chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abandon - The Dead End

Chronique

Abandon The Dead End
Un an avant la sortie de The Dead End d’Abandon, le frontman du groupe Johan Karlsson meurt d’une overdose.

Il est tentant de s’arrêter là comme unique indication de ce que l’on trouve sur la dernière œuvre en date des Suédois, tant cela tourne dans notre esprit. On a souvent écouté des musiques de personnes mortes après leurs œuvres, des œuvres qu’on écoute alors toujours avec un sentiment de perte, une pointe d’admiration pour ce qu’a laissé la personne (dans les meilleurs cas). Mais The Dead End est peut-être bien le seul testament musical – le seul, du moins, auquel je pense actuellement et à chaque fois – à en être vraiment un. Johan Karlsson est mort pendant la création de l’album et cela donne à voir cette musique funèbre sous un autre angle. Car Abandon, ce groupe excessif, ce groupe qui appuie, creuse, trouve une nouvelle couche et réappuie, ce groupe qui déjà avec In Reality We Suffer faisait sienne une douleur universelle, une souffrance indicible autrement que par les instruments, ce groupe-là perd alors son leader dans des conditions que l’on imagine sordides, puis sort ce qu’il a enregistré : presque deux heures de musique, l’aura du défunt présente à chaque instant, sa voix de déjà-mort étant bien celle d’un mort, son absence devenant un signifiant marquant lors des longues plages de descente constituant ce double-album. Il y a une véracité là-dedans, un drame dans cette musique essentiellement dramatique, que l’on ne peut oublier.

Il serait presque indécent de poursuivre. Le cas de conscience est bien réel : comment transmettre une peine que l’on n’a pas vécu comme les Suédois l’ont vécu ? Comment ne pas faire dans le sensationnalisme, alors que chaque ligne de The Dead End transpire ce recueillement, cette détresse, cette colère, qui marquent le deuil ? Comment ne pas sauter sur l’occasion, comme un charognard des émotions, et nous nourrir de cette orgue qui, continuellement, égrène des larmes que l’on pense bien réelles, bien trop réelles ? Il serait indigne d’emprunter ce terrain-là, se faire le rapporteur d’une chose si personnelle bien qu’on l’ait connu également – et justement pour cela : le deuil d’un être aimé est comme l’amour qu’il a fait naître, intraduisible et intime.

Non, laissons couler ces larmes qui sont les leurs, bien qu’elles aient pu en créer chez nous. Parlons justement de dignité, cette autre chose que l’on sent couler durant ces minutes conséquentes et prenantes, un monolithe qui s’écoute d’un trait et parait durer un souffle, souffle long, profond, nécessaire. Bien sûr, Abandon fait mal. Il suffit de regarder la longueur des morceaux, de garder en tête que la formation tire son originalité dans l’expression d’une noirceur crue rappelant le Neurosis de Enemy of the Sun et le Cult of Luna de The Beyond alourdissant davantage le propos jusqu’à côtoyer les ambiances de Evoken, pour imaginer le monument de désolation auquel on s’attaque lors d’une première écoute s’annonçant déjà comme une épreuve. Quiconque s’y essaiera sera ici averti : The Dead End en est bien une, de celle qui demande une certaine constitution, un certain état d’esprit, avant que l’on s’y lance.

Une certaine dignité, donc. Celle que l’on a face à la douleur d’autrui et face à la sienne. Cela peut sembler présomptueux, et pourtant je ne vois pas d’autres mots. The Dead End est une œuvre digne, malgré son histoire, malgré son propos. Une œuvre qui ne s’habille d’aucun romantisme, ne tourne la tête vers aucune lumière au bout du tunnel, son austérité sans faille étant d’une intransigeance rare. C’est donc préparé que l’on vient vers elle, conscient que l’on ne trouvera pas ici un baume, un divertissement, mais au contraire un affrontement de ce que l’on ressent, comme un dialogue dont les Suédois seraient les narrateurs. Un entrechoquement des mots, des plaintes acerbes ou lancinantes, des cahotements d’un larynx étranglé d’émotions, des torrents intempestifs et intermittents… et malgré tout une station debout, une continuation inexorable, une exploration des sentiments. Non pas la dignité empruntée d’apprentis-aristocrates, celle qui se cache dans un lieu ou derrière un masque pour pleurer : la dignité de ceux qui, entourés par la mort, continuent de vivre, même si cela fait mal, si cela fait du bruit, si cela donne à afficher la vérité de ce que l’on ressent.

…Avec, pourtant, au fond de ces épanchements et explosions abruptes, une forme de paix. Une paix déjà présente lors de In Reality We Suffer, alors trop diffuse pour qu’on la ressente pleinement dans le marasme ambiant, qui explose ici. Une paix qui hante à chaque fois que l’on y pense, finissant de porter The Dead End au rang de Requiem. En dépit des années, je n’arrive toujours pas à la définir correctement, l’acceptation de sa condition d’être souffrant, la solennité, la volonté de communier, la sérénité d’une vie éteinte par les affres et les trépas, se mêlant dans cette sensation liquide et continue, présente dès les premières notes se vivant telle une respiration au grand air, similaire à lorsque l’on se déleste d’un poids.

Une purge, comme on se libère. Voilà peut-être bien ce que j’aime chez Abandon, ce qui me fera toujours ressentir de la peine pour ceux qui n’écoutent pas de musiques lentes et affligées, tant ils passent à côté d’un sentiment d’épuration de soi, de combat intérieur au sein d’une époque lissée et pacifiée où, tant mieux ou tant pis, on peine à trouver ce genre d’occasions malgré que le caractère l’appelle. The Dead End est sans nul doute l’album qui me fait le plus éprouver cela, le plus extrême et donc, en creux, celui qui va le plus loin sur ce plan-là. Que, désormais, l’on repose en paix, vivant comme mort.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
15/09/2021 06:18
note: 10/10
Je vous rejoins sur la noirceur, évidemment, mais ce qui m'obsède le plus sur ce disque est vraiment la paix qui s'y trouve. Une paix très difficile à traduire, peut-être celle avant le grand saut, celui de Sink et son "The Process" en effet (écoutez ce groupe, c'est la folie).
Vartruk citer
Vartruk
09/09/2021 14:56
note: 10/10
Encore plus majestueux que le précédent, d'une maitrise et d'une noirceur absolument totale, le contexte bien réel du groupe à en effet sans doute du jouer beaucoup sur l'atmosphère de cet album...

Le seul "bémol" si je puis dire, c'est qu'il n'y a jamais un seul instant ou on se dit qu'on va apercevoir la lumière au bout du tunnel (très bon parallèle avec le Enemy of the Sun Clin d'oeil c'est là qu'on voit la marque des grands albums je pense, quel que soit le style pratiqué, les auteurs finissent toujours par vous emmener là ou ils voulaient vous emmener, ici ça sera au fond du trou...

La différence de taille avec Abandon - et particulièrement sur cet ultime album, c'est l'orgue en guise de lame de fond, qui vient vous emporter pour vous couler définitivement. Culte de chez culte donc, mais à consommer avec modération, même quand on connait ses limites Moqueur
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
16/08/2021 18:25
note: 10/10
Belle chronique. Cette oeuvre est unique en son genre, un requiem, évidemment, mais il y a tant de noirceur, de moments où l'on se retrouve seul face à ses sentiments, notamment lors de ces longues plages instrumentales. Il n'y a rien de comparable à cet album, clairement. Le son est massif et organique comme l'on peut s'y attendre, avec un son de basse parfait. L'orgue est une idée de génie, car ses sonorités cadrent tellement bien avec l'atmosphère de cet album. Un désespoir infini craché par un homme en proie à ses souffrances et sans doute le plus beau témoignage que pouvait donner les musiciens à leur défunt chanteur. Le seul album que l'on peut écouter après c'est The Process de Sink. Je ne sais pas si c'est le plus déprimant que je connaisse, j'ai un autre album en tête pour cela, mais clairement il n'y a guère plus noir et absolu que cet album.
Bras Cassé citer
Bras Cassé
16/08/2021 17:43
note: 9/10
Probablement l'album le plus deprimant que je connaisse.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abandon
Funeral Post Hardcore
2009 - Black Star Foundation
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (5)  9.4/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Abandon
Abandon
Funeral Post Hardcore - 1998 - Suède
  

tracklist
Disque 1

01.   Bitter the Surface  (04:19)
02.   Pitch Black Hole  (08:18)
03.   Lost We Are  (13:51)
04.   Falling into Place  (04:05)
05.   Eulogy  (03:50)
06.   In Reality Suffer  (11:06)

(45:29)

Disque 2

01.   For Crumbs We Crawl  (02:50)
02.   The Dead End  (13:42)
03.   It's All Gone  (17:17)
04.   There Is No Escape  (08:19)
05.   Eulogy  (18:50)

(01:00:58)

line up
parution
9 Octobre 2009

voir aussi
Abandon
Abandon
In Reality We Suffer

2004 - Black Star Foundation
  

Essayez aussi
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse (EP)

2010 - Discouraged Records
  
Primitive Man
Primitive Man
Scorn

2013 - Throatruiner Records / Mordgrimm Records
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique