chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Eastwood - Antibiose

Chronique

Eastwood Antibiose
Voilà, les amis. Voilà comment on joue du Grindcore, purement et simplement. Choisir comme nom de groupe le patronyme d'une célébrité est-il gage de qualité ? J'avoue que je commence à me poser sérieusement la question : les BruceXCampbell, Joe Pesci, Henry Fonda, Dahmer, Charles Bronson, et autres Jodie Faster (en tirant légèrement par les cheveux) se sont rendus coupables de méfaits redoutables. Ce qui est en tout cas certain, c'est que cet "Antibiose", premier full-length d'Eastwood, s'imposera comme l'une des sorties de l'année. Et pas qu'en matière de Grindcore.

Oui, le Dirty Harry teuton joue du Grindcore, mais de la grande école. De celle qui ne se contente pas uniquement de jouer le plus vite possible et de hurler. Eastwood sait composer, épurer sa partition au service d'une branlée libérée de tout superflu, une simple et belle volée de 44 fillette administrée en travers du joufflu, pour laquelle on signe les yeux fermés. "Antibiose", ce n'est bien que ça - Et en même temps, on ne lui demandait pas grand chose d'autre. Un disque qui, de l'aveu même du groupe, se sera fait désirer : six ans dans les tuyaux, entre tournées, changements de line-up, de compositions, et autres joyeusetés. Rassurez-vous : ces dix-sept titres sont loin d'avoir un arrière-goût désagréable, celui du biscuit oublié au fond du placard, bien au contraire ! Prenez "Antibiose" comme un bon pinard, ni plus, ni moins, mis en bouteille pour des gourmands, et par des gourmets perfectionnistes.

Que c'est précis, que ça joue tight ! L'arrivée derrière les fûts du batteur des monstrueux Warfuck n'y est certainement pas pour rien : Monsieur dispense ses blast-beats avec une hargne qui force le respect. On entendrait presque les ampoules se former entre ses phalanges au fil des tapis de blasts, des roulements qui filent le tournis et des cassures stop'n'go complètement jouissives (la doublette "Bewusstseinsimplantat" / "Plastiglomerat ") - et ce feeling, Seigneur ! Les amateurs salueront les petits ajouts çà et là, cette ride qui accompagne le découpage des lignes de guitare de "Das Nichts am Ende des Tunnels", la Chinoise qui cisaille la chique au chant sur "Reality Construction Kit"... Tant de tirs d'artillerie venus soutenir des riffs taillés pour échauffer les oreilles : le concerto pour tronçonneuse "Monoperceptose", "Anthropozentrische Kackscheiße" qui fait immanquablement penser à l'école Suédoise... Ouaip, du Grindcore pur jus, légèrement teinté de PV aux encolures, deux ou trois relents de Death Metal bien sentis, solidement arnachés par une production sur-mesure, qui rend service à chacun des mercenaires derrière les instruments. Sans oublier les samples, malheureux ! Parfois idiots (le démarrage du morceau-titre), mais surtout délicieusement revendicatifs, entre l'interlude un poil longuette "Weißes Rauschen" mélangeant Nadine Morano (si mon audition ne me trompe pas) et Donald Trump, la simplette dans le déni ouvrant "Reality Construction Kit" ou "Plastiglomerat", qui résume en quelques lignes le propos d'Eastwood : "The planet is fine... The people are fucked !"

Bref. Trouver de nouvelles choses à dire sur une sortie de Grindcore pur et dur est un exercice compliqué, le style ne consistant, peu ou prou, qu'à empiler les blast-beats à grande vitesse sur des cordes incendiaires. Ce qui fait la différence, et que je répète à chaque fois, c'est l'envie, et la conviction. "Antibiose" réussit sur les deux tableaux : c'est un disque qu'on réécoute systématiquement avec plaisir, admiration face à tant d'aplomb dans la dispense de calottes. La joue droite est encore rouge ? Qu'importe, on tend la gauche, et on recommence. L'année dernière avait brillé par l'abondance de sorties toutes plus dingues les unes que les autres pour le style (Meth Leppard, Bas Rotten, Caustic Wound, Sulk...) ? Eastwood donne à 2021 sa première VRAIE grosse sortie Grindcore. Les amateurs savent ce qui leur reste à faire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Eastwood
Grindcore
2021 - Lixiviat Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Eastwood
Eastwood
Grindcore - 2009 - Allemagne
  

tracklist
01.   90 Minutes Hate  (01:15)
02.   Schall und Rauch  (00:53)
03.   Anthropozentrische Kackscheiße  (00:59)
04.   Reality Construction Kit  (01:10)
05.   Algorithmus  (00:33)
06.   Subtraktion  (01:01)
07.   Bewusstseinsimplantat  (00:50)
08.   Plastiglomerat  (01:35)
09.   Das Ziel versperrt den Weg  (01:49)
10.   Monoperceptose  (01:06)
11.   Windmühlen  (00:27)
12.   Downtown  (00:57)
13.   Antibiose  (00:32)
14.   Das Nichts am Ende des Tunnels  (01:27)
15.   Weißes Rauschen  (00:42)
16.   Lochfraß  (00:50)
17.   Faser für Faser  (04:14)

parution
5 Juillet 2021

Essayez aussi
Jack / Yattai
Jack / Yattai
Unsheathe And Grind (Split-CD)

2009 - Kasamata Records
  
Unsu
Unsu
K.I.A.I.

2014 - Autoproduction
  
Whoresnation
Whoresnation
Mephitism

2018 - Throatruiner Records / Deaf Death Husky
  
Inhumate
Inhumate
Expulsed

2013 - Autoproduction
  
Infest
Infest
Moshroom

2009 - Metal Age Productions
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique