chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nine Inch Nails - The Downward Spiral

Chronique

Nine Inch Nails The Downward Spiral
Il y a d’abord eu AxGxB et sa chronique de State of the World Adress de BIOHAZARD, puis Ikea avec celle de Meanderthal de TORCHE, chacune débordante d’amour et de nostalgie. Chez Thrashocore, nous avons donc engagé un avocat spécialisé en propriété intellectuelle pour déposer un copyright sur le concept d’album-doudou ©.

Nous en avons tous. Plein même, en tout cas, je vous le souhaite ! Je vous ouvre une nouvelle fois mon cœur et vous déclare solennellement que The Downward Spiral de NINE INCH NAILS fait partie de mon panthéon de musique adolescente. L’une des bandes-son de mon année de Terminale. J’avais alors 16 ans, l’âge encore ingrat et cruel des montagnes russes émotionnelles entre tourments dévastateurs et euphorie chaotique. J’avais 16 ans et mes cours de philo, je les passais assise sur la table, en train de lire Guerre et Paix tout en écoutant Trent Reznor s’égosiller dans le casque de mon walk-man qui ne quittait que rarement mes oreilles. Un grand merci à Monsieur A. qui, en vrai philosophe, nous enseignait ce qu’était réellement le libre arbitre. Pendant ce temps, ma BFF de l’époque s’emparait de mon agenda Clairefontaine et recopiait inlassablement aux pages du week-end les paroles de nos titres préférés… tous, en réalité. Ces paroles, qu’un simple niveau A2 permettait de comprendre et de chanter pour soi tout en rougissant de plaisir et de gêne mêlés, comme celles de "Closer" "I Wanna fuck you like an animal, I wanna feel you from the inside", de "Heresy" "Your god is dead and no one cares, If there is a hell I'll see you there" ou encore celles stupéfiantes de vérité crue de "Eraser" "Need you - Dream you - Find you - Taste you - Fuck you - Use you - Scar you - Break you - Lose me - Hate me - Smash me - Erase me - Kill me". Rhalala, ce sentiment délicieusement coupable d’être alors immorale et séditieuse ! Il est fort, ce Reznor !

J’enfile le plus beau costard de Stéphane Bern pour vous rappeler quelques-uns des (pas tellement) secrets d’histoire autour de cet album. Sorti le même jour que Superunknown de SOUNDGARDEN, soit le 8 mars 1994, chez Interscope Records, The Downward Spiral est le second des treize albums studio de NINE INCH NAILS, groupe dont le seul membre permanent est l’auteur-compositeur-interprète et producteur Trent Reznor. Enregistré à Beverly Hills dans la maison où Sharon Tate et quatre de ses amis furent sauvagement assassinés par la Manson Family, démolie après la session d’enregistrement, l’album suscitera de multiples controverses, en raison notamment de son contenu littéraire et dont la plus retentissante sera d’avoir été une source d’inspiration pour les auteurs du massacre du lycée de Columbine aux États-Unis en 1999.

The Downward Spiral, au-delà d’une œuvre vraisemblablement très personnelle et inspirée, est donc l’archétype du concept-album. Soixante-cinq minutes, qui prennent aux tripes, les retournent, les malmènent, avec ces coups d’estoc que l’on se prend sous le diaphragme dès les premières secondes avec "Mr. Self Destruct", délétère protagoniste qui ne pouvait pas mieux se présenter qu’avec ses gros riffs couplés aux plages d’électro-indus venant renforcer le côté répétitif de son exhibition anaphorique, un coup à faire pâlir de jalousie François Hollande en terme d’efficacité.

Se nourrissant de toutes ses influences et inspirations (de PINK FLOYD à MINISTRY en passant par David Bowie), piochant allègrement dans tous les registres et styles musicaux (Metal, Indus, Noise, Rock et plus si affinités), Trent Reznor ne cesse de surprendre à chaque nouvelle piste qu’il n’a pas manqué d’agrémenter judicieusement de samples, d’arrangements et de détails particulièrement soignés et en totale adéquation avec l’atmosphère de chacune d’elle, sans pour autant délaisser les instruments traditionnels comme la guitare sèche ou le piano. Trent Reznor joue sur les contrastes, notamment vocaux, les changements de styles, les compositions déstructurées et atypiques et maintient l’auditeur dans un suspens oppressant durant toute la durée de l’album. En bon maniaque de la console, il a bichonné le son et la production qui convainquent encore aujourd’hui par leur netteté et leur fraîcheur assez bluffantes.

The Downward Spiral dégage une atmosphère absolument unique, ou plutôt une multitude d’ambiances dangereusement enveloppantes, insufflant le chaud et le froid dans l’esprit de celui qui l’écoute : dérangeante ("The Becoming"), inquiétante ("I Do Not Want This"), violente ("March of the Pigs"), indécente ("Closer") et bouleversante ("Hurt"). L’auditeur est invité à épier par le bout de la lorgnette musicale, quitte à se muer en observateur voyeuriste, la descente aux enfers de Mr. Self Destruct, personnage fictif (?), dont la sulfureuse et douloureuse existence est dépeinte à travers ces quatorze tableaux allégoriques. Jusqu’au passage à l’acte d’un désespéré. Subversif et malsain, mais intime et sensible, Trent Reznor, sans filtre ni compromis, décortique le large spectre des (res)sentiments humains, conférant à The Downward Spiral une universalité à fleur de peau dans laquelle chacun pourrait, un peu, beaucoup, à la folie, se reconnaître.

Pour les fans de Metal pur et dur, The Downward Spiral tombait à point nommé, les orphelins du Death Metal qui tombait en déliquescence, ceux qui ne trouvaient pas leur compte avec le Grunge ou le Neo-Metal, sont presque tous tombés sous le charme toxique de NINE INCH NAILS. Malgré cette étiquette Rock industriel, Trent Reznor répondait peut-être sans le savoir à leur besoin de se faire malmener avec cette forme inédite de violence et de malfaisance ("Mr. Self Destruct", "March of the Pigs"), plus subtile, mais tout aussi pernicieuse. Il n’en reste pas moins que cet album a toute sa place dans la grande famille du Metal dont il a tous les attributs dans les sonorités et le traitement des instruments comme dans l’état d’esprit.

Enfin, rendons à Trent ce qui appartient à Reznor et rétablissons la vérité une bonne fois pour toutes : non, ce n’est pas Johnny Cash qui a écrit et interprété "Hurt", mais notre bonhomme qui a su, rien qu’avec ce titre, transformer mon petit cœur blessé, comme tant d’autres, en une éponge gorgée de sang que l’on vide goutte à goutte d’une main sadique.

Indémodable monument, incontournable album des années 1990, emblématique d’une époque charnière dans l’histoire du Metal, The Downward Spiral a une place prépondérante dans la discographie de NINE INCH NAILS : le succès fut retentissant, immédiat, les critiques dithyrambiques, unanimes. Près de trente ans après sa sortie, et malgré une carrière ininterrompue depuis, cet opus, aux 5 millions d’exemplaires écoulés, reste LA référence, le plus résolument Metal aussi, et sans le moindre doute la plus brillante réalisation de NINE INCH NAILS. L’année 1994 symbolise la période la plus faste de la carrière de Trent Reznor, la tournée qui suivra la sortie de The Downward Spiral, au succès phénoménal, verra émerger un autre grand nom du Metal industriel en la personne de Marilyn Manson, puisque que son groupe assurera la première partie de NINE INCH NAILS après que Trent Reznor ait signé le groupe sur son propre label, Nothing Records. L’album truste encore aujourd’hui bon nombre de classements divers et variés et Trent Reznor peut se targuer d’avoir à son tour influencé des groupes alors émergents de la trempe de KORN ou SYSTEM OF A DOWN, pour ne citer qu’eux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
22/07/2021 15:14
note: 9/10
Le seul album du groupe que j'ai pu encadrer (le reste m'a toujours emmerdé au plus haut point) et que j'ai découvert sur le tard mais poncé massivement ensuite. Sinon un monument du genre où tous les styles et toutes les émotions sont de sortie, pour un rendu imparable et sans fautes de goût, porté par une production claire qui n'a pas vieillit. Du tout bon et très belle chronique au passage ! Sourire
Voay citer
Voay
22/07/2021 12:38
note: 10/10
« Hey pig! Yeah, you… »
Ta chronique me parle totalement. J’ai moi aussi compulsivement saigné cet album dans mes années lycées, quelques années plus tard Clin d'oeil il faut croire que les cours de philo se prêtent bien à l’écoute des vers subversifs du sieur Reznor. Et bien entendu, je demeure encore aujourd’hui un fan absolu de cet album.
En tout cas, ce groupe manquait à Thrasho, merci d’avoir comblé cette lacune d’une si belle manière. J’espère que tu vas t’occuper de la discographie de NIN et je me précipiterai sur tes chroniques.
AxGxB citer
AxGxB
22/07/2021 11:36
note: 9/10
À l'époque je n'ai jamais vraiment réussi à y rentrer. Trop électronique et déstructuré pour moi. J'ai préféré prendre le virage Grunge en effet. J'ai découvert le premier il y a peu de temps que j'aime vraiment beaucoup et qui m'a amené à me replonger dans celui-ci qui effectivement est un album majeur du genre. Et en effet, l'album était partout à sa sortie. Chouette chronique pour un album qui se devait d'avoir sa place ici.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nine Inch Nails
Rock/Metal industriel
1994 - Interscope Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (10)  8.6/10
Webzines : (7)  9.5/10

plus d'infos sur
Nine Inch Nails
Nine Inch Nails
Rock/Metal industriel - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Mr. Self Destruct  (04:31)
02.   Piggy  (04:24)
03.   Heresy  (03:54)
04.   March Of The Pigs  (02:59)
05.   Closer  (06:14)
06.   Ruiner  (04:58)
07.   The Becoming  (05:31)
08.   I Do Not Want This  (05:41)
09.   Big Man With A Gun  (01:36)
10.   A Warm Place  (03:23)
11.   Eraser  (04:53)
12.   Reptile  (6:52)
13.   The Downward Spiral  (03:58)
14.   Hurt  (06:16)

Durée : 65:02

line up
  • Trent Reznor / Chant, Guitare, Basse, Batterie, Programmation

parution
8 Mars 1994

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique