chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nocturnal - Serpent Death

Chronique

Nocturnal Serpent Death
Depuis déjà deux décennies le projet mené par l’inamovible et prolifique guitariste Daniel Cichos n’a cessé d’enchaîner les sorties sous les formats les plus divers, avec nombre de musiciens différents et de labels de toutes sortes, pour un résultat à chaque fois délicieusement régressif. Car depuis ses débuts celui-ci balance à la face du monde un Black/Thrash primitif et rétro qui parle de façon quasi-exclusive du diable et de l’enfer sous toutes ses coutures, et ne s’encombre d’aucune futilité ni effets indigestes pour privilégier une musique authentique et frontale qui sent le vomi, la bière bas de gamme et la sueur. Cependant depuis « Storming Evil » sorti en 2014 le combo s’était montré particulièrement discret en ne sortant rien durant six ans jusqu’à l’enregistrement de deux nouveaux titres, pour une collaboration commune avec ses compatriotes de NUCTEMERON. Au final il se sera écoulé sept longues années pour que ce quatrième album voit le jour (un record !) avec un line-up entièrement remanié autour de son leader, qui confirme l’instabilité chronique qui règne autour de lui tant il a vu défiler à ses côtés nombre de membres expérimentés. Cependant tous ses mouvements internes n’ont jamais déstabilisé l’entité qui s’est toujours maintenue à un niveau relativement stable et intéressant, et cette nouvelle livraison ne va pas déroger à la règle vu qu’elle offre plus de trois-quart d’heure de gros son bien énervé et mené sur les chapeaux de roue, propice à la mise en veille du cerveau.

Car afin de montrer que celle-ci est bel et bien de retour elle nous balance d’entrée le morceau le plus long de cette galette (« Black Ritual Tower »), où après un long riff froid et crachotant qui fait office d’intro la suite va osciller entre passages rapides et énervés et d’autres plus lents et rampants où la noirceur s’en trouve accentuée. Si ça reste techniquement ultra simple c’est quand même suffisamment varié pour qu’on se laisse prendre au jeu de ce mélange des styles, même s’il faut bien reconnaître que ça s’étire un peu inutilement et qu’on a l’impression d’avoir déjà entendu ce genre de plans chez ses créateurs. Il faut en effet reconnaître que ce défaut est récurrent quel que soit la durée proposée, car malgré la valse du personnel l’identité musicale de NOCTURNAL n’a jamais varié ni changé d’un iota, ce qui est à la fois un bon mais aussi un mauvais point, tant on a souvent la sensation que rien n’a évolué et que cette écriture rudimentaire et interchangeable montre trop vite ses limites. Néanmoins sa radicalité et sa force de frappe servent de parfait défouloir quand ça joue majoritairement sur la vitesse élevée et la rage du Punk, preuve en est la suite de compositions basées sur ce modèle qui vont être encore plus bas de plafond en ne débandant qu’en de rares occasions, et en proposant quelques moments mid-tempo propices au headbanging (ainsi que quelques blasts disséminés en de rares endroits). Tout cela se retrouve sur les virulents et entraînants « …From Terminal Death », « Beneath A Steal Sky » (et ses à peine plus de deux minutes au compteur), « Faceless Mercenaries » (aux accents Thrashy plus affirmés) ou encore « Bleeding Heaven » où le frappeur met toute son énergie à martyriser ses fûts.

Après cette longue série de tabassage en règle le quatuor va ralentir légèrement l’allure pour offrir une musique un peu plus massive et épique sur le très bon « Circle Of Thirteen » aux accents rampants et aux relents Heavy Metal au niveau de la guitare. Montrant un visage guerrier voire martial le tout passe comme une lettre à la poste même si là-encore ça s’étire de façon un peu trop excessive, donnant de fait une sensation justifiée de linéarité et de répétitions des différents plans instrumentaux. Si ici nulle trace de rapidité n’est de sortie (compensée par un train de sénateur fort agréable) celle-ci va faire son retour dans la foulée, tout d’abord via le rudimentaire et explosif « Void Dweller » qui vide la tête comme il faut avant que le tout aussi radical « Suppressive Fire » ne prenne le relais sans pour autant être véritablement marquant tant encore et toujours on a la sensation d’écouter en boucle les mêmes patterns et riffs. Et ça n’est pas la conclusion intitulée « The Iron Throne » qui changera la donne même si l’ensemble donne plus envie de taper du pied via ces quelques accents inspirés de la NWOBHM, et toujours sympathiques à entendre.

Porté par une production rugueuse et directe qui donne l’impression d’avoir été enregistré live (où la basse bien chaude ressort totalement), ce nouveau chapitre ne se démarquera nullement des précédents tant ça sera au final vite oublié vu que c’est hélas trop commun et quelconque pour captiver au-delà d’un cercle de puristes. Si ça fait le boulot avec passion et dextérité ça sonne cependant parfois un peu trop scolaire voire amateur pour espérer mieux que la deuxième division où est cantonné de façon constante la tête pensante (et dernier membre d’origine), qui ne cherche visiblement pas à grimper dans la hiérarchie. Hommage aux anciens et aux maîtres teutons des années 80 cet opus à l’instar des précédents s’écoutera d’une oreille distraite, fera du bien par où ça passe avant de reprendre sa place sur l’étagère d’où il n’en ressortira qu’en de rares occasions, tant on préfèrera réécouter les grands noms d’outre-Rhin qui ont influencés plusieurs générations.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nocturnal
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7/10

plus d'infos sur
Nocturnal
Nocturnal
Black/Thrash - 2000 - Allemagne
  

nouveaute
A paraître le 20 Août 2021

tracklist
01.   Black Ritual Tower
02.   …From Terminal Death
03.   Beneath A Steal Sky
04.   Faceless Mercenaries
05.   Bleeding Heaven
06.   Damnator’s Head
07.   Circle Of Thirteen
08.   Void Dweller
09.   Suppressive Fire
10.   The Iron Throne

Durée : 47 minutes

line up
Essayez aussi
Torchbearer
Torchbearer
Yersinia Pestis

2004 - Metal Blade Records
  
Warfist
Warfist
Grünberger

2019 - Godz Ov War Productions
  
Celtic Frost
Celtic Frost
Monotheist

2006 - Century Media Records
  
Goatwhore
Goatwhore
A Haunting Curse

2006 - Metal Blade Records
  
Goatwhore
Goatwhore
Constricting Rage of the Merciless

2014 - Metal Blade Records
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique