chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Funeralium - Decrepit

Chronique

Funeralium Decrepit
Des cris assourdissant de folie au début ; Des râles de dégoût à la fin. Et entre, toutes les émotions qui mènent des uns aux autres, dans l’urgence de tout expulser.

C’est cela qui marque dans Decrepit. Funeralium, ce groupe que l’on peut toujours décrire comme un Doppelgänger d’Ataraxie – membres en commun et influences communes –, le montre une nouvelle fois : son discours à lui est bien plus cru, extrême, que son jumeau, similitudes de traits mais rictus déformant le visage.

Une tangente qui m’avait particulièrement plu sur Deceived Idealism, sa rigueur, son sadisme de chaque instant, mais qui prend encore une autre tournure sur ce nouvel album. Exit les fleuves de haine et de détestation de soi qui tourmentaient – jusqu’à s’y perdre – Of Throes and Blight : il est temps d’en finir, comme avec un problème que l’on a trop longtemps laissé perdurer, cherchant dans les excuses faites à soi-même et aux autres une manière de le décaler. Oui, nous détruisons ce que nous touchons. Oui, nous sommes abjects, avides et centrés sur nous-mêmes, cherchant à plier à notre confort une planète sans laquelle nous ne pouvons vivre. Oui, la Terre finira par reprendre ses droits, ses roches désertifiées par l’Homme enfin laissées à l’abandon. Elle nous survivra, certainement balafrée mais libérée de ceux qui n’ont fait que détériorer les conditions de leur existence sur elle.

C’est, à gros traits, ce qu’appuie Funeralium durant les soixante-dix-huit minutes que dure Decrepit. Un discours obligatoirement long avec lui, hurlé, creusé, aussi pointilleux qu’étalé, mais désormais guidé par l’intensité des impératifs. Ainsi, cette ouverture vers plus de mélodies rencontrée avec Of Throes and Blight prend désormais une place prépondérante, ses accroches nous harnachant aux sentiments négatifs proférés par cette voix qui – comme à chaque rencontre avec elle – donne à penser qu’elle est LA voix, celle d’un doom extrême où se mélangent les pensées suicidaires de Bethlehem, les apitoiements de Warning (cf. les leads de « The Lunatic Escalation Towards Extinction ») ainsi que les plans larges sur un paysage calcaire d’Evoken. Un long déclin, la fin abordée dès le départ – l’album ne s’appelle pas Incipit, notez –, où les Français usent paradoxalement de toute leur humanité pour lui asséner le coup de grâce.

Images de pierres noires et esseulées ; pamphlet longitudinal appelant à notre extinction ; émotivité de chaque instant, les larmes nées de la colère s’écoulant sans timidité... Nul besoin de dire que Decrepit embrasse une grandiloquence qui pourra paraître trop excessive pour certains. Mais c’est bien ce qui fait le prix des meilleures œuvres de doom, ses gestes qui peuvent sembler trop théâtraux pour les béotiens alors qu’ils relèvent d’une certaine ferveur, emporté et non emprunté que l’on est par des envies de beauté dans un monde courant vers sa propre décadence. Une beauté que Funeralium se décide – enfin ? – à aborder de face, dans des passages qui étreignent plus d’une fois et avec une justesse rare, évoquant par instants les délices compliqués et tortueux d’un Anhédonie (mon dieu, ce magnifique « Ruination »).

Cependant, arrêtons-là les comparaisons : Funeralium fait ici des adieux à l’humanité qui lui sont bien personnels, trouvant dans son rigorisme – symbolisé par une base rythmique aussi austère que dominatrice, les montées de « Aviditas » en guise d’exemples – une poésie qui lui est propre, où la noblesse se trouve davantage dans une mise en scène de sa sortie que l’exploration de tourments philosophiques. Les affres pour l’un ; le trépas pour l’autre. Certes, on pourra continuer à trouver que l’on se perd trop ici, un vécu partageant la force que déploie en long et large la formation laissant parfois la place à une attention flottante. Une critique habituelle envers cette musique qui demande plus que de coutume pour s’y investir pleinement. Decrepit n’en reste pas moins une des plus belles créations de doom extrême qui m’ait été donné d’entendre ces dernières années, soit depuis un certain Résignés. Hé, on n’y échappe pas…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
07/11/2021 21:00
Vartruk a écrit : Je n'ai jamais trop écouté Funeralium, mais Ataraxie m'a déjà transporté sur plusieurs albums, ou plutôt, enterré! (je me rappelle aussi d'un concert que j'avais vu je sais pu ou qui m'avait complètement retourné!) ta chronique et le morceau "Aviditas" donne en tout cas envie de plonger dans cet album tête baissée ("Ruination" est en train de faire son effet tranquillement... Gros sourire), il va vraiment falloir que je me penche plus sur Funeralium!

C'est marrant (ou pas) mais j'ai l'impression que dans le Doom à tendance "Funeral"c'est encore plus difficile de jouer dans la cour des grands, que dans d'autres style, plus conventionnels on va dire. Le caractère extrême peut-être, ou le haut du panier qui écrase déjà tout, difficile en effet de ne pas penser à Esoteric, Evoken ou Mournful congregation, néanmoins, quand on est gourmand il y a de la place pour tout le monde...


Cool ! Sinon, je te rejoins sur la difficulté de proposer autre chose que les grands noms que tu cites (on pourrait rajouter Tyranny ou encore Thergothon...) mais Funeralium tire son épingle du jeu à mon sens, en allant vers quelque chose de plus cru, moins criant sur celui-ci - où ils subliment leur style - mais dans la droite lignée des évolutions précédentes. Je conseille d'écouter Deceived Idealism pour se faire une idée du funeral boucher de Funeralium, plus proche d'un Stabat Mater que d'autres références (ressenti personnel hein).
Vartruk citer
Vartruk
07/11/2021 16:02
Je n'ai jamais trop écouté Funeralium, mais Ataraxie m'a déjà transporté sur plusieurs albums, ou plutôt, enterré! (je me rappelle aussi d'un concert que j'avais vu je sais pu ou qui m'avait complètement retourné!) ta chronique et le morceau "Aviditas" donne en tout cas envie de plonger dans cet album tête baissée ("Ruination" est en train de faire son effet tranquillement... Gros sourire), il va vraiment falloir que je me penche plus sur Funeralium!

C'est marrant (ou pas) mais j'ai l'impression que dans le Doom à tendance "Funeral"c'est encore plus difficile de jouer dans la cour des grands, que dans d'autres style, plus conventionnels on va dire. Le caractère extrême peut-être, ou le haut du panier qui écrase déjà tout, difficile en effet de ne pas penser à Esoteric, Evoken ou Mournful congregation, néanmoins, quand on est gourmand il y a de la place pour tout le monde...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Funeralium
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Funeralium
Funeralium
Extreme Doom Metal - 2003 - France
  

vidéos
Aviditas
Aviditas
Funeralium

Extrait de "Decrepit"
  
The Lunatic Escalation Towards Extinction
The Lunatic Escalation Towards Extinction
Funeralium

Extrait de "Decrepit"
  

tracklist
01.   Aviditas  (9:46)
02.   Ruination  (31:53)
03.   The Lunatic Escalation Towards Extinction  (23:42)
04.   The Terminal Purge  (12:22)

Durée : 77 minutes 43 secondes

line up
parution
29 Octobre 2021

voir aussi
Funeralium
Funeralium
Of Throes and Blight

2017 - Weird Truth
  
Funeralium
Funeralium
Deceived Idealism

2013 - Ostra Records / Weird Truth
  

Essayez aussi
Ataraxie
Ataraxie
Slow Transcending Agony

2005 - Weird Truth Productions
  
Esoteric
Esoteric
The Maniacal Vale

2008 - Season Of Mist
  
Ataraxie
Ataraxie
L’Être et la Nausée

2013 - Weird Truth Productions
  
Ataraxie
Ataraxie
Résignés

2019 - Weird Truth Productions / Deadlight Entertainment / Xenokorp
  
Esoteric
Esoteric
Subconscious Dissolution into the Continuum

2004 - Season Of Mist
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique