chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Fluisteraars - Gegrepen door de geest der zielsontluiking

Chronique

Fluisteraars Gegrepen door de geest der zielsontluiking
Ma parole, ils y sont parvenus… Un an après un Bloem qui a convaincu tout le monde, et qui avait déjà surpris en parvenant à surpasser le très bon Luwte de 2015, les Chuchotteurs hollandais sont de retour avec un album court mais intense. Aussi intense que le précédent ? Eh bien encore plus justement ! Alors heureusement que je lui avais mis 9/10, et pas plus, car la petite marge était nécessaire ! Peu y croyaient, mais si, on pouvait faire encore mieux donc ! Alors lâchons-le, lâchons le 9.5/10, note rare, mais objectivement méritée. FLUISTERAARS est au sommet, et la prochaine étape, c’est la perfection totale, c’est le 10/10.

Qu’est-ce qui est si ultime dans cet album ? Les mots ne vont pas suffire à l’expliquer. Mais il a tout : le jeu, les sensations, les ambiances. Et de l’intelligence. Les compositions sont extrêmement malines. Il n’y en a que trois d’ailleurs, mais comme la dernière dépasse les 20 minutes, l’album est un album, pas un EP. Et ce qui est malin, c’est d’avoir placé en 1ère et 2ème positions deux morceaux qui vont tout de suite au coeur des choses. Pas de petite introduction, rien qui essaie de rallonger inutilement les titres, et du talent dès les premières secondes. C’est ce qui est fou sur « Het overvleugelen der meute ». 4 secondes que l’album est lancé, et déjà on est sur le cul, pris en traître par la batterie emballée surmontée de vocaux déchirants qui envahissent l’espace. En 4 putains de secondes, on a déjà des râles de plaisir. Et le morceau va évoluer et nous en faire sortir d’autres, de tels râles. La mélodie à la 2ème minute par exemple ! Déjà culte. Et ça se poursuit ainsi tout du long, avec de réelles variations, car FLUISTERAARS n’est pas du genre à se reposer sur une mélodie hypnotique qu’il répète à l’envi. On jouit pendant 8 minutes, jusqu’à ses deux minutes finales, instrumentales, qui joue sur des ambiances à la fois spatiales et tribales. Cette fin en douceur premet de redescendre un peu en attendant le deuxième coup de semonce. Lui aussi commence sur les chapeaux de roue. Et sa magie opère tout autant. C’est même éprouvant de se retrouver devant autant de qualités. Musicales, vocales, d’ambiances. C’est la complète !

Et justement, voilà la troisième piste, qui va sublimer encore tout cela. Ce morceau va cette fois-ci prendre tout son temps et développer une épopée magistrale de 20 minutes. Chaque instrument va avoir son moment de gloire, voire « ses » moments de gloire, comme la batterie qui est mise à l’honneur comme on l’a rarement vue jusqu’à maintenant. Des solos de batterie qui déchirent sur un album de black torturé, ça donne de l’indescriptible. De la 9ème minute à la 12ème, c’est son festival. Près de 4 minutes qui vont rester dans les mémoires, et bien entendu tout en s’imbriquant parfaitement dans ce qui précédait, et dans ce qui suivait. Je pense que les surprises et la découverte sont aussi nécessaires pour savourer cet opus, donc je me retiens d’en parler trop, et le principal a été dit ! Il faut absolument aller jeter ses oreilles sur Gegrepen door de geest der zielsontluiking pour comprendre ce qu’une description verbale ne pourrait de toute façon pas retranscrire fidèlement !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
15/09/2021 11:40
J'ai l'impression que ce groupe fait déjà parti des grands noms du BM, original, varié, osé, surtout sur ce dernier titre, assez incroyable qui parait durer à peine 10 minutes au lieu de 20 tellement ça passe bien. Bon la chronique résume tout parfaitement, rien à ajouter, achat les yeux fermés!

J'attends de le recevoir pour me faire un avis définitif, mais la barre semble encore plus haute que sur Bloem, on ressort soufflé, voire même enjoué, c'est beau, ça sent l'album de l'année!
Sagamore citer
Sagamore
10/09/2021 18:09
note: 9/10
Un album exceptionnel, en effet. Son seul défaut est son découpage, trois titres dont le monolithe qui cloture l'album, c'est osé, comme pari. Je lui préfère quand même "Bloem" d'un poil mais c'est du très haut niveau !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Fluisteraars
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (3)  8.5/10

plus d'infos sur
Fluisteraars
Fluisteraars
Black Metal - 2009 - Pays-Bas
  

nouveaute
A paraître le 27 Août 2021

tracklist
01.   Het overvleugelen der meute
02.   Brand woedt in mijn graf
03.   Verscheuring in de schemering

Durée : 35:35

voir aussi
Fluisteraars
Fluisteraars
Gelderland (EP)

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  
Fluisteraars
Fluisteraars
Luwte

2015 - Eisenwald Tonschmiede
  
Fluisteraars
Fluisteraars
Bloem

2020 - Eisenwald Tonschmiede
  

Essayez aussi
Lifestream
Lifestream
Post Ecstatic Experience

2015 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Grá
Grá
Ending

2015 - Unexploded Records
  
Antestor
Antestor
The Forsaken

2005 - Endtime Productions
  
Cult of Erinyes
Cult of Erinyes
Golgotha (EP)

2011 - Kunsthauch Records
  
Krieg
Krieg
The Isolationist

2010 - Candlelight Records
  

Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
Lavender Blues (EP)
Lire la chronique
Eastwood
Antibiose
Lire la chronique