chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Evoker - Evil Torment

Chronique

Evoker Evil Torment (EP)
Le bruit de la foudre déchirant le ciel. C'est sur ces quelques secondes que s'ouvre Evil Torment, premier EP des Australiens de Evoker paru l'année dernière sur Blood Harvest. On peut difficilement faire plus cliché. Comme la musique. Il fallait s'en douter en voyant cette pochette, qui me rappelle au passage celle de And Death Shall Set You Free de Cardiac Arrest, Evoker n'a en effet pas vraiment une vision très originale de la chose. Et encore moins moderne tant l'EP transpire la vieille, très vieille école.

Remarquez que cela me convient parfaitement ! Nous revoilà donc plongés dans la deuxième moitié des années 1980. Dans cette scène metal extrême embryonnaire en pleine ébullition où les définitions de death, thrash et black étaient encore assez floues, où le punk conservait une influence dessus et où tout cela se mélangeait dans un joyeux bordel à la gloire de Satan. Evoker, c'est à peu près ça. Le trio de Melbourne fait du death metal, aucun doute là-dessus, mais du death metal des tout débuts. Du death metal préhistorique, avec la production rudimentaire sans artifice qui va bien. Malgré la présence de nombreux trémolos sombres qui deviendront la marque du genre ainsi que de quelques ralentissements plus lourds, le jeu reste encore assez thrash, notamment sur les riffs mid-tempos simples et efficaces, les solos tantôt chaotiques à base de vibrato tantôt un peu plus construits et mélodiques ou encore les rythmiques typiques en tchouka-tchouka rencontrées fréquemment. On y retrouve aussi des touches blackened old-school qui renvoient aux sources de Venom et Bathory, dans l'ambiance evil, le chant râpeux bien méchant du guitariste ou ces refrains presque catchy (From the depths, the evil awaits!). Le tout dégage une énergie, une urgence et un (faux)-amateurisme punks. C'est que, si Evoker n'atteint jamais des vitesses inhumaines, le rythme de l'ensemble se montre plutôt frénétique avec blastouille, skank beats accélérés et semi-blasts sortis des baguettes du Turc Eren Mezarcı (ex-Hellsodomy, Godslaying Hellblast, Sacrocurse ...) exilé depuis quelques années au pays des kangourous pour ses études. Evil Torment rappelle ainsi tout un tas de choses. On pense entre autres à Master, early-Morbid Angel, Autopsy, Possessed, Grotesque, Nihilist, Slayer, Sadistic Intent ou des combos plus récents comme Repugnant, Verminous, Death Breath, Tormented, etc.

Du coup, eh bien c'est très sympa ce que nous offrent là nos amis australiens. Ça ne révolutionne rien puisque c'est plutôt "machine-arrière, toute !" ici mais Evoker fait clairement bien les choses et démontre un potentiel intéressant sur cette vingtaine de minutes troussée avec une grande efficacité et un savoir-faire certain. Nous offrant même quelques passages vraiment excellents comme le début de "Shackled to the Grave" et sa lead mélodique en tremolo qui colle des frissons. Si vous aimez le vieux death metal bête et méchant, encore mâtiné de thrash, blackened et un peu à l'arrache dans sa production et son exécution, Evoker vous tend les bras. Preuve que Evil Torment tenait en lui de belles promesses, le trio "from down under" a depuis signé sur Pulverised Records et s'apprête à publier son premier full-length en fin d'année. Son titre : Bound by Darkness. On reste dans le gros cliché bien con-con, parfait !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
08/09/2021 10:38
note: 3.5/5
T'as oublié Necrovore dans ta liste des grands anciens !
Mais oui, sortie très convaincante en ce qui me concerne dans un genre effectivement bien rétrograde.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evoker
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (2)  3.5/5
Webzines : (1)  4.25/5

plus d'infos sur
Evoker
Evoker
Death Metal - 2016 - Australie
  

tracklist
01.   From the Depths  (04:47)
02.   Old Evil  (03:56)
03.   Shackled to the Grave  (03:37)
04.   Exhumation of the Damned  (03:37)
05.   Sacrilicious Lust  (03:05)
06.   Parasomanic  (03:46)

Durée : 22:48

line up
parution
29 Mai 2020

Essayez aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Evisceration Plague

2009 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Violence Unimagined

2021 - Metal Blade Records
  
Cruciamentum
Cruciamentum
Paradise Envenomed (EP)

2017 - Profound Lore Records
  
Skinweaver
Skinweaver
Gratification Eternal

2017 - Great Dane Records
  
Undergang / Gorephilia
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Split 7")

2018 - Me Saco Un Ojo Records
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique