chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Turnstile - Glow On

Chronique

Turnstile Glow On
"Bref, après avoir écouté ce EP cent vingt cinq fois depuis sa sortie, on croise les doigts pour que ces onze minutes ne soient qu’une délicieuse mise en bouche à un troisième album que l’on espère évidemment voir débarquer très prochainement !"

Ce petit paragraphe est issu de ma chronique de Turnstile Love Connection publiée ici même le 2 juillet 2021. Force est de constater que nous n’avons pas eu à attendre bien longtemps puisqu’à l’heure où je rédige ces lignes, le groupe américain a déjà sorti son nouvel album depuis bientôt une semaine. Intitulé Glow On, celui-ci est sorti le 27 août dernier sur Roadrunner Records et reprend sans grande surprise l’intégralité des quatre titres déjà présentés sur le dit EP pour un total de quinze titres et trente cinq minutes. Alors oui, c’est toujours un peu court (même s’il s’agit néanmoins de l’album le plus long jamais enregistré par le groupe) mais on s’en doutait forcément un peu non ?

Pour illustrer sobrement ce troisième album dans des teintes qui rappellent bien évidemment l’artwork du précédent EP des Américains, Turnstile a fait appel au designer pluridisciplinaire français Alexis Jamet dont l’univers s’avère bien éloigné de la scène Hardcore puisque celui-ci a notamment collaboré avec Nike, Hermès, Le Monde, Adidas, Apple, The New York Times et quelques autres grands noms de ce monde. La production est quant à elle signée des mains de Mike Elizondo, producteur de renom à qui l’ont doit notamment certains albums de Dr. Dre, Muse, Eminem, Mastodon, Maroon 5, Nelly Furtado et autres pointures de la Pop. Des choix qui peuvent évidemment paraitre surprenants mais qui ne font que souligner la diversité, le caractère insaisissable et cette volonté de sortir des carcans souvent trop réducteurs et limités qui animent la formation de Baltimore depuis maintenant plusieurs années.

Sa recette, Turnstile l’a développé sur la base de ce postulat. Certes, les débuts du groupes ont été très fortement marqués par les origines Hardcore de chacun de ses membres mais très vite la formation est allée voir ailleurs, piochant ici et là, dans la Pop, le Rock, le Rap, le Nu Metal, etc, divers éléments afin d’enrichir sa musique et de surprendre l’auditeur quitte à en perdre quelques uns au passage. Un choix qui jusque-là à toujours réussi à Turnstile déjà parce qu’il faut dire ce qui est, ses deux premiers albums sont tout simplement excellents. Ensuite parce que le public n’a jamais été aussi enthousiaste à leur propos que depuis que le groupe s’amuse à toucher à tout sans néanmoins perdre de vue cette base Punk / Hardcore dont est d’ailleurs issue encore aujourd’hui l’essentiel de son auditoire. Néanmoins, on l’a vu brièvement avec Turnstile Love Connection, le groupe n’en a pas tout à fait fini avec l’exploration auditive.

S’il conserve évidemment ce qui fait le sel de la formation depuis maintenant quelques années (cette fibre Punk / Hardcore mélangée à des éléments empruntés à droite et à gauche), Glow On n’en reste pas moins un album empreint d’une certaine fraîcheur dans la mesure ou, encore une fois, Turnstile n’a pas hésité à expérimenter (ces diverses sonorités Electro / Pop plus ou moins discrètes sur des titres tels que "Mystery", "Blackout", "Alien Love Call (featuring Blood Orange)", "Dance-Off", "No Surprise" ou "Lonely Dezires (featuring Blood Orange)" ou délicieusement eighties comme sur "New Heart Design") ou faire appel à quelques musiciens extérieurs tels que l’artiste anglais Blood Orange sur "Alien Love Call" et "Lonely Dezires" ou le guitariste américain Julien Baker sur "Underwater Boi" histoire là encore d’apporter un poil de nouveauté à sa formule. Le souci qui à ce stade n’en est pas encore vraiment un (en tout cas en ce qui me concerne) est que ce troisième album, s’il garde cette attitude positive, ce flair incroyable, cette décontraction et cette aisance insolente et cette dynamique de tous les instants, commence à prendre des allures de super-production Pop qui me font un peu craindre pour la suite. À titre d’exemple, si ces deux collaborations avec Blood Orange sont plutôt réussies, j’avoue que ce n’est pas vraiment ce que je veux entendre sur un album de Turnstile... De la même manière, même si Glow On continuera de régaler les amateurs de sonorités 90’s dont je fais parti, je trouve que l’album n’a pas tout à fait le même mordant qu’un Time & Space ou qu’un Nonstop Feeling à cause justement de ces sonorités Pop synthétiques un peu trop faciles et mainstream qui à petites doses ne me gêne pas outre-mesure mais souligne une orientation qui à terme pourrait vraiment ne plus me convenir...

Alors on n’en est pas encore là et Glow On reste malgré tout un album extrêmement réjouissant avec encore une fois tout un tas de morceaux toujours aussi cool capables de vous mettre la banane en un seul claquement de doigts. Je pense notamment à ces quelques morceaux issus du EP Turnstile Love Connection qui ne sont pas loin d’avoir ici ma préférence. Pour autant, des titres tels que "Blackout", "Don’t Play", "Underwater Boi", "Humanoid / Shake It Up" ou "Fly Again" prouvent encore une fois que Turnstile est un groupe définitivement à part au sein de cette scène Hardcore à laquelle il restera associé quoi que tous les grincheux peuvent en dire, un groupe effectivement peu soucieux des codes et toujours aussi à l’aise lorsqu’il s’agit de mélanger les genres et de glisser au passage ce riff, ce break ou ce refrain auxquels on ne peut résister et où on finit toujours par se dire "ah ouais, putain, ça tue" !

Après cette excellente mise en bouche que fût Turnstile Love Connection, j’avoue que j’attendais un tout petit peu plus de ce nouvel album. Car même s’il ne déçoit pas, il faut bien avouer que je le trouve en effet un petit peu moins percutant, réjouissant et léger que ces deux prédécesseurs qui avaient su faire l’unanimité chez moi. Cela en grande partie parce que j’y trouvais davantage d’éléments empruntés à ces musiques des années 90 si chères à mon petit coeur de quarantenaire. C’est toujours le cas sur Glow On mais celles-ci sont dorénavant diluées dans des sonorités Electro / Pop sympathiques mais tout de même un poil putassières. On verra ce que le groupe nous réserve pour la suite mais à titre personnel j’espère qu’il n’ira pas franchir d’autres barrières du même genres auquel cas notre histoire d’amour pourrait malheureusement en rester là... En attendant, je ne boude pas mon plaisir pour autant et comme toujours avec le groupe, j’enchaine les écoutes le sourire aux lèvres. L’été n’est d’ailleurs pas encore terminé !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Turnstile
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (1)  7.14/10

plus d'infos sur
Turnstile
Turnstile
Hardcore - 2010 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 27 Août 2021

vidéos
Blackout
Blackout
Turnstile

Extrait de "Glow On"
  

tracklist
01.   Mystery  (02:35)
02.   Blackout  (02:53)
03.   Don't Play  (02:13)
04.   Underwater Boi  (03:05)
05.   Holiday  (02:52)
06.   Humanoid / Shake It Up  (01:09)
07.   Endless  (01:59)
08.   Fly Again  (02:32)
09.   Alien Love Call (featuring Blood Orange)  (02:56)
10.   Wild Wrld  (02:55)
11.   Dance-Off  (02:09)
12.   New Heart Design  (02:28)
13.   T.L.C. (Turnstile Love Connection)  (01:43)
14.   No Surprise  (00:46)
15.   Lonely Dezires (featuring Blood Orange)  (02:43)

line up
voir aussi
Turnstile
Turnstile
Time & Space

2018 - Roadrunner Records
  
Turnstile
Turnstile
Turnstile Love Connection (EP)

2021 - Autoproduction
  
Turnstile
Turnstile
Step 2 Rhythm (EP)

2013 - Reaper Records
  
Turnstile
Turnstile
Nonstop Feeling

2015 - Reaper Records
  

Essayez aussi
Blacklisted
Blacklisted
Heavier Than Heaven, Lonelier Than God

2008 - Deathwish Inc.
  
Disgrace
Disgrace
Songs Of Suffering (EP)

2012 - Closed Casket Activities
  
Biohazard
Biohazard
State Of The World Address

1994 - Warner Bros.
  
Expire
Expire
Pretty Low

2014 - Bridge Nine Records
  
Deez Nuts
Deez Nuts
Binge & Purgatory

2017 - Century Media Records
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique