya citer
Troll Traya
15/07/2021 19:10
note: 9.5/10
Excellente chronique qui rend bien grâce à l'un de mes King D. favori.
Fabulon citer
Fabulon
15/07/2021 17:19
note: 8.5/10
Quel album!
J'ai personnellement une petite préférence pour Abigail, découvert avant Them, mais quelle classe.

Superbe chro, comme toujours.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
King Diamond
Heavy Metal
1988 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (1)  10/10

plus d'infos sur
King Diamond
King Diamond
Heavy Metal - 1985 - Danemark
  

vidéos
Welcome Home
Welcome Home
King Diamond

Extrait de ""Them""
  

tracklist
01.   Out from the Asylum  (01:44)
02.   Welcome Home  (04:35)
03.   The Invisible Guests  (05:02)
04.   Tea  (05:12)
05.   Mother's Getting Weaker  (03:59)
06.   Bye, Bye Missy  (05:06)
07.   A Broken Spell  (04:06)
08.   The Accusation Chair  (04:19)
09.   "Them"  (01:54)
10.   Twilight Symphony  (04:07)
11.   Coming Home  (01:10)

Durée : 41:14

line up
parution
13 Septembre 1988

voir aussi
King Diamond
King Diamond
Fatal Portrait

1986 - Roadrunner Records
  
King Diamond
King Diamond
Abigail

1987 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Attic
Attic
Sanctimonious

2017 - Ván Records
  
Satan
Satan
Atom By Atom

2015 - Listenable Records
  
Eternal Champion
Eternal Champion
Ravening Iron

2020 - No Remorse Records
  
Armored Saint
Armored Saint
Punching The Sky

2020 - Metal Blade Records
  
Blind Guardian
Blind Guardian
At The Edge Of Time

2010 - Nuclear Blast Records
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique