chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hænesy - Garabontzia

Chronique

Hænesy Garabontzia
« Oui monsieur, c’est pour quoi ? Ah non désolé, parlez français si possible, parce que même si l’allemand coule dans mes moustaches, je ne le comprends pas très bien. Danke schön. Donc, vous êtes… le représentant du label Purity Through Fire ! Ah d’accord ! D’où la langue, effectivement. Alors, par contre parlez un peu moins fort, parce que Sakrifiss fait dodo, et qu’il ne faut pas réveiller l’eau qui dort. Surtout pour Purity Through Fire, hihihi… Oui, bon ce n’est pas drôle, mais on rigole d’un rien quand on est trop souvent en présence de Sakrifiss. Oh oui, son humour est tellement maladroit qu’on en apprécierait presque des ‘dis camion ! Pouet Pouet’. Oui, donc non, ne le réveillons pas si possible. Mais alors dites-moi, ou plutôt chuchotez-moi ce qui vous amène ici… Ah. Oui. L’écoute du groupe hongrois HAENESY. Est-ce que Sakrifiss a apprécié le deuxième essai sorti en février 2021, Garabontzia… Alors je ne sais pas trop, mais ce que je sais, c’est que s’il dort, c’est justement parce qu’il était en train d’écouter les 7 morceaux. En fait, il a plongé au bout de 10 minutes. Je m’en souviens très bien parce qu’au début, quand « Fate of the Depth » a commencé, il gigotait beaucoup. Il était un peu excité et semblait bien s’amuser. La prod, je pense. Elle est bonne cette prod, et elle convient bien à l’énergie qui se dégage de l’album, et elle arrivé aussi à créer une bulle lorsque le tempo se fait beaucoup plus lent. Donc oui, Sakrifiss était assez bondissant quand l’album a commencé. ‘Ça pulse, ça pulse’, répétait-il comme s’il était plus vieux que son âge. Il faut dire qu’il a souvent des mots un peu désuets qui lui viennent à l’esprit quand quelque chose lui plaît, histoire de ne pas désigner une musique original par des mots trop classiques… Et puis il s’est calmé, mais progressivement, sans que cela soit trop brusque. Je pense que c’est à partir du break à la 4ème minute qu’il a été hypnotisé et qu’il s’est retrouvé aspiré par le monde du dodo. Avouez quand même que ce break est certes efficace, mais un poil trop, et que comme la musique reste principalement instrumentale sur la suite, le réveil prévu par la reprise d’un rythme accéléré ne fonctionne pas vraiment. C’est beau, c’est doux, c’est malin, je vous le concède monsieur, mais c’est aussi une impression de lavage de cerveau total cet album, non ? Je vous avouerai que cela me repose de ne pas avoir ce Sakrifiss éveillé à me raconter des inepties ou des jeux de mots coquins ridicules, mais comme c’est lui qui change le disque, j’espère qu’il va quand même parvenir à rouvrir les yeux au bout des 44 minutes de l’album. Parce que quand même ça reste similaire d’un bout à l’autre non ? Ah mais non, je ne crache pas sur le post-black, comme je ne crache pas sur le dungeon shit, mais trop bien exécuté, il peut être soporifique non ? Pas d’accord… Bien, alors je comprends que vous en soyez très satisfait, mais je crains que d’autres estiment qu’il faut désormais, pour se démarquer, un peu plus que le talent de coller à un style. Si HAENESY avait sorti cet album il y a 10 ans, ou s’il n’y avait pas eu plus de 1000 albums dans ce style en 10 ans, mon discours aurait été différent mais… Si, si, 1000 albums en 10 ans, je n’exagère pas. Faites une recherche sur Metal Archives et vous aurez la confirmation que dans ce style, ce sont bien 1000 albums et quelques qui sont parus depuis 2010… Sakrifiss ? Ce qu’il en pense ? Oh, comme je suis sa petite voix intérieure, son opinion ne doit pas être très différente de la mienne ! Trop de parties instrumentales, trop de talent propre, pas assez d’impact… Plus de variations comme les vocaux totalement déclamés sur « Létrontás » auraient été les bienvenues, par exemple… Et puis certaines parties musicales se retrouvent noyées dans d'autres prévisibles. Note sévère vu le talent indéniable, mais il manque vraiment quelque chose...».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hænesy
Post Black Metal
2021 - Purity Through Fire
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hænesy
Hænesy
Post Black Metal - 2017 - Hongrie
  

tracklist
01.   Fate Of The Depth  (08:16)
02.   Sinking Deep For A Hidden God  (06:08)
03.   Path To The Weeping Hollow  (05:30)
04.   Létrontás  (04:52)
05.   Drowning Of The Final Intellect  (05:48)
06.   The Archives  (04:55)
07.   Asphyxia  (08:29)

Durée : 43:58

parution
28 Février 2021

Essayez aussi
Sons Of A Wanted Man
Sons Of A Wanted Man
Kenoma

2020 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Sannhet
Sannhet
Revisionist

2015 - The Flenser
  
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse
I, Guilt Bearer

2012 - Braincrushing / Bloated Veins / Enjoyment Records / Discouraged Records / Monotonstudio
  
Sylvaine
Sylvaine
Wistful

2016 - Season Of Mist
  
Aodon
Aodon
11069

2020 - Willowtip Records
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique