chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Paysage D'Hiver - Geister

Chronique

Paysage D'Hiver Geister
Je suis Paysage d’Hiver depuis ses débuts. Je l’ai déjà dit, je radote, tant pis. J’ai suivi Wintherr partout, jusque dans Darkspace, jusque dans sa volonté de proposer un son tellement harsh que seule une écoute millimétrée permet de percevoir les quelques mouvements erratiques qui animent la structure. Même jusqu’à Im Wald, qui annonçait pourtant un changement de perspective qui n’était pas fait pour m’emballer. Et pourtant, j’ai toujours été là. J’ai toujours considéré qu’il y avait dans ce groupe du génie, qui tient autant au concept qu’à cette façon presque magique de matérialiser le blizzard, par couches sonores superposées, qui procure un sentiment d’immersion mystique.

Im Wald ne m’avait pas autant conquis même si, comment pourrait-il en être autrement ?, le propos surpassait encore 90% de la scène BM. Le changement de paradigme – un son plus propre, des titres plus accessibles – m’avait paru dénaturer le concept du groupe, portant atteinte à ses aspects jusqu’au-boutistes et, précisément, mystiques, pour le replacer dans quelque chose de plus « commun ». La venue très rapide de Geister moins d’un an après un Im Wald de plus de 2 heures m’a, je l’avoue, passablement inquiété. La suite m’a donné raison et j’ai mal de le dire ainsi.

Geister est un médiocre album de Paysage d’Hiver. Peut-être le seul d’ailleurs. Une tâche noire dans le manteau immaculé dessiné jusqu’alors. La faute à, de nouveau, un changement d’orientation qui, pour ma part, ne convient pas au combo helvète. De chansons inutiles en ambiances communes, Geister n’ouvre pas sur la montagne enneigée, n’embrasse pas – plus – l’immensité minérale naturelle, il se contente de t’indiquer la route du chalet et du chocolat chaud… Plus de menace, plus d’immersion (ou alors un peu, à la toute fin, sur le très ambiant vieille école Geischtr, le seul morceau long, comme un hasard…), plus de mysticisme… tout a disparu avec le clean sound et le format court des titres.

En un mot comme en cent, Paysage d’Hiver, étoile merveilleuse dans l’univers du BM, est devenu un combo de BM générique. Les riffs sont ultra classiques. Schattä donne le ton, en laissant un espoir. Le son est harsh mais pas plus, pas moins que sur les vieux Darkthrone et, en tous cas, les structures sont bien plus convenues, bien plus classiques. On sent bien qu’au travers de ce son lo-fi, des bribes du vieux PH traînent ça et là mais ça ne suffit pas à emporter la conviction parce que, d’une part, tous les titres s’enchaînent sur ce modèle (Bluet, Wüetig, Undä ne diffèrent quasiment pas) et, d’autre part, que le lo-fi en question demeure, pour mes oreilles depuis trop longtemps habituées à ce type de son, assez étrange… comme travaillé pour être audible ! Wintherr avait indiqué souhaiter revenir à ces sonorités brutes mais la réalité est que l’on entend tout parfaitement, y compris la basse, ce qui est un comble pour un projet comme PH, où l’immersion passe par l’érection d’un mur sonore impénétrable dont seule la violence permet de dessiner des vagues de variations, comme chez Darkspace ou Sunn O))) dans un autre champ. Les bruits de nature, les sons bourrés d’écho du clavier, les craquements de vieux vinyles qui donnaient tout leur charme aux compos ont disparu. La magie avec. En lieu et place, des rythmiques convenues, une batterie proprette et des titres qui se ressemblent parfois vraiment beaucoup (Wüetig et Undä par exemple ; Anders et Schtampfä), faits de variations on ne peut plus classiques. D’autres morceaux, placés en plein cœur de l’album, font du remplissage mais n’apportent rien. Äschä, Wärzä et Anders traînent leur misère. Le premier nommé tente de renouer avec la période glorieuse, et ses quelques variations y parviennent plutôt bien, sauf que la dissonance ne va pas au bout de son idée, le pont central repartant sur des propos plus audibles et classiques. L’enchaînement Wärzä et Anders est maladroit, PH passant d’une agression pure à un mid-tempo – presque du d-beat ! – qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, avec de fort relents rock n’ roll qui cadrent mal avec le concept des suisses.

Puis, globalement, les hurlements lointains de Wintherr ne convainquent pas vraiment non plus. Très monocordes, ils ont gagné en agressivité ce qu’ils ont perdu en aspects hantés et diffus. Alors qu’ils enveloppaient la structure d’un voile inhumain, ils se contentent à présent d’occuper le premier plan de l’espace sonore, au détriment des ambiances de nouveau.

Tout n’est pas à jeter, soyons honnête. Certaines mélodies et rythmes de Bluet et Wüetig rappellent que Wintherr sait composer. Le très ambiant et spatial Geischtr convoque nos souvenirs, quand PH pondait des chefs d’œuvre par cargos entiers, de Steineiche à Kristall et Isa et Das Tor en somme. Le violon dissonant fait encore un joli retour sur Gruusig.

Mais au final, c’est trop peu, surtout pour un groupe de cette envergure. Paysage d’Hiver est monté si haut, si longtemps, avec tant d’intensité, que la chute devait être brutale. Certes, elle l’est moins que pour d’autres illustres combos de BM ou de DM (chacun y mettra les noms qu’il veut bien y mettre…) mais force est de constater que Geister, pour ma part, est un album vraiment faible dans la discographie 5 étoiles des suisses. Le changement d’artwork aurait dû m’alerter bien plus tôt…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
14/09/2021 12:00
Gros fan de PH également, j'ai pas voulu aller plus loin que la seconde piste. C'est mauvais, et j'ai pas envie d'avoir en tête ce que Wintherr peut faire de pire. "Im Wald" continue de me rendre dingue comme le reste de sa disco, mais à celui-ci, je préfère simplement tourner le dos.
Sagamore citer
Sagamore
14/09/2021 09:34
note: 5/10
Funky Globe a écrit : Ce ne serait pas des chutes de studio d'Im Wald?


Exactement mon ressenti... "Im Wald" m'avait déjà laissé un peu froid (lol), mais là, je dois dire que je me suis carrément ennuyé.
Funky Globe citer
Funky Globe
14/09/2021 09:09
Ce ne serait pas des chutes de studio d'Im Wald? Je suis du même avis que vous. Cet album n'est pas bon.

Je suis même étonné qu'il l'ait sorti.
Vartruk citer
Vartruk
13/09/2021 12:52
J'ai l'impression qu'il a voulu sortir de sa zone de confort pour se faire un trip à la sauce Darkthrone, d'ailleurs la pochette à au moins le mérite de ne pas trop tromper sur le contenu (même si personnellement j'adore cette face de troll chamanique tout moche pas content!) point de sortie dans le blizzard ici donc, plutôt une soirée glauque dans une grotte qui sent le moisi, en compagnie de cette chose sur la pochette...

Personnellement c'est pas tant le son clean qui me dérange (je me délecte encore du copieux Im Wald Sourire mais bien la platitude de l'ensemble, hormis 2-3 bons riffs qui passe crème et le très beau "Geischtr" tout sent un peu le réchauffé... De plus, la voix, trop mise en avant, fini par devenir désagréable, alors qu'elle magnifiait les ambiances glaciales et mystiques d'un Kristall & Isa ou d'un Das tor (mes petits préférés). Curieux de voir la suite tout de même, mais sans l'attendre vraiment...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Paysage D'Hiver
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (2)  7.57/10

plus d'infos sur
Paysage D'Hiver
Paysage D'Hiver
Black metal - 1997 - Suisse
  

tracklist
01.   Schattä
02.   Bluet
03.   Wüetig
04.   Undä
05.   Äschä
06.   Wärzä
07.   Anders
08.   Schtampfä
09.   Gruusig
10.   Schuurig
11.   Geischtr

Durée : 01:10:15

parution
23 Avril 2021

voir aussi
Paysage D'Hiver
Paysage D'Hiver
Das Tor

2013 - Kunsthall Produktionen
  
Drudkh / Paysage D'Hiver
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (Split-CD)

2017 - Underground Activists
  
Paysage D'Hiver
Paysage D'Hiver
Im Wald

2020 - Kunsthall Produktionen
  

Essayez plutôt
Steingrab
Steingrab
Jahre nach der Pest

2018 - Soundage Productions
  
Aosoth
Aosoth
Ashes of Angels

2009 - Agonia Records
  
Helrunar
Helrunar
Niederkunfft

2015 - Lupus Lounge
  
Antestor
Antestor
The Forsaken

2005 - Endtime Productions
  
Ars Macabra
Ars Macabra
III

2013 - Odium records
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique