chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
191 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Opium Warlords - We Meditate Under the Pussy in the Sky

Chronique

Opium Warlords We Meditate Under the Pussy in the Sky
Ceux qui ont lu mes précédentes chroniques d’Opium Warlords le savent : je suis fasciné par les œuvres de Sami Hynninen.

Mais cela ne veut pas dire que j’adhère à chacune de ses créations. Admiratif, j’ai pu me sentir plus d’une fois perdu par ses délires. S’il serait fastidieux de faire ici une liste exhaustive de mes avis sur ses différents projets – allant de déceptions avec The Puritan ou The Candles Burning Blue à des approbations tout de même interrogatives avec Tähtiportti –, j’ai heureusement assez trouvé mon compte dans ses réalisations pour continuer à scruter fiévreusement la moindre de ses apparitions, un Azrael Rising ou Spiritus Mortis venant de temps à autre me conforter au sujet du génie du Monsieur.

Pourtant, il faut bien dire que je ne comprends pas ce second album d’Opium Warlords, succédant au génial Live at Colonia Dignidad. Bien sûr, Sami reste maître de ce qui paraît sous ce nom et, bien sûr, il a déjà montré le long de sa discographie son goût pour les déviations inattendues, allant du grindcore au néofolk. Mais il créé ici une rupture où il manque un fil rouge, une ambiance, pour m’emporter totalement.

Car We Meditate Under the Pussy in the Sky est bien trop fourre-tout. Entre influences marquées par le rock / folk expérimental (« Slippy », pièce centrale où la désorientation culmine), emprunts au black metal ou encore répétitions drone / doom touchant à la noise méditative (« Sxi-Meru »), il y a de quoi se perdre si la sensation d’une cohérence à laquelle s’accrocher est absente. Et c’est bien cette absence qui m’empêche d’entrer pleinement dans ces trente-cinq minutes malgré d’indéniables qualités (dont celle, soyons honnête, de ne pas s’éterniser).

« You are able to sense new forms of beauty which deviate from the traditional » peut-on lire dans le livret de We Meditate Under the Pussy in the Sky. Cela est clairement le cas ici, certains moments parvenant à toucher de leurs doigts difformes une mélancolie et une folie douce-amère laissant penser qu’il y a plus dans ce disque que de simples lubies mal digérées. Je pense par exemple à la deuxième partie de l’album, où les origines doom d’Opium Warlords reprennent leurs droits, naviguant dans des eaux entre drone (« Lament for the Builders of Khara Khoto »), funeral et évocations de Reverend Bizarre (palpables sur le début de « This Wind Is a Gift From a Distant Friend »). Des instants étrangement relaxants, spirituels, faisant regretter davantage qu’ils ne soient pas plus présents, la tristesse de « Satan Knew My Secret Heart » offrant une porte de sortie alors que débute à peine le sentiment de faire corps avec cette musique.

Inutile de s’appesantir outre-mesure sur cet album, à la fois intrus et important dans la discographie d’Opium Warlords mais trop dispersé pour être marquant. En effet, si Sami Hynninen reviendra par la suite à des choses plus traditionnelles avec le réussi Taste My Sword of Understanding, ce qui est abordé ici infusera sur les œuvres suivantes, ses traces pouvant se trouver dans Droner ou encore Nembutal. Une curiosité, à conseiller uniquement à ceux qui, comme moi, ont été piqués par le projet et apprécient en écouter les différentes allitérations.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Opium Warlords
Experimental Rock / Folk / Black / Drone / Doom Metal
2012 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  5.63/10

plus d'infos sur
Opium Warlords
Opium Warlords
Doom Metal - 2004 - Finlande
  

tracklist
01.   Sxi-Meru  (4:46)
02.   Slippy  (12:16)
03.   Lament for the Builders of Khara Khoto  (5:47)
04.   This Wind Is a Gift From a Distant Friend  (7:25)
05.   Satan Knew My Secret Heart  (5:01)

Durée : 35:15

line up
parution
30 Novembre 2012

voir aussi
Opium Warlords
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad

2009 - Cobra Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Droner

2017 - Svart Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Taste My Sword Of Understanding

2014 - Svart Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Nembutal

2020 - Svart Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique