chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
199 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Thulcandra - A Dying Wish

Chronique

Thulcandra A Dying Wish
Presque six années ont passé, Thulcandra était quelque peu tombé dans l’oubli après un monotone et prévisible Ascension Lost. Rappel pour les autres. Retour en 2010 pour un genre en perdition, Thulcandra lancera un véritable hommage à Dissection (plagiat pour certains, je ne referai pas le débat) puis il l’édulcorera en y ajoutant d’autres éléments black/death de feu No Fashion Records (le trio d’ouverture imparable de Under A Frozen Sun). Mais à l’image d’Obscura de Steffen Kummerer, une musique à la qualité descendante après des débuts glorieux (Cosmogenesis). Le groupe de Munich au line-up remanié sera d’ailleurs touché par un nouveau deuil, après le suicide de son guitariste fondateur, le bassiste Christian Kratzer décédera dans un accident. Vous l’aurez remarqué de suite (oui vraiment très grossier en comparaison), pas de Necrolord pour l’artwork de ce quatrième album (un dénommé Herbert Lochner)… Un autre nom pour raviver la flamme de Jon Nödtveidt néanmoins, Dan Swanö au mixage et mastering. Producteur d'œuvres nommées The Somberlain et Storm Of The Light’s Bane.

Le premier extrait dévoilé en vidéo “Funeral Pyre” (et ouvrant cet album) m’aura clairement fait saliver pour la suite, un nouveau hit dans leur discographie. Condensé d’un Dissection remis au goût du jour tout en évitant de tomber dans la copie du maître, comme un retour au Thulcandra de 2010. Effectivement le groupe renoue explicitement à ses premiers amours de la faucheuse anti cosmique, parfois il est vrai à l’extrême limite du calque (l’introduction de “In Vain” plus que marquée par “The Somberlain”). Steffen a d'ailleurs certainement dû demander à Dan un mixage identique à celui de 1995, car outre la production puissante, c’est une saveur à l’atmosphère glaciale et à cette “candeur” “nineties”.

Une “candeur” qui démontre finalement une grande maîtrise de ses musiciens. On découvre le jeu du batteur Erebor (Secrets Of The Moon, ex-Nargaroth) qui boostera d’un grand coup la dynamique. Frappes en fonte et vélocité de mise, l’introduction dantesque de “The Slivering Silver” ou “A Shining Abyss”. Mais pas que, il suffit d’écouter son jeu de cymbales et les quelques subtilités de frappe dans les intros ou les breaks. On souhaiterait des batteurs de ce calibre pour chaque sortie de black/death suédois (regard insistant sur Joakim Sterner). Les guitaristes pousseront eux d’un bon cran le travail de composition : mélodies, structures, arrangements (même du claviers sur “In Vain”)... Tout est ultra calibré pour capter notre attention. Mais contrairement à son aîné, lui aussi des plus carré, la musique de Thulcandra touchera davantage nos sens. Que ce soient les mélodies de “Funeral Pyre”, “A Shining Abyss” (autre hit), les tremoli de “Devouring Darkness”, du morceau éponyme ou encore le chant de Steffen. Des vocaux écorchés plus puissants (malgré le mixage le plaçant en fond) et touchants.

Thulcandra aurait malgré tout pu rogner ses compositions pour gagner en efficacité. Encore des longueurs sur des couplets ou des breaks légèrement patauds et téléphonés (“Nocturnal Heresy”, “The Slivering Silver”) mais vite rattrapés par une cavalcade mélodique. Une exécution hors pair donc mais en deçà de l’intensité émotionnelle et de ces moments de grâce d’un Fallen Angel’s Dominion pour pouvoir le placer en haut de la pile.

Thulcandra délivre certainement l’album le plus abouti de sa discographie, tout a été parfaitement millimétré. Peut-être trop ? Il manque encore les émotions de ses débuts. Évidemment si vous aviez hurlé au plagiat de Dissection sur Fallen Angel’s Dominion vous pouvez passer votre chemin. Un album qui sortira trois semaines avant le nouveau (et prometteur) Obscura et qui confirmera un Steffen Kummerer revigoré. Après la récente découverte Necrofier puis Unanimated le mois prochain (sans compter Lord Belial début d’année prochaine et Dawn…Ah non je blague), les adeptes du genre seront comblés.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
06/11/2021 00:12
J'ai vraiment du mal à e réjouir de cette sortie (au contraire du Obscura, When Stars Collide avec Bjorn Strid est une grosse mandale de melodeath).
Je suis un peu désabusé par le côté recyclage, tribute/plagiat du truc. Même les nouveaux titres d'Unanimated m'ont laissé de marbre. Pourtant j'avais plutôt bien aimé les précédents albums mais là, avec tout ce qui sort en cette fin d'année, difficile de lui trouver une place décente et pas juste une écoute furtive entre deux trucs à faire.
Je verrai bien quand j'aurai le temps.

Bon par contre, le nouveau Eucharist promet du lourd avec son approche du Black/Death mélo.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
05/11/2021 10:29
note: 7.5/10
Un retour en forme qui fait plaisir après le décevant et en roue-libre "Ascension Lost", et probablement leur meilleur album depuis "Fallen Angel's Dominion". Particulièrement abouti dans son écriture on y trouve quelques morceaux imparables et qui ont tout pour devenir des classiques, du tout bon ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thulcandra
Black/Death mélodique
2021 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Thulcandra
Thulcandra
Black/Death mélodique - 2003 - Allemagne
  

vidéos
Funeral Pyre
Funeral Pyre
Thulcandra

Extrait de "A Dying Wish"
  
Nocturnal Heresy
Nocturnal Heresy
Thulcandra

Extrait de "A Dying Wish"
  

tracklist
01.   Funeral Pyre  (04:51)
02.   Scarred Grandeur  (04:43)
03.   Orchard of Grievance  (00:39)
04.   In Vain  (05:53)
05.   Nocturnal Heresy  (05:34)
06.   The Slivering Silver  (04:36)
07.   In Bleak Misery  (00:46)
08.   A Shining Abyss  (04:55)
09.   Devouring Darkness  (06:06)
10.   A Dying Wish  (07:31)

Durée : 45:34

line up
parution
29 Octobre 2021

voir aussi
Thulcandra
Thulcandra
Under A Frozen Sun

2011 - Napalm Records
  
Thulcandra
Thulcandra
Ascension Lost

2015 - Napalm Records
  
Thulcandra
Thulcandra
Fallen Angel's Dominion

2010 - Napalm Records
  

Essayez aussi
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
Satanic Slaughter
Satanic Slaughter
Banished To The Underworld

2002 - Black Sun Records
  
Prophanity
Prophanity
Stronger Than Steel

1998 - Blackend Records
  
Night Crowned
Night Crowned
Hädanfärd

2021 - Noble Demon
  
Sacramentum
Sacramentum
The Coming Of Chaos

1997 - Century Media Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique