chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Qrixkuor - Poison Palinopsia

Chronique

Qrixkuor Poison Palinopsia
Alors que Qrixkuor s’apprête à sortir à la fin de la semaine un nouveau EP intitulé Zoetrope, je pensais naïvement être en mesure de « rattraper » mon retard dans l’espoir que le premier album des Anglais puisse figurer en bonne place au bilan de fin d’année. Sauf que cela ne va pas être possible car contrairement à ce que je croyais dur comme fer, Poison Palinospia n’est pas sorti cette année mais en aout 2021... Un retard un poil embarrassant qui ne m’empêchera pas cependant de revenir sur l’une des sorties majeures de l’année dernière malheureusement entachée depuis par la révélation d’un fait-divers particulièrement sordide sur lequel il n’est pas utile de se pencher ici (je vous laisse effectuer une recherche Internet sur ce gros porc de Phillip Matthew Kusabs...).

Paru en collaboration sur les labels Dark Descent Records et Invictus Productions, Poison Palinospia est illustré une fois de plus par l’artiste chilien Daniel Corcuera (chanteur et bassiste des excellents Slaughtbbath à qui l’on doit tout un tas d’artworks particulièrement réussis pour des groupes tels qu’Atomicide, Beheaded, Craven Idol, Diocletian, Embrace Of Thorns, Necrowretch, Unaussprechlichen Kulten...) qui livre ici une espèce de relecture infernale évoquant les travaux d’Alex Grey pour Tool. Ce premier album paru après cinq ans d’absence (la faute à de grandes réorganisations internes avec les départs en 2016 de trois des quatre membres du groupe) fait suite à l’excellent Three Devils Dance, un EP trois titres qui après deux démos prometteuses mais encore mal dégrossies (réunies depuis sur une compilation intitulée Incantations From The Abyss) avait permis de révéler les ambitions de grandeur du groupe londonien.

Alors oui, vu de loin, ces ambitions de grandeurs peuvent paraître bien ridicules avec seulement deux titres proposés après une demi-décennie de silence radio. Seulement voilà, Qrixkuor a vu les choses en grand puisque chacune de ces deux compositions culmine ici à plus de vingt-quatre minutes. Le genre de durée à faire fuir des gens comme Keyser mais qui néanmoins traduisent une envie de sortir des sentiers battus et d’offrir à l’auditeur qui oserait s’y risquer une expérience dont on ressort difficilement indemne.

Le plus gros risque lorsque l’on accouche de ce genre de compositions fleuves est de perdre l’attention de l’auditeur en cours de route. Le fait est que les Anglais ont particulièrement bien travaillé puisque ces deux fois vingt-quatre minutes ne paraissent jamais subies et même souvent plus concises qu’elles ne le sont réellement. Bien entendu, cela est rendu possible car "Serpentine Susurrus - Mother's Abomination" et "Recrudescent Malevolence - Mother's Illumination" sont deux compositions en perpétuelle progression qui jamais ne se fixent et jamais ne se répètent. Cela n'empêche pas le groupe de prendre tout son temps pour développer ces diverses séquences et leurs transitions. Il faut ainsi plus de six minutes pour que Qrixkuor laisse enfin parler la poudre sur "Serpentine Susurrus - Mother's Abomination". Pourtant, cette première partie effectivement étirée n’ennuie jamais et va très justement poser les bases de ces ambiances particulièrement pesantes et délétères sur lesquelles reposent ce premier album. Des "instants" menaçants et en tension comme celui-là, on en trouve également entre 12:00 et 15:39 et encore un peu plus loin par bribes ainsi que sur "Recrudescent Malevolence - Mother's Illumination" dès ces premières secondes au piano et aux cuivres et ce pendant ces premières quinze minutes néanmoins entrecoupées par quelques coups de boutoirs salvateurs entre 5:31 et 6:02, 10:11 et 11:28 et 11:56 et 12:40. Un quart d’heure exigeant mené par un riffing Black / Death inquiétant et possédé rappelant celui d’un Teitanblood ou d’un Dead Congregation dans cette capacité qu’à Qrixkuor à faire naître le même genre de tensions insoutenables.

A l’inverse, lorsque les Londoniens s’énervent, ces derniers ne font pas semblants. Les moments les plus pesants décrits ci-dessus sont ainsi habilement contrastés par des passages explosifs laissant éclater une fureur sombre et toujours aussi menaçante. Blasts et autres accélérations soutenues pleuvent ainsi de manière quasi-interrompue (parfois quelques brefs appels d’air viennent s’y greffer avant que le groupe ne reparte finalement à l’assaut) avec en toile de fond ce même riffing Black / Death infernal et dissonant qui prend un malin plaisir à entrainer l’auditeur dans les profondeurs brulantes et indescriptibles de la Terre. Une succession de déferlantes intenses et particulièrement jouissives qui après ces moments plus pernicieux font office de véritables défouloirs.

S’il peut paraître de prime abord particulièrement intimidant à cause d’un format peu consensuel (deux titres de vingt-quatre minutes chacun), Poison Palinospia s’aborde finalement avec une relative aisance, révélant en effet l’essentiel de ses atouts dès les premières écoutes et cela sans avoir à batailler pour espérer s’y immerger. Alors non, on ne parlera pas pour autant d’un disque "facile" tant il y a de choses à découvrir et tant ses écoutes se révèlent tout de même intenses et douloureuses mais une chose est sure, Qrixkuor a fait les choses de manière à rendre l’immersion relativement aisée grâce à de nombreuses variations, développements et autres progressions constantes. Album dense, sombre mais néanmoins varié et dynamique, ce premier longue-durée vient rappeler à ceux qui l’auraient oublié que les Anglais sont parmi ces groupes sur lesquels il faut compter pour, comme on dit de l’autre côté de l’Atlantique, délivrer. Et comme je vous le disais en début de chronique, Qrixkuor n’entend pas en rester là puisque le groupe est déjà près à nous remettre les pendules à l’heure avec un nouveau EP dont je vous parlerai très bientôt.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Qrixkuor
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.22/10

plus d'infos sur
Qrixkuor
Qrixkuor
Death Metal - 2011 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Serpentine Susurrus - Mother's Abomination  (24:11)
02.   Recrudescent Malevolence - Mother's Illumination  (24:31)

Durée : 48:42

line up
  • S. / Chant, Guitare
  • VK / Basse
  • DBH / Batterie

parution
13 Août 2021

voir aussi
Qrixkuor
Qrixkuor
Three Devils Dance (EP)

2016 - Invictus Productions
  

Essayez aussi
Acephalix
Acephalix
Theothanatology

2022 - 20 Buck Spin Records
  
Sadistic Drive
Sadistic Drive
Anthropophagy

2020 - Autoproduction
  
Obituary
Obituary
Inked In Blood

2014 - Relapse Records
  
Endseeker
Endseeker
Mount Carcass

2021 - Metal Blade Records
  
Rites of Daath
Rites of Daath
Doom Spirit Emanation

2020 - Godz Ov War Productions
  

Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique
Triumvir Foul
Onslaught To Seraphim
Lire la chronique
Krisiun + Nile
Lire le live report
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Threshold
Dividing Lines
Lire la chronique
Autopsy
Morbidity Triumphant
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Drudkh
Всі належать ночі (All Belo...
Lire la chronique
Ofdrykkja
After the Storm
Lire la chronique
Oaken Skull
L'excellence du vice
Lire la chronique
Ungfell
Demo(lition) (Démo)
Lire la chronique
Hadopelagyal
Nereidean Seismic End
Lire la chronique
Ellende
Ellenbogengesellschaft
Lire la chronique
Gohrgone
Fulgur Imperii
Lire la chronique
Qrixkuor
Poison Palinopsia
Lire la chronique
Zemial
To Slay With Silent Dagger ...
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Thalassa (EP)
Lire la chronique
Darkthrone
Astral Fortress
Lire la chronique
Exhumed
To The Dead
Lire la chronique
Ensanguinate
Eldritch Anatomy
Lire la chronique