chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Borgne - Temps Morts

Chronique

Borgne Temps Morts
Ambitieux ! C’est le mot qui me vient à l’esprit à chaque écoute de ce 10ème album de BORGNE. Ambitieux, notre ami suisse Bornyhake l’est certes depuis longtemps, même si l’évolution de ses compositions a été aussi progressive que naturelle et que je ne saurais dire exactement quand est-ce que l’approche actuelle a commencé réellement... Mais cet album apparaît bien comme l’apogée des recherches qu’il a menées au fil des années, depuis toujours peu-être. Temps Morts sonne ainsi à mes oreilles comme l’aboutissement du chemin parcouru, proposant 9 longues pistes périlleuses, totalisant carrément 73 minutes. Une heure et quart de black metal « industriel ». Un terme qui donne une petite idée du contenu, mais vraiment petite, et qui mérite d’être précisé afin de mieux de comprendre les ambiances qui nous attendent...

Alors... Hum. Ces pistes, au lieu d’être classées dans l’industriel, pourraient plutôt être décrites comme... du BM martial et spatial ! Voilà, c’est bien ça ! Tout de suite c’est mieux comme description, non ? OK, bon, je précise encore alors ! Cet album donne véritablement l’impression de nous emporter dans un monde fictif. Peut-être une autre planète, peut-être un futur lointain, mais en tout cas c’est un monde sombre qui est dirigé par une ou des machines tyranniques. Et attention, elle ordonne tout sans laisser l’humain faire quoi que ce soit librement. Est-il encore là d’ailleurs l’humain ? L’auditeur, lui, en ressent de l’angoisse, du stress, du désespoir... Rien qui ne console, rien qui ne vienne donner une caresse humaine à ce monde sans âme. La machine ratatine. Elle est assoudissante et assommante. Elle laisse très peu de répit. Mais elle en laisse tout de même, faisant taire les martèlements de la batterie, comme sur « I Drown My Eyes into the Broken Mirror », placé en 5ème position et donc pile à la moitié de l’album. Il commence sereinement, à la guitare acoustique. La machine se serait-elle éteinte afin de nous laisser reprendre quelques forces ? Non, car finalement elle est présente sur cette piste qui s’étend sur 7 minutes. Seulement elle ne revient qu’un peu avant la troisième minute, doucement, comme si elle était en train d’effectuer un redémarrage. Ce n’était pas pour nous préserver, nous, mais pour se relancer, elle, qu’elle s’était tue quelques instants ! C’est extrêmement oppressant ! OPPRESSANT !

Est-ce ce que le groupe a désiré ? Est-ce que Sakrifiss divague ? Il aime penser, à la pochette assez évocatrice, que son esprit ne lui joue pas des tours. Mais il n’est sûr de rien, de plus rien après 73 minutes qui ont destructurer son cerveau. Ecouter ce BORGNE laisse des séquelles graves... J’ai lu des opinions négatives qui reprochaient justement un côté inabordable. J’ai lu aussi certains qui avaient réussi à comprendre et dompter la machine, à en apprécier les détails, les engrenages complexes. C’est sûr, cela demande un effort, cela demande du temps. Cet album est ambitieux. Pour le meilleur et pour le pire...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

MédisanteMédusa citer
MédisanteMédusa
08/09/2021 08:35
"Martial et spatial".
C'est tout à fait ça.
Merci pour cette chronique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Borgne
Black Metal Industriel
2021 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  8.7/10

plus d'infos sur
Borgne
Borgne
Black Metal Industriel - 1998 - Suisse
  

tracklist
01.   To Cut the Flesh and Feel Nothing But Stillness
02.   The Swords of the Headless Angels
03.   L’écho de mon mal
04.   Near the Bottomless Precipice I Stand
05.   I Drown My Eyes into the Broken Mirror
06.   Vers des horizons aux teintes ardentes
07.   Where the Crown Is Hidden
08.   Even If the Devil Sings into My Ears Again
09.   Everything Is Blurry Now

Durée : 73:02

parution
21 Mai 2021

voir aussi
Borgne
Borgne
[∞]

2018 - Avantgarde Music
  
Borgne
Borgne
Règne des morts

2015 - Those Opposed Records
  
Borgne
Borgne
Royaume des Ombres

2012 - Sepulchral Productions
  
Borgne
Borgne
Y

2020 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Essayez aussi
Mur
Mur
Brutalism

2019 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Aborym
Aborym
Generator

2006 - Season Of Mist
  
Control Human Delete (C.H.D.)
Control Human Delete (C.H.D.)
Terminal World Perspective

2007 - Code666
  
Aborym
Aborym
Kali Yuga Bizarre

1999 - Scarlet Records
  
The Axis Of Perdition
The Axis Of Perdition
Deleted Scenes From The Transition Hospital

2005 - Code666
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique