chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Evoken - A Caress Of The Void

Chronique

Evoken A Caress Of The Void
Étant donné qu’approche l’heure où la discographie d’Evoken sera pleinement chroniquée en ces pages – il serait temps –, autant profiter de celle-ci pour faire un mea culpa : je n’aurai décidément pas parlé des créations de la formation comme il se doit. En effet, un rapide retour sur mes dires au sujet des Ricains m’a fait me rendre compte que je réduisais souvent leurs œuvres à des monuments dédiés à la Mort. Oh, bien sûr qu’il y a de cela – et A Caress of the Void n’échappe pas à cette sensation de voir la Faucheuse s’inviter dans notre esprit – mais chaque album de la bande tire aussi son attrait des nuances qu’il apporte à cette impression générale. Morts nous serons et morts nous sommes déjà, les battements du cœur se ralentissant au point de poser des questions éthiques à d’hypothétiques réanimateurs. Seulement, s’arrêter à cela n’est aborder qu’une part de ce qui se trame ici, entre chaque coup vibrant dans le poitrail, leurs échos portant un monde en eux.

Des mondes qui s’entremêlent et se nourrissent les uns les autres, chaque album d’Evoken pouvant se voir comme une avancée vers plus d’humanité, le marbre d’un blanc laiteux et létal de Quietus précédant les méandres mentaux et lovecraftiens de Antithesis of Light, jusqu’à la robe de bure, costume d’apôtres mortifères, de Atra Mors (on passera sous silence ici Hypnagogia mettant, avec le recul, malheureusement fin à l’excellence marquant la formation). A Caress of the Void se situe donc logiquement entre le tableau d’Escher de Antithesis of Light et la procession de Atra Mors. Il étonne pourtant, notamment dans ce son plus massif et presque gluant, s’éloignant de l’âpreté death metal de son prédécesseur pour un rendu plus organique, tel un torrent de boue noire encerclant son funeral doom / death. Cela ne gêne en rien l’écoute, le quatuor continuant d’être un des rares groupes funéraires à conserver tout ce qui fait l’attrait d’un certain death metal, à commencer par les visions d’horreurs grimaçantes qu’il donne à voir dans ses images funèbres.

Rien d’aseptisé dans ce son si particulier, habillant parfaitement la violence dont est capable un titre comme celui donnant son nom à l’album. Pourtant, on note dans ce marasme extrêmement physique par moments – « Of Purest Absolution » par exemple – un gris qui s’invite, spiralant dans la terre liquide que deviennent nos humeurs, un gris qui hypnotise et abîme. Constat sans appel : voici le disque déprimant d’Evoken, celui où la noblesse de son funeral évoque davantage une aristocratie en déroute qu’une construction de génie fou ou quelques hagiographies de saints de l’outre-monde. Austère, il finit par assujettir sur le temps long par son parfum particulier, entre insalubre d’un son et beauté de certaines leads rappelant The Gault, séduisantes, liquides et profondes, parfaites pour la noyade dans le Grand Rien (« Mare Erythraeum » ; « Astray in Eternal Night »).

De là à dire qu’on tient ici leur Anhédonie, il n’y a qu’un pas ! A Caress of the Void reste un disque d’Evoken, marqué plus que jamais par la patte de Nick Orlando et ses riffs tenant d’un death metal extrêmement ralentis, laissant voir dans leurs miasmes tout leur surréalisme morbide. Cependant, ces quelques moments de lâcher-prise, de larmes coulant froidement (l’éloquent final de « Suffer a Martyr's Trial (Procession at Dusk) »), changent la vision d’un groupe où catatonie et mélancolie viennent finement se mêler à ses atmosphères antiques.

Il y a des caresses qui sont des gifles, de celles nous rappelant notre état d’être fragile. Si ma préférence reste pour Antithesis of Light, A Caress of the Void talonne son prédécesseur de près, accentuant la part humaine d’Evoken sans atténuer son aura monumentale. La suite, où la formation poursuivra cette démarche mais sans le génie de Nick Orlando, prouvera que l’on se situe bien ici au sommet d’une discographie décidément sans pareille.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Neuro citer
Neuro
20/07/2021 17:24
Le doom des monarques.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
20/07/2021 17:18
Un grand disque de la part des Américains, peut-être parfois un peu plus rêveur, comme si tu observais les étoiles furtivement en sortant la tête de la grotte dans laquelle tu rodes depuis des années. Je ne sais pas pour le départager avec Quietus en fait. Mais c'est du très bon.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evoken
Funeral Doom / Death Metal
2007 - I Hate Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (3)  6.33/10

plus d'infos sur
Evoken
Evoken
Doom/Death Atmosphérique - 1994 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   A Caress Of The Void  (08:52)
02.   Mare Erythraeum  (07:19)
03.   Of Purest Absolution  (07:46)
04.   Astray In Eternal Night  (08:37)
05.   Descend The Lifeless Womb  (09:12)
06.   Suffer A Martyr's Trial (Procession At Dusk)  (13:46)
07.   Orogeny  (06:06)

Durée : 61:38

line up
parution
20 Novembre 2007

voir aussi
Evoken
Evoken
Atra Mors

2012 - Profound Lore Records
  
Evoken
Evoken
Hypnagogia

2018 - Profound Lore Records
  
Evoken
Evoken
Antithesis of Light

2005 - Avantgarde Music
  
Evoken
Evoken
Quietus

2001 - Avantgarde Music
  

Essayez aussi
Wreck of the Hesperus
Wreck of the Hesperus
Light Rotting Out

2011 - Aesthetic Death
  
Tyranny
Tyranny
Aeons in Tectonic Interment

2015 - Dark Descent Records
  
Ahab
Ahab
The Divinity Of Oceans

2009 - Napalm Records
  
Convocation
Convocation
Ashes Coalesce

2020 - Everlasting Spew Records
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Canto III

2013 - Kaotoxin Records
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique