chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bloodsoaked Necrovoid - Expelled Into The Unknown Depths Of The Unfathomable

Chronique

Bloodsoaked Necrovoid Expelled Into The Unknown Depths Of The Unfathomable
Nous avions quitté Bloodsoaked Necrovoid à l’issue d’une chronique traitant de The Apocryphal Paths Of The Ancient 8th Vitriolic Transcendence, généreuse compilation de plus de quarante et une minutes éditée par les labels Iron Bonehead Productions et Caligari Records regroupant les deux premières démos de ce groupe en provenance du Costa-Rica. Depuis, la formation sud-américaine n’a pas vraiment chômé puisqu’en l’espace de trois ans, celle-ci a sorti une nouvelle démo, deux splits en compagnie de Ratlord et Astriferous (formation dans laquelle on retrouve également deux membres de Bloodsoaked Necrovoid) ainsi que ce premier album sur lequel j’ai en effet tardé à me pencher.

Intitulé Expelled Into The Unknown Depths Of The Unfathomable, celui-ci est sorti en novembre 2020 sur le label Iron Bonehead Productions. Pour l’occasion, le groupe originaire de San José a confié l’illustration au russe Alexander Shadrin (Serpentrance, Vhorthax, Esoctrilihum, Father Befouled, Invultation...) qui signe là une œuvre relativement sympathique même s’il est vrai que celui-ci s’est déjà montré plus inspiré. Au programme de ce premier longue durée, six nouvelles compositions (pas de redite ici) qui, sans grande surprise, vont renouer avec ce Death / Doom cradingue et pernicieux grâce auquel Bloodsoaked Necrovoid a réussi à se frayer un chemin parmi les groupes à suivre de près.

Car non, ce n’est certainement pas avec Expelled Into The Unknown Depths Of The Unfathomable que le groupe sud-américain va changer la face du monde. Lui qui marchait déjà allègrement dans les pas de formations telles que Spectral Voice, diSEMBOWELMENT, Cavurn ou Incantation va continuer à le faire ici sans jamais chercher une seule seconde à changer son fusil d’épaule. Cependant, on ne va pas non plus se mentir. Si Bloodsoaked Necrovoid fait ici du bon boulot, il n’est pas non plus tout à fait au niveau des groupes cités un petit peu plus haut. La faute à un riffing un peu plus passe partout et donc inévitablement moins marquant mais également à une dynamique bien moins contrastée. Certes, ce premier album est lui aussi parsemé d’instants beaucoup plus soutenus (les premières secondes de "Perverted Astral Intoxication For A Death Incarnation", "Viciously Consumed By The Unfolding Unknown" à 3:40, "Existential Dismemberment By A Transcendental Nothingness" à 5:13, "Traversing The Threshold Of A Treacherous Depraved Absolute" à 3:08...) mais pour autant on ne re trouve ici ni cette intensité ni ce malaise claustrophobique qui peut émaner d’albums comme Eroded Corridors Of Unbeing ou Transcendence Into The Peripheral. Le "défaut" de Bloodsoaked Necrovoid est donc de mener sa barque d’une manière un petit plus scolaire et conventionnelle. De fait, si la formation sud-américaine ne démérite pas, celle-ci ne parvient pas non plus à se montrer tout aussi convaincante et irrésistible que ces quelques groupes évoqués plus haut.
Pour autant, Expelled Into The Unknown Depths Of The Unfathomable regorge de passages et autres séquences particulièrement bien ficelés. Les moments les plus lourds dispensés tout au long de ces quarante minutes sont ainsi ceux où les Sud-Américains s’en sort le mieux même si ces accélérations évoquées plus haut remplissent leur office de manière tout à fait satisfaisante (on aurait simplement aimé plus de blasts et moins de tchouka-tchouka). Renforcé par le chant abyssal, lointains et monocorde de Federico Gutiérrez, on ne peut s’empêcher de se sentir véritablement aspirés dans les profondeurs de la Terre pour un voyage qui s’annonce infernal et sans retour. Naturellement, le groupe se plaît à étirer ces moments sur des compositions qui oscillent toutes entre cinq et sept minutes. S’il n’y a pas là de quoi effrayer l’amateur rompu à ce genre d’album, cela n’en reste pas moins un bon indice de ce à quoi s’attendre pour tous ceux qui choisiraient d’y plonger pour la première fois. Aussi, en élève appliqué, Bloodsoaked Necrovoid va dérouler tout ce qu’il faut pour remplir comme il se doit le cahier des charges du parfait album de Death / Doom : riffs pesants et menaçants, batterie à l’économie dont la majorité des frappes en suspension est néanmoins ici bousculée par quelques patterns chaloupés qui ne manquent pas de dynamisme, growl profond et très peu varié pour une impression de lourdeur et de profondeur accentuée et enfin quelques accélérations afin de mieux rompre avec l’évidente monotonie induite par ces moments plus écrasants. Bref, tout ce que l’on peut attendre d’un album du genre.

Si la fraicheur et l’originalité ne sont donc pas spécialement au rendez-vous, Expelled Into The Unknown Depths Of The Unfathomable n’en reste pas moins un disque fort sympathique. Peut-être, comme moi, vous faudra-t-il quelques écoutes pour apprécier ce premier album à sa juste valeur, ses riffs plus simples et ses coups de boutoirs plus timorés ne favorisant probablement pas l’immersion immédiate. Pour autant, une fois cet effort derrière vous, Expelled Into The Unknown Depths Of The Unfathomable possède de sérieux atouts pour convaincre et ainsi rendre l’écoute de ces quarante minutes particulièrement plaisantes. Probablement pas autant que ces groupes dont il s’inspire mais plaisante malgré tout.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Billy S. citer
Billy S.
01/08/2022 19:52
note: 8.5/10
AxGxB a écrit :
Je me méfie toujours un peu des avis de Nattskog car on dirait que son leitmotiv est d'être le premier à chroniquer les albums qu'il reçoit (genre 2 jours après avoir reçu le promo). Quant à Grizzly Butts, la plupart du temps ils me perdent avec leurs introductions incompréhensibles Mr Green

Haha ouais, c'est vrai qu'il tartine un max sur Grizzly Butts ; je sais pas comment il fait pour chroniquer autant de trucs (si j'ai bien compris c'est un mec tout seul). Mais du coup quand il balance une grosse note, c'est souvent justifié et trèèès étayé, du genre connaisseur pointu. C'est d'ailleurs lui qui m'a communiqué son enthousiasme pour ce Bloodsoaked Necrovoid, que je classe aussi au rayon des perles de l'underground.
Nattskog, je fréquente moins, mais je trouve qu'il a également bien saisi l'essence de ce disque.
AxGxB citer
AxGxB
01/08/2022 14:31
note: 7.5/10
Billy S. a écrit : J'aime le côté jusqu'au-boutiste de cet album, le son, les vocaux, les titres aussi longs que les textes et le délire mystique. Parmi toutes les sorties death-doom ces dernières années, je trouve qu'il sort du lot, et même si la chronique est assez juste, je suis plus proche de l'enthousiasme trouvé chez Grizzly Butts (avec un exceptionnel 100/100) ou Nattskog (9/10).

Je me méfie toujours un peu des avis de Nattskog car on dirait que son leitmotiv est d'être le premier à chroniquer les albums qu'il reçoit (genre 2 jours après avoir reçu le promo). Quant à Grizzly Butts, la plupart du temps ils me perdent avec leurs introductions incompréhensibles Mr Green
Billy S. citer
Billy S.
01/08/2022 12:47
note: 8.5/10
J'aime le côté jusqu'au-boutiste de cet album, le son, les vocaux, les titres aussi longs que les textes et le délire mystique. Parmi toutes les sorties death-doom ces dernières années, je trouve qu'il sort du lot, et même si la chronique est assez juste, je suis plus proche de l'enthousiasme trouvé chez Grizzly Butts (avec un exceptionnel 100/100) ou Nattskog (9/10).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bloodsoaked Necrovoid
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Bloodsoaked Necrovoid
Bloodsoaked Necrovoid
Death / Doom - 2018 - Costa Rica
  

tracklist
01.   Dispossessed In An Asphyxiating Endless Darkness  (07:46)
02.   Perverted Astral Intoxication For A Death Incarnation  (07:22)
03.   Viciously Consumed By The Unfolding Unknown  (05:58)
04.   Inescapable Transferance Of Profane Malignity  (05:27)
05.   Existential Dismemberment By A Transcendental Nothingness  (06:35)
06.   Traversing The Threshold Of A Treacherous Depraved Absolute  (07:39)

Durée : 40:47

line up
parution
6 Novembre 2020

Essayez aussi
Hooded Menace
Hooded Menace
The Tritonus Bell

2021 - Season Of Mist
  
Painted Black
Painted Black
Cold Comfort

2010 - Ethereal Sound Works
  
Runemagick
Runemagick
Into Desolate Realms

2019 - High Roller Records
  
Amorphis
Amorphis
Tales From The Thousand Lakes

1994 - Relapse Records
  
Charnel Altar
Charnel Altar
Abatement Of The Sun

2021 - Blood Harvest Records
  

Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Fields of Mildew
The Complete Woes (Compil.)
Lire la chronique
Cathedral
Endtyme
Lire la chronique