chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
191 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hyperdontia - Hideous Entity

Chronique

Hyperdontia Hideous Entity
Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark disait ce bon vieux Arnold Schwarzenegger dans l‘excellent Last Action Hero. À moins qu’il ne s’agisse en fait d’une citation de William Shakespeare tirée de Hamlet ? Je ne sais plus… Quoi qu’il en soit, il y a fort à parier que ni l’un ni l’autre n’ont jamais posé leurs oreilles sur tous ces « nouveaux » groupes danois pour oser balancer ce genre d’inepties.
Après l’excellent deuxième album de Sulphurous (The Black Mouth Of Sepulchre), on va donc aujourd’hui s’intéresser au nouvel album d’Hyperdontia, groupe originaire de Copenhague dans lequel on retrouve également Mathias Friborg et Paweł Tunkiewicz décidément bien occupés en cette fin d’année 2021. Intitulé Hideous Entity, cette sortie particulièrement attendue par tous ceux ayant déjà posé leurs oreilles sur l’excellent Nexus Of Teeth, voit la formation solliciter les mains expertes de Ben Wescotter (Autopsy, Broken Hope, Hypocrisy, Incantation, Nile, Sinister, Vader...), vétéran de l’illustration que l’on ne devrait plus avoir à présenter et qui signe ici un artwork qui une fois de plus ne manque pas de dents. Certes, la vision de l’Américain se veut plus graphique et probablement moins infernale mais elle n’en reste pas moins pertinente et sympathique pour autant.

Comme toujours avec Hyperdontia, chaque musicien a ici enregistré dans son coin ses propres parties avant de réunir le tout et de l’envoyer à monsieur Greg Wilkinson (Earhammer Studio) pour un mixage et un mastering effectués une fois de plus dans les règles de l’art. Le résultat de cette opération est ici matérialisé par une production à la fois puissante et compacte témoignant du caractère contemporain de cette nouvelle offrande tout en lui insufflant un naturel et une couleur qui vont rappeler le meilleur des sorties de la fin des années 90 et du début des années 2000. Dans tous les cas, voici encore la preuve qu’il n’est pas forcément si compliqué de faire sonner une batterie correctement et de laisser un peu de place à la basse pour que celle-ci s’exprime correctement...

Album particulièrement efficace et convaincant, Nexus Of Teeth avait permis de poser des bases extrêmement solides et ainsi créer par la force des choses de véritables attentes à l’égard d’Hyperdontia. Certes, la formation n’a encore jamais déçu, que ce soit à travers Excreted From The Flesh, court EP aussi sympathique que frustrant, Excavations, modeste mais sincère hommage à Cannibal Corpse et Darkthrone ou bien lors de cette collaboration remarquée avec les Américains de Mortiferum le temps d’un « Punctured Soul » d’une efficacité indiscutable. Pour autant, le groupe n’en restait pas moins très attendu, notamment sur ce deuxième album (le premier avec Mathias Friborg au chant) qui, sans grande surprise, va reprendre les choses là où les quatre garçons s’étaient arrêtés.
Outre les délicieuses rondeurs de cette basse qui prennent ici davantage de place que dans les souvenirs laissés par Nexus Of Teeth, on va retrouver tout au long de ces trente neuf minutes tous ces éléments qui ont fait jusque là le charme d’Hyperdontia ainsi que tout ce qui le distingue d’un Sulphurous dont les influences sont pourtant à peu de chose près les mêmes. En effet, si les noms de Dead Congregation, Morbid Angel, Incantation ou Cannibal Corpse sont les premiers qui viennent à l’esprit lorsque l’on évoque le cas des quatre danois, on ne peut pas dire qu’il y ait véritablement de redite entre ces deux projets. Ce coup d’éclat on le doit notamment au riffing particulièrement intense de Mustafa Gürcalioğlu (Decaying Purity, Engulfed, Diabolizer...) qui nous régale une fois de plus de ce jeu tantôt nerveux et technique, tantôt mélodique et bourré de feeling. Ainsi rares sont les moments qui passent sans que l’on en prenne plein les dents de ces riffs bourre-pifs balancés ici à toute berzingue dans une sorte de maelström bouillonnant et insaisissable (de "Snakes Of Innards" à "Trapped In The Void" en passant par "Coils Of Wrath", "Lacerated And Bursting" ou "Wretched Mockery Of Creation", Hyperdontia n’a rien perdu de son attaque, bien au contraire). Définitivement brutale et intense, la formule proposée par Hyperdontia est néanmoins nuancée par quelques passages moins soutenus ("Snakes Of Innards" à 4:04, "Trapped In The Void" à 1:41 et 2:23, "Coils Of Wrath" à 1:20, "Wretched Mockery Of Creation" à 1:07, etc) au groove parfois contagieux ("Snakes Of Innards" à 3:04, "Beast Within" à 0:47 et 2:31, "Lacerated And Bursting" à 3:13...) ainsi que par de nombreuses mélodies sombres et sinistres ("Snake Of Innards" à 3:33 et 4:18, "Trapped In The Void" à 3:23, "Beast Within" à 3:28, "Coils Of Wrath" à 1:51, "Grinding Teeth" à 3:33...) qui tous à leur manière vont amener un petit peu de hauteur et de relief à toutes ces séquences menées tête baissée. Enfin notons également le growl profond et impeccable de Mathias Fribourg qui en remplacement de David Mikkelsen fait ici du très bon boulot et qui surtout arrive à produire des lignes de chants sensiblement différentes de celles proposées chez Sulphurous.

Sans forcément surclasser son prédécesseur (même si la qualité de la production et la place laissée à la basse de Malik Çamlıca (Decaying Purity, Diabolizer, Septage) permettent quand même d’attester de quelques évolutions positives), Hideous Entity s’impose dès les premières écoutes comme un album particulièrement solide et surtout à la hauteur des attentes que l’on a peu avoir après l’excellent Nexus Of Teeth. Brutal sans être vain, varié sans pourtant perdre en homogénéité, technique sans être particulièrement démonstratif et enfin mélodique sans pour autant perdre en efficacité, ce deuxième album assoit encore un peu plus Hyperdontia comme l’un des leaders de la scène Death Metal danoise aux côtés des Undergang, Phrenelith et autre Taphos avec qui il se dispute les plus hautes marches du podium. Bref, vous l’aurez compris, c’est ce que l’on appelle un retour gagnant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
18/11/2021 07:32
Après quelques écoutes, je le trouve trop générique, je n'arrive pas à m'enthousiasmer comme avec le 1er album ...
InnerDam citer
InnerDam
17/11/2021 22:51
"Nexus of Teeth" m'avait complètement scotché, donc autant dire que je l'attendais de pied ferme ce nouvel album. Ta chronique retranscrit assez bien mes impressions. Ils etaient attendus au tournant et franchement quelle claque.
Je le trouve un peu moins intense que le premier, mais bon c'est vraiment pour chipoter.
Bras Cassé citer
Bras Cassé
12/11/2021 15:45
Je trouve la pochette d’une mochete embarrassante, et c’est le genre de detail qui me fera telecharger l’album au lieu de l’acheter. Je trouve ce groupe le plus faible de cette scene danoise emergente (je lui prefere Taphos, Phrenelith ou Undergang) mais apres quelques ecoutes, c’est vrai qu’il est pas mal cet album, vraiment bourrin.
Namast3 citer
Namast3
12/11/2021 15:14
note: 8/10
Du très bon cet album ! Je trouve qu'il est même meilleur que le premier.
Flesh29 citer
Flesh29
10/11/2021 16:00
Une belle pochette en effet, signée de Wes Benscoter.

En tout cas une chronique qui m'incite à m'intéresser à ce groupe, les références évoquées sont alléchantes.
Keyser citer
Keyser
10/11/2021 14:29
Pour l'instant je le trouve bien mais moins percutant que le précédent. J'ai l'impression qu'ils ont pas mal levé le pied ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hyperdontia
Death Metal
2021 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Hyperdontia
Hyperdontia
Death Metal - 2015 - Danemark / Turquie
  

nouveaute
A paraître le 12 Novembre 2021

tracklist
01.   Snakes Of Innards  (05:49)
02.   Trapped In The Void  (05:16)
03.   Beast Within  (04:54)
04.   Coils Of Wrath  (03:36)
05.   Grinding Teeth  (04:51)
06.   Lacerated And Bursting  (05:08)
07.   Wretched Mockery Of Creation  (03:25)
08.   Impervious Veil  (06:18)

Durée : 39:17

line up
voir aussi
Hyperdontia
Hyperdontia
Nexus Of Teeth

2018 - Dark Descent Records
  
Mortiferum / Hyperdontia
Mortiferum / Hyperdontia
Mortiferum / Hyperdontia (Split 7")

2020 - Me Saco Un Ojo Records
  
Hyperdontia
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted From The Flesh (Compil.)

2020 - My Dark Desires Records
  

Essayez aussi
Tomb Mold
Tomb Mold
Primordial Malignity

2017 - Blood Harvest Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
War Master

1991 - Earache Records
  
Vehemence
Vehemence
Forward Without Motion

2015 - Battleground Records
  
Autopsy
Autopsy
Tourniquets, Hacksaws And Graves

2014 - Peaceville Records
  
Unleashed
Unleashed
Shadows In The Deep

1992 - Century Media Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique