chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Funeral Chant - Dawn Of Annihilation

Chronique

Funeral Chant Dawn Of Annihilation
Au rayon des découvertes qui ont marqué l’année 2021, Funeral Chant tient assurément une place de choix dans mon bilan de fin d’année. Originaire de Oakland en Californie, le groupe n’est pourtant pas né de la dernière pluie puisqu’il possède déjà sous le coude un premier album éponyme paru en 2017 sous les bannières de Caverna Abismal Records (Archaic Tomb, Balmog, Praise The Flame...) et Morbid Bastard Records (Vorum, Sewercide, Revenge...). À la manière de leurs collègues de Steel Bearing Hand, il a néanmoins fallu attendre que le label Carbonized Records (Mortuous, Chthonic Deity, Mephitic Grave...) me mette une fois de plus le nez dedans pour qu’enfin je daigne jeter mon dévolu sur ces quatre californiens passés jusque-là sous mes radars... Et comme pour Steel Bearing Hand, je me réjouis encore d’y avoir été invité puisqu’en effet, ce deuxième album de Funeral Chant est en ce qui me concerne l’une des découvertes de l’année.

Intitulé Dawn Of Annihilation, ce deuxième album illustré par le chanteur et guitariste † Voidbringer renvoi à une certaine idée du Death Metal issue de l’imagination tordue de groupes tels que Necrovore, Possessed, Morbid Angel, Poison et quelques autres encore. Un héritage perpétué depuis par de talentueuses formations toutes plus radicales les unes que les autres qui de Repugnant à Beyond en passant par Verminous, Vorum, Degial ou Concrete Winds ont offert aux amateurs du genre quelques albums et autres sorties particulièrement épicées. A l’image de ces groupes, Funeral Chant nous offre donc ici un Death Metal sauvage et particulièrement explosif qui n’entend certainement pas révolutionner quoi que ce soit mais simplement mettre les points sur les "i" à tous ceux qui douteraient encore de l’efficacité d’une telle formule.

Alors oui, 2021 oblige, ce Dawn Of Annihilation va quelque peu souffrir de la comparaison avec le deuxième album des Finlandais de Concrete Winds sorti à peu près à la même période et dont le propos à atteint aujourd’hui une telle virulence que toutes tentatives visant à rivaliser avec celui-ci semblent malheureusement perdues d’avance... Pour autant, ce n’est pas une raison suffisamment valable pour ne pas prêter attention à Funeral Chant qui en l’espace de huit titres et trente-trois minutes prouve qu’il est bien loin de démériter.

Comme tous ces groupes évoqués un petit peu plus haut, c’est donc évidemment à fond la caisse que les Américains vont ici mener leur barque avec comme leitmotiv universel cette furieuse envie d’en découdre. À deux exceptions près ("Xenophonic Transmission" et "Dawn Of Annihilation" affichés tous les deux à plus de six minutes), c’est sur la base de morceaux relativement courts que Funeral Chant va conduire ses multiples assauts. Soutenus par une production taillée pour le job, les Californiens vont venir nous secouer bien comme il faut à coup de riffs particulièrement nerveux balancés naturellement à toute berzingue sans crier gare. Une blitzkrieg soulignée également par tout un tas de solos chaotico-mélodiques qui à leur manière vont entretenir cette frénésie destructrice à laquelle s’adonne avec un malin plaisir les quatre garçons de Funeral Chant. De "Terrorspawn" à 0:31, 2:33 et 2:52 à "Oneiric Perversion" à 1:21 et 2:22 en passant par "Pernicious Rites" à 2:33, "Xenophonic Transmission" à 2:01, "Malefic Reign" à 0:35, 1:24 et 2:04, "Lucifuge Domain" à 1:36, "Dawn Of Annihilation" à 2:31 et "Serpent Act" a 0:06 et 1:12, ce deuxième album est donc rempli raz la gueule de ce genre de solos aussi hystériques que jouissifs. Tout aussi jouissif, cette batterie explosive qui n’a de cesse de cavaler et d’enchainer les bourre-pifs avec, cerise sur le gâteau, une utilisation particulièrement dynamique des cymbales et notamment ces frappes sur le sommet que j’affectionne particulièrement et dont monsieur Cruel Force derrière ses fûts et autres cercles métalliques à base de cuivre aime user avec semble-t-il beaucoup de délectation.

Alors oui, Funeral Chant n’y va pas avec le dos de la cuillère, enchainant dans cette démonstration de force les brûlots sauvages avec une efficacité particulièrement redoutable. Cela ne va pas empêcher pour autant les Américains d’y apporter un soupçon de relief avec notamment deux titres qui vont chercher à "calmer le jeu" (notés bien les guillemets). Affichés comme on l’a vu à plus de six minutes, "Xenophonic Transmission" et "Dawn Of Annihilation" vont tous les deux apporter une certaine nuance dans le propos des Américains en jouant plus ou moins la carte du mid-tempo. Oui, plus ou moins, car Funeral Chant n’est pas là non plus pour enfiler des perles et qu’à lever le pied trop longtemps il a finalement le blast et le riff éclair qui le démange. Du coup l’un et l’autre de ces deux morceaux sont entrecoupés de séquences menées le couteau entre les dents histoire quand même de continuer à dérouiller l’auditeur dans les règles de l’art. D’ailleurs, c’est même plutôt l’inverse pour "Dawn Of Annihilation" qui serait davantage entrecoupé par un passage plus lourd et pesant que l’inverse. M’enfin vous avez compris l’idée et quoi qu’il en soit ces moments sont évidemment les bienvenus pour apporter un peu d’air à un album mené le couteau entre les dents.

Album d’une très grande efficacité, Dawn Of Annihilation ne devrait pas manquer de convaincre tous ceux déjà sous le charme des quelques groupes cités dans le deuxième paragraphe de cette chronique. Non, il n’y a aucune originalité dans la recette que nous offre ici le groupe californien mais comme souvent ce n’est pas ce que l’on vient chercher de la part d’un groupe grimé qui porte fièrement ses bracelets de cuir cloutés. À l’inverse, si vous êtes en quête d’un album capable de vous remettre les idées en place après un réveillon du 31 un peu trop chargé, nul doute que ce deuxième album de Funeral Chant ne devrait pas manquer de vous remettre sur le droit chemin. Nerveux, sauvage, violent, impitoyable et intransigeant, autant de qualificatifs qui sied à ravir à cet album particulièrement bien senti qui va donc naturellement trouver sa place dans mon bilan.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
04/01/2022 05:53
Excellent dans la veine sauvage et intense des Vorum, Degial et Verminous.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
03/01/2022 18:54
note: 8/10
J'étais passé totalement à côté de cette sortie et quelle erreur ! Putain ça envoie le pâté comme il faut, c'est brutal, sauvage et cradingue complété par une vraie accroche de bout en bout. Du tout bon bien régressif et qui fait plaisir !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Funeral Chant
Death Metal
2021 - Carbonized Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Funeral Chant
Funeral Chant
Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Terrorspawn  (03:20)
02.   Oneiric Perversion  (03:17)
03.   Pernicious Rites  (04:13)
04.   Xenophonic Transmission  (06:07)
05.   Malefic Reign  (03:25)
06.   Lucifuge Domain  (03:31)
07.   Dawn Of Annihilation  (06:09)
08.   Serpent Pact  (03:37)

Durée : 33:39

line up
parution
1 Novembre 2021

Essayez aussi
Carnation
Carnation
Where Death Lies

2020 - Season Of Mist
  
Trenchrot
Trenchrot
Dragged Down To Hell (Démo)

2013 - Nihilistic Holocaust
  
Obscure Infinity
Obscure Infinity
Perpetual Descending Into Nothingness

2015 - F.D.A. Records
  
Trauma
Trauma
Acrimony (EP)

2021 - Selfmadegod Records
  
Undergang
Undergang
Aldrig I Livet

2020 - Dark Descent Records
  

Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique
Ertéktelen
Mértéktelen
Lire la chronique
Avskräde
Det stora tunga sjuka
Lire la chronique
Portal
Hagbulbia
Lire la chronique
Pure
Seeds of Despair
Lire la chronique
Ossuaire
Triumvirat (EP)
Lire la chronique
Unanimated
Victory In Blood
Lire la chronique
Electric Wizard
Legalise Drugs & Murder (Si...
Lire la chronique
Archgoat
Worship The Eternal Darkness
Lire la chronique