chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
191 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Gates Of Slumber - Suffer No Guilt

Chronique

The Gates Of Slumber Suffer No Guilt
Si The Gates of Slumber aura mis six ans à créer son premier album, le tutélaire et prometteur ...the Awakening, à peine deux ans séparent ce dernier de son successeur.

En un sens, cela se ressent. Suffer No Guilt paraîtra en effet pour quiconque s’y essaye un album rempli de belles choses mais également démoulé un peu trop tôt, dégoulinant hors du plat jusqu’à mettre à l’épreuve les estomacs les plus solides. Soixante-quatorze minutes d’un doom metal empruntant des voies aussi ardues que multiples, tantôt traditionnelles, tantôt plus épiques – voire fricotant avec un heavy metal étonnamment dynamique, les influences de Manilla Road mais aussi Mercyful Fate et Thin Lizzy se montrant plus marquées qu’auparavant –, cela n’est clairement pas pour tout le monde ! Pourtant, là réside sans doute une des plus belles qualités de cet album aussi maladroit que généreux. Une qualité sur laquelle il convient de s’arrêter, tant elle est iconique de ce qui fait la particularité de ce groupe trop souvent assimilé à un cahier des charges respectueux du Vrai Doom Metal.

Soit le même acronyme qu’une Vie De Merde que The Gates of Slumber a toujours côtoyée, allant d’addiction à l’alcool à décès tragiques de ses membres (cf. les disparitions de Jason McCash, J. Clyde Paradis et Iron Bob Fouts, soit un petit cimetière). Rejoignant ainsi les formation de doom laissant croire que l’expression d’une souffrance dans leur musique n’est pas qu’une lubie mais bien celle d’un trop-plein, il l’explore cependant derrière un imaginaire guerrier et horrifique, n’abordant ces thématiques frontalement que dans un The Wretch paraissant toujours aussi testamentaire malgré la reprise d’activité du projet.

Cela laisse un sentiment particulier, entre plongée dans un monde fantasmé où se côtoient horreurs cosmiques, terres de magie noire issues de la dark fantasy, héros barbares et aventureux… et une hypersensibilité où les larmes, l’effondrement de soi, ne paraissent jamais loin. Un peu comme un narrateur qui aurait la voix étranglée en plein conte, The Gates of Slumber joue un doom épique avec un feeling bien à lui, presque blues et étrangement fragile, où la lenteur devient la nécessité de rester tant le risque de partir pour toujours est grand, où les images de grandeur deviennent un baume pour ceux qui n’ont pu vivre que petit et se sont retrouvés écrasés par les grandes bottes de l’existence. Où derrière le maquillage de fierté, de bravoure, on lutte pour ne pas plier le genou, définitivement abattu.

Il y a de cela dans Suffer No Guilt, ces mots gravés sur l’épée du père de Conan sonnant alors bizarrement comme des vœux de libération de sa propre culpabilité face aux condamnations de la vie. Entre l’acclamation de temps sombres (le jouissif « Angel of Death » ou encore « Slay the Weak ») et compositions écroulées où la solennité se pare de mélancolie (« Riders of Doom », autre moment fort de cet album), le groupe semble chanter des temps plus grands que lui avec toute la force dont il dispose. Des temps qui sont rêvés plus que vécus, à l’image des instrumentaux « Gemini » et « The Woe of Kings », leur splendeur surannée et inaccessible. Mais c’est quand la voix de Karl Simon apparaît que ce sentiment est le plus intense, son chant entièrement dédié au doom, moelleux et éraillé, gorgé de vie en même temps qu’usé par elle. Sans doute y-a-t ’il eu de nombreuses critiques envers ses performances, notamment au sujet d’un manque de puissance dans ses vocalises. Ce serait passer au second plan ce groove particulier qui l’habite, à la fois émotionnel et emporté, lui aussi guerrier trop frêle pour un monde trop dur.

On ne peut que ressentir de la tendresse pour ce doom-ci, si classique dans sa forme et si humain dans son fond. Excessif, Suffer No Guilt l’est clairement, dans ces phases ne voulant jamais s’arrêter – le morceau-titre en est un bon exemple, sans oublier évidemment « God Wills It » –, ses longueurs qui deviennent langueur, des appels à s’enfuir dans les livres que l’on dévore, les mythes que l’on s’invente, les paradis et les enfers dans lesquels on se dérobe.

La grâce dans l’échec : voilà sans doute une formule qui pourrait encapsuler ce qui rend chez moi cet album si précieux, en dépit de défauts évidents. Il existe – heureusement ! – beaucoup de disques réussis. Il existe aussi un bon nombre de disques cultes. Suffer No Guilt est un disque qui fait tout pour être tout cela sans y parvenir tout à fait, un disque qui essaye, touche du doigt l’absolu et paraît se morfondre de ne pas le tenir fermement. Il en attrape alors une beauté propre, finalement plus rare...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
11/11/2021 16:15
Merci ! À toi de jouer pour la suite, hâte de lire ça Clin d'oeil
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
11/11/2021 10:23
Très belle chronique qui rend hommage à un excellent album de la part du trio. Évidemment, ce n'est pas aussi simple d'accès que chez d'autres, mais l'on a ici un groupe de Doom Metal qui a compris que ce genre était dérivé du Heavy Metal et l'on retrouve de grosses lampées de ce metal virile, - cf la pochette et les influences littéraires de Karl Simon -, qui donnent toute cette saveur particulière à ce groupe. La production est un peu rêche mais sied tellement au son du groupe. Et effectivement, Karl Simon n'est pas forcément le meilleur chanteur en terme de Doom Metal mais il a un timbre assez particulier, comme le décrit très bien mon illustre collègue, et il a surtout une certaine conviction dans son chant. Par contre, niveau jeu de guitare, c'est du grand Art, avec tout ce que j'aime justement. Il a un excellent feeling sur chacun de ses soli. Et puis des titres mythiques, il y en a à la pelle sur cet album: Angel of Death, Suffer No Guilt, Riders of Doom et God Wills It me concernant. Je garde d'ailleurs un souvenir marquant de leur première partie sur la tournée d'adieux de Révérend Bizarre notamment avec le titre Suffer No Guilt où les coups de batterie sur le couplet faisaient résonner tout le Batofar. Épique et mythique à la fois. Je crois que ça résume bien cet album. Bref, pour en revenir à une discussion du forum, en matière de Doom Metal virile, l'on n'a pas meilleure illustration.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Gates Of Slumber
Traditional Doom Metal
2006 - I Hate Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
The Gates Of Slumber
The Gates Of Slumber
Traditional Doom Metal - 1998 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Angel of Death  (05:33)
02.   Suffer No Guilt  (14:06)
03.   Gemini  (01:54)
04.   Riders of Doom  (12:12)
05.   Slay the Weak  (03:49)
06.   Wyrmwood  (03:22)
07.   Dweller in the Deep  (07:07)
08.   Children of the Night  (01:31)
09.   God Wills It  (20:22)
10.   The Woe of Kings  (04:37)

Durée : 74:33

line up
voir aussi
The Gates Of Slumber
The Gates Of Slumber
...the Awakening

2004 - Final Chapter Records
  
The Gates Of Slumber
The Gates Of Slumber
The Wretch

2011 - Rise Above Records
  

Essayez aussi
The Wizar'd
The Wizar'd
Infernal Wizardry

2008 - Rusty Axe Records
  
Pilgrim
Pilgrim
Misery Wizard

2012 - Metal Blade Records
  
Pilgrim
Pilgrim
II: Void Worship

2014 - Metal Blade Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique