chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Purification - The Exterminating Angel

Chronique

Purification The Exterminating Angel
Non, ils ne se sont pas loupés. Il y avait pourtant tout pour que Purification transforme son charme de flambeur en feu de paille, décline aussi rapidement qu’il est monté avec Perfect Doctrine et surtout Dwell in the House of the Lord Forever. Illustration jolie mais assez commune, sortie rapide – six mois après son prédécesseur ! –, caractère définitif de Dwell in the House of the Lord Forever et son doom ultime, traditionnel et émotionnel dont une redite n’aurait été que rabâchage… Honnêtement, je voyais l’accident industriel arriver à grand pas.

Il faut croire que je ne mérite pas d’écouter ce groupe béni des dieux du doom, auxquels Purification rend une nouvelle fois hommage. The Exterminating Angel est bien une nouvelle claque de la part de cette formation toujours aussi fraîche, insolente et talentueuse. Et c’est un bonheur qui se renouvelle dès la première rencontre avec ces nouvelles quarante-six minutes !

Mais comment font-ils, pour être aussi constants et aventureux sur un temps aussi court ? Clairement, c’est bien l’épatement qui domine, les Ricains ayant encore développé leur son, déjà si particulier malgré ses allures traditionnelles. De lettre d’amour au genre avec Dwell in the House of the Lord Forever, le projet est passé à une déclaration enfiévrée de passion avec The Exterminating Angel. Dès « Unholy Resurrection », on est pris dans ce climat tendre (servi par une production plus ronde qu’auparavant), ce psychédélisme chaleureux avec lequel Purification agrémente son doom. Des atmosphères recueillies et cependant étrangement positives, éperdues d’amour – le maître-mot ici – qui déclame la venue prochaine de Satan comme porteur d’une félicité universelle. Pureté de l’exercice, conviction de chaque instant : c’est bien ce qui rend cette musique si prenante, si crédible dans sa foi en un ange déchu qui viendra nous auréoler de sa lumière, offrant liberté et allégresse. On en sortirait presque une référence au Maranatha de Funeral Mist devant tant de dévotion !

Une exaltation que Purification – qui mérite ici plus que jamais son nom, tant cet album exorcise – transmet avec la maestria qu’il a déjà montré auparavant. Les descriptions des plaisirs rares, de la solennité heureuse, de la beauté délicate et sensuelle auxquels on a droit grâce au trio ne seront rien par rapport à une simple écoute de « On Earth As It Is », sa guitare qui cajole, sa voix qui s’embellit et s’emballe, son apogée où tout s’élève et rêve. Le hold-up se poursuit et la bande à Marshall William Purify finit par voler jusqu’à nos cœurs ! Aussi ridicule que cela puisse être à lire, c’est bien par une séduction constante que The Exterminating Angel parvient à convaincre, notamment dans ce chant à la fois plein de révérences envers les références et irrévérencieux jusqu’à devenir licencieux, faune et satyre à la fois.

Pourtant, il faut bien le dire : malgré de nombreux moments d’éclats – un feu d’artifice même, les passages touchant justes et droits étant en nombre sur The Exterminating Angel –, Purification souffre par endroits de quelques maladresses, minimes mais plaçant ce disque légèrement en-deçà de son prédécesseur. Ce dernier étant un futur classique en puissance, on excusera les quelques moments de baisse de son successeur, un titre folk un poil trop long (« Sublime Thrones In Kaaba »), une deuxième partie du morceau-titre s’étiolant jusqu’à nous laisser dans l’attente. Quelques creux, que le grand final « Dreamtiger » et « The Way Of All Flesh » – deux titres ne faisant qu’un par cette lead magnifique – font rapidement oublier, ébahi que je suis par le génie de ces Ricains ayant sorti trois excellents albums en moins de deux ans.

Que dire d’autres, sinon que l’impression laissée par Dwell in the House of the Lord Forever est encore de mise pour The Exterminating Angel ? Purification est en train de construire, dans l’ombre (mais pour encore combien de temps ?), une discographie aussi foisonnante que constante, maniant habilement les codes d’un doom metal intransigeant pour lui donner toute la grâce dont il est capable. Tragique, altier, vengeur, frimeur, poétique… Purification est tout cela, la gaucherie qu’il peut avoir parfois ne faisant qu’augmenter son charme. Ah ! La suite, sans doute déjà dans les tuyaux comme on peut l’espérer avec ces stakhanovistes, ne saurait arriver trop vite !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
22/07/2021 10:33
note: 9/10
Disque sérénissime découvert grâce à tes bons conseils. Je m'en lasse pas, c'est de la musique pour manger des loukoums sur Pluton en caressant les hanches de son amoureuse.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Purification
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (2)  7.25/10

plus d'infos sur
Purification
Purification
Doom Metal - 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Unholy Resurrection  (10:41)
02.   On Earth As It Is  (08:39)
03.   The Exterminating Angel (Part I & II)  (09:39)
04.   Sublime Thrones In Kaaba  (03:17)
05.   Dreamtiger  (09:05)
06.   The Way Of All Flesh  (04:41)

Durée : 46:02

line up
parution
29 Juin 2021

voir aussi
Purification
Purification
Perfect Doctrine

2020 - Autoproduction / Rafchild Records
  
Purification
Purification
Dwell in the House of the Lord Forever

2020 - Autoproduction / Rafchild Records
  

Essayez aussi
Opium Warlords
Opium Warlords
Taste My Sword Of Understanding

2014 - Svart Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Nembutal

2020 - Svart Records
  
Warning
Warning
The Strength to Dream

1999 - Cyclone Empire Records / Svart Records / The Miskatonic Foundation
  
Pentagram
Pentagram
First Daze Here (The Vintage Collection) (Compil.)

2002 - Relapse Records
  
Cathedral
Cathedral
Soul Sacrifice (EP)

1992 - Earache Records / Columbia Records
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique