chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
194 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

16 - Blaze of Incompetence

Chronique

16 Blaze of Incompetence
Où 16 est l’exact égal de l’image que l’on a de lui ? C’est aussi cela qui fait la force des grands groupes, ceux qui ont marqué leur temps mais restent des décennies après leur période faste marquants tout court : cette capacité à tourner autour d’un son immédiatement reconnaissable, mais possédant, pour peu qu’on s’y plonge avec attention, mille nuances qu’il est plaisant de décortiquer.

Et donc, Blaze of Incompetence est sans doute l’album le plus « 16 » de 16. Moins iconique que Zoloft Smile, moins révolutionnaire que Drop Out, mais clairement celui où la bande transpire le plus cet imaginaire d’une vie entre les barreaux – rappelons-le, plus qu’un rêve de leur part –, une cour de béton en plein air devenant le seul lieu de liberté autorisé. Sorti sur le label culte Pessimiser Records (Dystopia, Eyehategod, Grief ou encore Phobia), ce nouveau longue-durée a dû étonner les amateurs de l’époque par sa sortie rapide, suivant de peu Drop Out. Comme si les Ricains profitaient d’un droit de sortie pour accumuler le plus possible, aidés par un catalogue déjà conséquent – les titres « Wash Me » et « Thiothixene », déjà parus sous d’autres formats, se retrouvant réenregistrés pour l’occasion. Une avidité qui se retrouve sur ces quarante-six minutes pleines d’envie de peindre une existence de misère, où le groove terne fortement marqué par les scènes sludge et noisecore se déploie avec puissance malgré la sécheresse d’une vie sans couleurs.

Une science du « tube » qui trouvera son point culminant avec Zoloft Smile mais que 16 tient ici déjà d’une main ferme. La tension noisecore de « Burning Sensation » ; la lourdeur menaçante et qui s’élance de « Glowing Bowl » ; les torsions industrielles de « Flaming Head-on Train Wreck » ; l’incroyable « Drinkin' Strychnine », à mettre parmi les meilleurs morceaux des Ricains… Blaze of Incompetence est de ces œuvres dont on a envie de citer chaque instant, tant la tête trouve toujours une occasion de bouger, les muscles de s’activer, la mâchoire de se serrer dans des compositions aussi énergiques qu’écroulées, bagarre-bagnard, gros gnons de petites frappes. Avec ce syncrétisme nineties dont ils sont les seuls alchimistes, Godflesh, Unsane, la scène post-hardcore de l’époque (celle de Quicksand ou encore Drive Like Jehu) s’invitant dans ces riffs urbains et anxiogènes.

Voilà la richesse de ce sludge capitonné et s’évadant pourtant dans de longues plages, le sol remplaçant le ciel inaccessible dans ses rêveries criminelles. Une différence fondamentale par rapport au brut Drop Out se situe dans ce caractère anguleux, corps des victimes mis en équerre, et cependant longitudinal, une basse vrombissante se mêlant à des guitares stridentes. Une plaine de ciment où les instruments de musculation deviennent l’outil d’une mécanique du cœur, l’aliénation d’une vie confinée y trouvant l’endroit où écrire sa douleur. Une autre chose qui ressort peut-être davantage sur Blaze of Incompetence, malgré sa présence en filigrane le long de la discographie de ces agresseurs-agressés : l’angoisse de cet univers-ci, celle qu’on ne peut s’autoriser à transmettre lorsque le seul lieu collectif où l’intime a sa place est le vestiaire des hommes avant de réintégrer sa cellule. Une angoisse que l’on devine pourtant, derrière le roulement des bras et la sueur des développés-couchés, dans cette voix morne de Cris Jerue, rugissante et étranglée, exprimant aussi bien l’effort pour sortir le nouveau geste qui soulève les poids que celui pour réprimer les sentiments qui soulèvent l’estomac.

Il y a tout cela dans Blaze of Incompetence, exprimé avec férocité et intensité. On sent certes que l’essoufflement vient en fin d’album (à partir de « Ride the Snake »), les mots sortant avec plus de simplicité mais pas plus de platitude. Le carton-plein se rate de peu, Zoloft Smile restant le disque où 16 raconte la défaite avec le plus de réussite. Il n’en est pas moins un indispensable pour tout amateur de sludge d’une certaine époque, ici narrée comme rarement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
16
Sludge / Noisecore
1997 - Pessimiser Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
16
16
Sludge / Noisecore / Stoner / Grunge - 1991 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Asian Heat  (04:57)
02.   Burning Sensation  (03:20)
03.   Flaming Head-on Train Wreck  (02:14)
04.   Rob Someone  (05:06)
05.   Thiothixene  (04:12)
06.   Glowing Bowl  (04:01)
07.   A Real Piece of Work  (04:24)
08.   Wash Me  (03:44)
09.   Drinkin' Strychnine  (07:10)
10.   Ride the Snake  (02:02)
11.   Sleep Forever  (05:37)

Durée : 46:47

line up
parution
18 Novembre 1997

voir aussi
16
16
Dream Squasher

2020 - Relapse Records
  
16
16
Zoloft Smile

2002 - At A Loss Recordings
  
16
16
Drop Out

1996 - Pessimiser Records / Theologian Records
  
16
16
Lifespan of a Moth

2016 - Relapse Records
  
16
16
Curves That Kick

1993 - Bacteria Sour Records
  

Fustilarian
All This Promiscuous Decadence
Lire la chronique
Hate
Rugia
Lire la chronique
Bryan Eckermann
Plague Bringers
Lire la chronique
Angel Witch
Angel of Light
Lire la chronique
The Ruins Of Beverast
The Thule Grimoires
Lire la chronique
The Body / Big Brave
Leaving None but Small Bird...
Lire la chronique
Dream Theater
A View From The Top Of The ...
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
À Terre
Notre Ciel Noir (EP)
Lire la chronique
Worm
Foreverglade
Lire la chronique
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Momentum
Momentum
Lire la chronique
Kompost
Pallor Mortis
Lire la chronique
Carcass
Torn Arteries
Lire la chronique
Aussichtslos
Einsicht
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Punishment And Devotion (EP)
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Mythical Beast
Scales
Lire la chronique
Bishop
Bishop
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique