chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Worm - Foreverglade

Chronique

Worm Foreverglade
Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne je tiens là l’un des plus beaux artworks de 2021. Signé de l’illustrateur américain Brad Moore à qui l’ont doit notamment quelques travaux pour Argus ainsi que l’artwork du deuxième album des Canadiens de Tomb Mold (Manor Of Infinite Forms) et plus récemment celui du premier EP des Californiens de Putrid Tomb, cette œuvre torturée aux couleurs chatoyantes possède le pouvoir de vous ensorceler. L’œil, à l’affût du moindre petit détail, va ainsi plonger avec crainte et envie dans cet univers infernal, essayant de trouver un sens à cet entrelacs absurde de créatures difformes, d’escaliers sans fin et d’architectures improbables. Une œuvre particulièrement envoutante sublimée par le très chouette logo de monsieur Yuri Kahan et qui justifierait presque à elle seule l’achat de l’album dans sa version vinyle malheureusement annoncée pour le mois de février…

Intitulé Foreverglade en hommage une fois de plus au Sunshine State qui les a vu naître, ce troisième album des Américains de Worm fait suite à l’excellent Gloomlord paru courant 2019 mais présenté ici à vous tardivement. A l’occasion de cette nouvelle sortie, Fantomslaughter et Equimanthorn ont fait appel une fois de plus aux services de musiciens de session. C’est un dénommé L. Dusk que l’on retrouve cette fois-ci derrière les fûts alors que monsieur Nihilistic Manifesto s’est vu quant à lui confier à nouveau la tâche de poser l’intégralité des solos mélodiques de l’album. En ce qui concerne tout le travail de production, si Worm s’est probablement lui-même chargé de l’enregistrement, le mixage et le mastering ont quant à eux été confiés à Stephen DeAcutis remarqué notamment pour son travail chez Dim Mak, Disma et surtout Evoken. Un choix qui évidemment ne doit rien au hasard puisque les Floridiens pratiquent effectivement un Death / Doom largement influencé par le groupe du New-Jersey.

Après un changement de cap amorcé à la suite de son premier album qui explorait alors des territoires beaucoup plus proches du Black Metal de Beherit et consort, Worm poursuit ici sur sa lancée en confirmant cette orientation funèbre entamée avec la sortie de Gloomlord il y a un peu moins de deux ans. Servi par une production absolument délicieuse qui ramènera l’auditeur vingt-cinq ans en arrière - soit au milieu des années 90 en plein âge d’or Death / Doom - grâce à cet équilibre parfaitement maîtrisé entre lourdeur, abrasivité, lisibilité et atmosphère, Foreverglade continue l’exploration de ces territoires sinistres et décharnés en faisant preuve d’un talent particulièrement saisissant et surtout d’une maturité nouvellement acquise. Car si son prédécesseur était déjà particulièrement bien ficelé dans son genre, quelques écoutes attentives vont néanmoins suffire pour comprendre que Worm a ici élevé son niveau de jeu, aussi bien sur la question de l’écriture que sur celles des ambiances ou de la technique.

Alors évidemment, les influences restent inchangées avec toujours en toile de fond les spectres de diSEMBOWELMENT, Evoken, Thergothon ou Goatlord qui continuent effectivement de planer plus ou moins ouvertement sur le Death / Doom de la formation floridienne. Pour autant, il est facile de constater ce sur quoi Worm a progressé.
Côté production, cela va se jouer notamment dans le caractère beaucoup plus massif et moins déséquilibré qu’arbore ces nouvelles compositions. Certes, celles-ci perdent au passage un petit peu de cette crasse et de cette abrasivité qui faisait une partie de leur charme sur l’excellent Gloomlord mais l’impact n’en est ici que renforcé. Chaque instrument respire en effet davantage alors que certains, à l’image notamment de cette batterie, ont considérablement gagné en puissance et en lisibilité.
Cette "évolution", on la constate également d’un point de vue de l’écriture avec des morceaux toujours aussi longs et fouillés mais désormais plus variés et élaborés. Évoquées précédemment en filigrane par le seul biais de ces quelques leads mélodiques présents sur seulement deux morceaux de son prédécesseur, l’influence de Death période Human et Individual Thought Patterns n’a jamais été aussi flagrante qu’aujourd’hui. Certes, les solos de Nihilistic Manifesto dispensés tout de même ici plus généreusement qu’auparavant n’y sont une fois de plus pas étrangers avec là encore du bien bel ouvrage à vous donner la chair de poule ("Murk Above The Dark Moor" à 5:38, "Cloaked In Nightwinds" à 5:39 et 6:53, "Empire Of The Necromancers" à 0:14, 0:53 et 2:38, 3:29, "Subaqueous Funeral" à 2:00 avec ces guitares en écho, "Centuries Of Ooze" à 7:30) mais c’est surtout sur "Empire Of The Necromancers" que la filiation avec la musique de Chuck Schuldiner semble la plus évidente et cela dès cette entame aux airs d’hommage parfaitement assumé. De la même manière, Foreverglade est également marqué par une plus grande variété de séquences et de sonorités avec évidemment de purs passages Death / Doom pesants et lugubres concrétisés à travers ces riffs écrasants et rugueux, ce growl désormais plus profond et ces fameuses petites mélodies spectrales et désarticulées faisant grandement écho à celles déjà dispensées chez diSEMBOWELMENT, Evoken, Thergothon ou Spectral Voice. Mais ce sont surtout ces "accélérations" tout en retenue ou plutôt ces légères variations de rythmes au groove souvent contagieux ("Foreverglade (Intro)" à 3:20, "Murk Above The Dark Moor" à 3:11, "Empire Of The Necromancers" à 3:29, "Centuries Of Ooze" à 2:31 avec ses quelques blasts bien sentis), ces sonorités Black Metal ("Empire Of The Necromancers" à 3:58), certaines mélodies plus lumineuses, la place désormais beaucoup plus importante accordée aux nappes de synthétiseurs (sous forme de voix féminines fantomatiques sur "Foreverglade (Intro)" à 0:50, d’orgue sur "Murk Above The Dark Moor" à 2:53 et "Cloaked In Nightwinds" à 2:13 ou bien de nappes inquiétantes comme sur "Cloaked In Nightwinds", "Empire Of The Necromancers" et "Centuries Of Ooze") et cette alternance de chant (un growl Death / Doom extrêmement profond d’un côté et une voix arrachée et malsaine de l’autre avec quelques bribes de chant plus solennels comme sur "Cloaked In Nightwinds" à 1:48 ou sur la conclusion de "Centuries Of Ooze") qui nourrissent cette diversité amenée ici avec suffisamment d’intelligence pour ne nuire ni à l’homogénéité ni à l’efficacité de l’ensemble.

Avec un artwork aussi incroyable et envoutant que celui proposé ici par Brad Moore il aurait été vraiment dommage d’avoir entre les mains et les oreilles un album décevant. Évidemment il n’en est rien puisque Foreverglade est une véritable petite pépite de Death / Doom lugubre et habitée. Un disque aux références effectivement évidentes mais à la personnalité cependant très affirmée. Un disque d’une très grande maturité qui atteste également des progrès réalisés par le duo pourtant déjà bien en place depuis la sortie de son prédécesseur il y a seulement deux ans. Une sortie atypique mêlant à un cahier des charges scrupuleusement respecté (on retrouve en effet ici tout ce qui fait le sel des grands disques de Death / Doom) quelques variations plus personnelles et très intéressantes comme notamment ces sonorités Tech Death floridiennes qui ne sont pas sans grandement me réjouir. Bref, voilà assurément l’un des albums de l’année en ce qui me concerne.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
27/10/2021 08:57
note: 9/10
lkea a écrit : Il m'aura fallu un peu de temps pour embrasser l'absurde de ce disque mais une fois fait, le bonheur est complet. En fait, plus ça va et plus je pense, en plus des références citées, à Unholy et Hooded Menace. Ce disque, c'est quand même la grosse tartine de riffs qui ne devraient pas marcher ensemble mais vont tellement à fond qu'on reste émerveillé comme un gosse avec des plaisirs chelous. Bref, merci beaucoup pour cette chronique Greg !

(Non mais sérieux, Empire of the Necromancers quoi)


Oui, Unholy c'est vrai. Je trouve par contre moins de parallèles avec Hooded Menace en ce qui me concerne. En tout cas content de voir qu'il fait l'unanimité ou presque Sourire
lkea citer
lkea
27/10/2021 07:46
Il m'aura fallu un peu de temps pour embrasser l'absurde de ce disque mais une fois fait, le bonheur est complet. En fait, plus ça va et plus je pense, en plus des références citées, à Unholy et Hooded Menace. Ce disque, c'est quand même la grosse tartine de riffs qui ne devraient pas marcher ensemble mais vont tellement à fond qu'on reste émerveillé comme un gosse avec des plaisirs chelous. Bref, merci beaucoup pour cette chronique Greg !

(Non mais sérieux, Empire of the Necromancers quoi)
Vartruk citer
Vartruk
22/10/2021 14:56
Excellent, véritablement excellent, la prod est tout bonnement monstrueuse, à l'image de la pochette, et du nom du groupe, un gros ver de terre, rampant qui grouille, c'est tortueux, c'est putride, du grand art!

J'avais déjà été assez scotché par le death/doom bien pesant proposé sur "Gloomlord" (découvert en ces pages grâce à ta chronique Gros sourire) mais là le groupe a clairement fait un bond en avant, plus je l'écoute plus je frétille, comme un asticot dans sa boîte!
Krokodil citer
Krokodil
22/10/2021 14:08
note: 8.5/10
Un des albums de l'année à n'en pas douter !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Worm
Death / Doom
2021 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (2)  9.09/10

plus d'infos sur
Worm
Worm
Death / Doom - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Foreverglade  (05:26)
02.   Murk Above The Dark Moor  (07:37)
03.   Cloaked In Nightwinds  (11:14)
04.   Empire Of The Necromancers  (07:00)
05.   Subaqueous Funeral  (03:38)
06.   Centuries Of Ooze  (09:47)

Durée : 44:42

line up
parution
22 Octobre 2021

voir aussi
Worm
Worm
Gloomlord

2019 - Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
Hesper Payne / Sabazius
Hesper Payne / Sabazius
Under The Alum Shale (Split-CD)

2012 - Loathsome Unclean Music
  
Monolithe
Monolithe
Nebula Septem

2018 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Misanthrope
Misanthrope
Variation On Inductive Theories
(Architecture Screenplans)

1993 - Holy Records
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Encoffination
Encoffination
III - Hear Me, O' Death
(Sing Thou Wretched Choirs)

2014 - Selfmadegod Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique