chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
186 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Skepticism - Companion

Chronique

Skepticism Companion
Je le dis et le répète – et m’en excuse en même temps – mais ces derniers temps, je ne chronique que des bijoux ! Même si, par principe, je chronique tout ce que je réserve ou qu’on m’adresse par principe, bon ou mauvais, parfois, les étoiles s’alignent et rien n’est à jeter. C’est au tour de Skepticism de s’avancer vers moi. Tu comprendras ma joie. Comme tant d’autres ces derniers temps, les Paysage d’Hiver, The Flight of Sleipnir, The Ruins of Beverast… Skepticism fait partie de mes groupes favoris, de ces icones d’un style qui ne faillissent pas. Jamais. Comme les grands Mournfull Congregation, Esoteric et Thergothon, Skepticism peut s’enorgueillir d’être la pierre de touche d’un style, le funeral doom, à qui il a donné ses bases comme ses lettres de noblesse. Stormcrowfleet demeure encore aujourd’hui un chef d’œuvre inégalé d’éther, de mystique et de menace mêlés. Plus encore, trouver une faille dans la discographie du combo finlandais tient de l’exploit. Ordeal, peut-être un poil en deçà en raison de son format étrange, reste à un niveau où la concurrence est aussi rare qu’au sommet de l’Everest. Alors, ces 13 années d’interruption, insoutenables même pour le clerc de notaire le plus discipliné, valaient-elles l’attente fébrile ? C’est un oui sans réserve qui doit être apporté à cette question.

Companion se présente à nous dans le format classique et reconnaissable du groupe : 6 titres pour environ 48 minutes de musique et des longueurs moyenne de 8 minutes. Ni trop, ni trop peu.

Situé dans la droite ligne d’Alloy, ce Companion poursuit la (petite) révolution de Skepticism vers des sons tout aussi lourds et mystiques, mais plus clairs, plus lumineux, presque plus organiques et surtout, hyper majestueux et amples. Skepticism, comme le confirme le titre d’ouverture Calla, est un aigle qui plane fièrement au dessus des montagnes, surplombant le commun des mortels. Ce Calla développe tout ce qui fait sa force : la profondeur du son et l’amplitude du propos. La sensation, comme chez Sunn o))), dans une approche évidemment différente, est quasi physique. On ressent les changements de rythme, les cassures et les relances dans son corps, au fond de son estomac. L’expérience, déjà évidente sur les précédents albums, est ici aboutie. L’immersion est remarquable, l’orgue renforçant davantage encore la plongée dans les abysses. Mais, de nouveau, loin d’entraîner l’auditeur dans l’obscurité totale, Companion profite de cette plongée pour lui faire découvrir la beauté des grands fonds.

Comme sur Alloy ou sur les derniers Ahab, The Intertwined par exemple laisse passer la lumière, filtrer les rayons du soleil au milieu des profondeurs noires de l’océan. Lent mais « confortable », pesant mais lumineux, The Intertwined comme The March of the Four dressent le tableau d’un combo dominant, capable de mêler les ténèbres à la clarté sans dénaturer ni l’un, ni l’autre (l’orgue ultra planant sur le départ de The March of the Four par exemple, immédiatement couplé à des guitares lourdes au son étouffé et au retour de l’orgue, ultra solennel et ample à la fois). Profonds, comme toujours, ces morceaux lancent l’album en l’inscrivant dans le glorieux passé du combo (ils rappellent les aspects menaçants de Stormcrowfleet comme ceux, plus ésotériques, de Farmakon, sans omettre les atours majestueux – déjà – d’Alloy), tout en préparant l’avenir et quelques nouveautés.

Dès The March of the Four en effet, les mélodies égrenées à la guitare se font jour (en pont central sur ce titre), très clairement mises en avant, comme les arrangements monumentaux. Passage et The Inevitable jouissent ainsi d’une approche ultra léchée, où l’orgue porte littéralement le premier quand la guitare sèche constitue le cadre thématique même du second en lançant et en terminant le titre. La diversité instrumentale devient la règle, la mélancolie le propos central. Le funeral de Skepticism prend d’autres teintes, plus baroques, plus chargées (sur Passage par exemple, avec son départ comme pris dans la tempête, puis ses aspects plus directs, presque plus death) alors que, par ailleurs, The Inevitable joue davantage sur l’effet de progression et de reptation que sur la lenteur à proprement parler.
Comme si cela ne suffisait pas, Skepticism s’offre le luxe de clôturer son album par une pièce maîtresse : The Swan & The Raven. S’il fallait un titre de synthèse, une conclusion qui résume l’ensemble de leur carrière, ce titre serait celui-là. En 8’21, Skepticism dévoile tout ce qui fait sa grandeur : l’emphase et la majesté ultime des compos, le mélange de menace nocturne et de lumière divine, la profondeur abyssale du son, la science des structures musicales proposées et l’immersion, inégalée dans le style, dans l’univers sonore développé.

Je ne saurais dire si ce nouvel effort du combo finlandais est meilleur ou moins bon que tel autre. A la vérité, il serait peut-être insultant d’entrer dans cette démarche. Companion est, comme tout le reste de la discographie du groupe, un pur bonheur. Il n’est plus fort, ni plus faible que les autres. Il trouve sa place aux côtés du plus récent Alloy dont il prolonge l’évolution, sans jamais oublier ses racines. Companion est une merveilleuse pierre de plus dans l’ouvrage monumental de ces Compagnons du devoir musical.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dark Nico citer
Dark Nico
21/11/2021 18:31
note: 9.5/10
Je suis passé à côté de cette sortie, merci pour le rappel, il est énorme !! happé dès le 1e riff, majestueux et poignant.
Raziel citer
Raziel
09/11/2021 16:59
note: 9/10
ERZEWYN a écrit : L'un des joyaux de l'année, sans aucun doute possible !
Une fois de plus, tu me régales avec cette chronique, Raziel, (double) merci ! Clin d'oeil


Tu en as mis, du temps Sourire
ERZEWYN citer
ERZEWYN
09/11/2021 09:40
L'un des joyaux de l'année, sans aucun doute possible !
Une fois de plus, tu me régales avec cette chronique, Raziel, (double) merci ! Clin d'oeil
Vartruk citer
Vartruk
07/11/2021 15:21
Avec cet album Skepticim assoit sa stature de groupe culte du Funeral Doom, aux côtés de Evoken, Mournful Congregation, et quelques rares autres noms, qui auront peut-être sortis des chefs d'oeuvre (Thergothon, ou Abandon) mais qui n'auront jamais une discographie aussi copieuse et sans réelle faiblesse... perso même le Ordeal me laisse encore sans voix, cet aspect live a ouvert une autre facette du groupe, une invitation à la communion, à la contemplation, mais avec cette étrange impression d'être à plusieurs, face au groupe, alors que vous êtes tout seul dans votre salon...

Impossible également pour moi de savoir si ce Companion est meilleur que les autres ou pas, on a l'impression d'avoir un mélange de tout ce que le groupe sait faire de mieux, mais en même temps Stormcrowfleet reste toujours aussi mystérieux et insaisissable. Je ne sais pas comment vous faites pour chroniquer des albums de cette trempe et encore trouver les mots justes, en tout cas chapeau, et longue vie au Doom!



AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skepticism
Funeral doom
2021 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  9.5/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Skepticism
Skepticism
Funeral doom - 1991 - Finlande
  

tracklist
01.   Calla
02.   The Intertwined
03.   The March of the Four
04.   Passage
05.   The Inevitable
06.   The Swan and the Raven

Durée : 48:08

parution
24 Septembre 2021

voir aussi
Skepticism
Skepticism
Stormcrowfleet

1995 - Red Stream
  

Essayez aussi
Bacterium
Bacterium
Sunt Lacrymae Rerum

2020 - Fuck Yoga Records
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Sui Caedere

2012 - Kaotoxin Records
  
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat

2007 - I Hate Records / 213 Records
  
Sol / Blóðtrú
Sol / Blóðtrú
Old Europa Death Chants (Split-CD)

2010 - Paradigms Recordings
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The Monad of Creation

2005 - Weird Truth Productions
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique