chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
187 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carcass - Torn Arteries

Chronique

Carcass Torn Arteries
Vous avez remarqué? CARCASS est devenu METALLICA. Un hiatus de 8 ans entre « Surgical Steel » et « Torn Arteries », soit un rythme de sénateurs capitalisant pépère sur leur statut de vieilles gloires responsables de pierres angulaires identifiées depuis Mathusalem, « Reek Of Putrefaction » et « Heartwork » en tête. Bien sûr, Bill Steer et Jeff Walker n’ont pas engrangé autant de biftons que Lars, James et consorts et cette comparaison un peu osée ne tient la corde que sur des questions d’enjeux et de temporalité. Encore que ! En interview, Jeff y allait de lui-même sur cette mise en parallèle, détaillant un mode de fonctionnement particulier entre deux personnalités concédant ce qu’il fallait pour le bien commun, à savoir une musique de qualité supérieure. Bill Steer vs Jeff Walker donc, Tom Draper (guitare, live session) et Daniel Wilding (batterie) remettant le couvert pour seconder le fameux binôme.

Alors que vaut ce « Torn Arteries » et son délicieux artwork faussement vegan, si révélateur de ce qui vous attend à l’intérieur de ce seulement septième album studio ? Dans la continuité d’un « Surgical Steel » mais surtout du récent EP « Despicable », CARCASS nous revient en bonne forme, jouant avec malice avec les codes d’un genre qu’il a largement contribué à créer et populariser. Certes, le blast n’est plus omniprésent dans leurs compos et ce depuis belle lurette, les Anglais usant désormais du procédé rythmique comme d’un jump scare dans une production horrifique, à l’instar des diverses accélérations relançant la machine « Torn Arteries » à la manière d’un défibrillateur. La rapidité d’exécution n’est pas le propos ici, ce nouvel album pouvant schématiquement s’inscrire dans une logique de greffe astucieuse entre « Swansong » et « Necroticism – Descanting The Insalubrious », pas franchement deux monstres d’intensité par rapport à « Heartwork » ou aux débuts goregrind cradingues ; ici, la tentation mid tempo et les œillades au heavy des années 70/80 s’accorde plutôt pas mal du caractère alambiqué de certaines compositions (« Eleanor Rigor Mortis »), la prise de risque maximale s’avérant être ce « Flesh Ripping Sonic Torment Limited » de quasiment 10 minutes, ponctué de passages franchement inhabituels dans le paysage carcassien (soli aériens sur fond d’arpèges, un break inattendu mais bien senti) et dont le côté joueur trouve un pendant assassin sur le final de l’opening track. Conjuguée à un art de la relance consommé et une indiscutable science du riff, l’optique de ralentissement générale du tempo s’avère globalement une réussite, chaque passage rapide donnant dès lors dans une réjouissance régressive du plus bel effet (les deux extrémités de « Eleanor Rigor Mortis », le feu d’artifice final de « Dance Of Ixtab », « Kelly’s Meat Emporium »).

Question remontrances, on ne pourra néanmoins passer outre un ventre mou assez problématique en piste 4 et 5, entre « The Devil Rides Out » bien mou du genou et une « Under The Scalpel Blade » dont on se demande pourquoi elle n’est pas resté cantonnée à « Despicable ». Plus généralement, l’optique revival à l’ancienne ponctuée de références heavy aurait pu s’accommoder d’une production moins anonyme et d’un grain de guitare plus prononcé. On se consolera avec les cordes vocales éraillées d’un Jeff Walker toujours en grande forme, sa voix caractéristique faisant toujours merveille et contrastant idéalement avec les fulgurances mélodiques d’un Bill Steer un coup sur la réserve, un coup en mode épate (on préfère quand tu envoies mon petit Bill !). Finalement, c’est peut être sur les deux dernières pistes que CARCASS trouve son point d’équilibre entre respect du cahier des charges et relecture d’influences d’un autre temps, la dynamique imparable de « Caveat Emptor » et « The Scythe’s Remorseless Swing » achevant de faire basculer ce « Torn Arteries » du bon côté de la barrière.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
22/10/2021 11:47
"Torn Arteries" = Kloug.
C'est tout ce que j'ai à en dire.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
21/10/2021 18:49
note: 7.5/10
Différence de point de vue sur un album culte, voilà tout. Ne vous étouffez pas pour si peu! Chronique sur Thrasho n'est pas parole d'évangile Clin d'oeil
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
21/10/2021 00:01
BBB a écrit : 'Necroticism' moins intense que 'Heartwork'?
Je viens de m'étouffer en mangeant mon Choco BN!!


J'avoue mon TotoJ, je sais que tous les goûts blablabla la nature, mais quand même :P
BBB citer
BBB
19/10/2021 17:40
'Necroticism' moins intense que 'Heartwork'?
Je viens de m'étouffer en mangeant mon Choco BN!!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
19/10/2021 10:24
note: 7.5/10
Plus dense et intéressant que son prédécesseur qui tournait un peu trop en pilotage automatique. Si on retrouve facilement le style du groupe qui ose également se lâcher avec réussite ("Flesh Ripping Sonic Torment Limited"), et même si quelques titres tournent un peu à vide ça fait le boulot avec qualité. Du tout bon pour moi qui n'attendait rien de spécial des britanniques !
AxGxB citer
AxGxB
19/10/2021 08:20
Je ne l'ai écouté qu'une seule fois pour le moment mais il m'a fait à moi aussi bonne impression. Je pense préférer son prédécesseur mais pour un groupe de cet âge, je trouve que Carcass se défend encore très bien.
Sagamore citer
Sagamore
19/10/2021 07:45
J'ai jamais été un grand fan de tout ce qui a suivi "Reek of Putrefaction" et surtout "Symphonies of Sickness", mais je dois bien avouer avoir été agréablement surpris par ce disque. C'est frais, ça joue, c'est bien composé, ça s'écoute tranquillement. Et la pochette est géniale.
jeff48 citer
jeff48
18/10/2021 23:54
La comparaison d'intensite entre necrotiscism et heartwork m'a fait tousser et tant pis pour la suite de cette chro

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carcass
Death n' roll
2021 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (5)  8.83/10

plus d'infos sur
Carcass
Carcass
Death n' roll - 1986 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Torn Arteries
02.   Dance Of Ixtab (Psychopomp & Circumstance March N°1 In B) ADM
03.   Eleanor Rigor Mortis
04.   Under The Scalpel Blade
05.   The Devil Rides Out
06.   Flesh Ripping Sonic Torment Limited
07.   Kelly's Meat Emporium
08.   In God We Trust
09.   Wake Up And Smell The Carcass - Caveat Emptor
10.   The Scythe's Remorseless Swing

Durée : 49:03

line up
parution
17 Septembre 2021

voir aussi
Carcass
Carcass
Heartwork

1993 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Symphonies Of Sickness

1989 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Swansong

1996 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Wake Up And Smell The... Carcass (Compil.)

1996 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Surgical Steel

2013 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Ghoulunatics
Ghoulunatics
Cryogénie

2006 - Galy Records
  
The Crown
The Crown
Crowned In Terror

2002 - Metal Blade Records
  
Entombed
Entombed
Wolverine Blues

1993 - Earache Records
  
Hearse
Hearse
The Last Ordeal

2005 - Karmageddon Media
  
Como Muertos
Como Muertos
Cronica Del Dolor

2010 - Autoproduction
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique