chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
197 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Evoken - Embrace the Emptiness

Chronique

Evoken Embrace the Emptiness
Ainsi débute la discographie majeure de ce groupe majeur du funeral doom qu’est Evoken – peut-être bien celui qui, en terme de constance et de longévité, mérite le trône de ce genre si particulier. Une formation qui aura mis du temps à se construire, dont l’histoire emprunte des chemins lents et tortueux comme la bande finira par en composer, trouvant ses racines en 1992 quand le guitariste Nick Orlando et le bassiste Rob Robichaud fondèrent Funereus. Par la suite rejoint par le batteur Vince Verkay et le chanteur John Paradiso puis le bassiste Bill Manley suite au départ de Rob Robichaud (Bill Manley finira également par quitter le projet, Steve Moran le remplaçant en 1996), Nick Orlando et ce line-up stabilisé décide de changer de nom après un court instant sous le patronyme de Asmodeus pour finalement faire honneur à Thergothon en reprenant un titre de sa première démo (Fhtagn-nagh Yog-Sothoth). Evoken est alors né, solidifiant ses fondations après la démo culte Shades of Night Descending avec l’arrivée d’un certain Dario Derna au poste de claviériste (Infester, Drawn and Quartered, Funebrarum ou encore Ritual Chamber).

Ce jeu de chaises musicales qui précède l’arrivée de ce premier longue-durée n’est pas là que pour rendre compte d’une petite heure de mise en forme de recherches sur metal archives : il marque aussi une passion indéniable à concrétiser ce projet, malgré une naissance qui – on l’imagine – a dû décourager plus d’une fois. Pourtant, c’est bien cette adulation d’un funeral doom qui transpire sur Embrace the Emptiness. Un funeral doom qui avait alors à trouver ses repères, son territoire déjà défriché par Thergothon, Funeral, Esoteric, Skepticism ou les débuts de Mournful Congregation n’ayant encore pas de limites claires. Une exploration que Evoken va poursuivre.

En effet, ce qui marque durant ce retour aux origines après des écoutes nombreuses des œuvres ultérieures des Ricains est à quel point Embrace the Emptiness contient, en gestation, l’ensemble d’une discographie extrêmement nuancée malgré un style reconnaissable entre mille. Entre l’allure glaciale et sombre du funeral doom et la malveillance du death / doom, une variété d’ambiances se dessine, sans chercher l’extrémisme à tout prix comme cela sera – malheureusement – trop perçu comme essentiel dans le style par la suite. Non, ici ne se trouve pas un amour irraisonné pour la lenteur, des accélérations pouvant même se remarquer sur « Ascend into the Maelstrom » et « Curse the Sunrise » par exemple (brèves, mais prenantes) ainsi qu’une sophistication dans les mélodies apportées par certaines leads et le travail de Dario Derna renvoyant à un romantisme presque anglais (on pourra penser au My Dying Bride des débuts sur « Tragedy Eternal » ou « Lost Kingdom of Darkness »). Une musique qui ne cherche pas le tempo négatif donc, tout en prenant solidement au col par une sensation de radicalité que le temps n’a pas entamée.

Car au-delà des questions de lenteur, lourdeur, noirceur, Embrace the Emptiness montre, comme d’autres œuvres de cette époque toujours pertinentes malgré les perfectionnements futurs, que l’important n’est pas dans un « toujours plus » mais une certaine magie transmettant sur l’ensemble une aura propre. Une aura que possède indéniablement Evoken ici, faisant sienne une mélancolie parfois douce (« To Sleep Eternally », où John Paradiso s’essaye à un chant éploré), souvent âpre (tel que le début de « Lost Kingdom of Darkness »), séduisante dans sa beauté morbide (une chose que le successeur Quietus développera davantage, mais déjà abordée sur, entre autres, « Chime the Centuries End » ou « Curse the Sunrise »). Tout ce qui fait l’étrangeté du groupe est donc présent, à commencer par ce contraste entre des guitares au son cru et des arrangements cristallins, ces sensations à la fois féroces et apaisantes ainsi que la voix de John Paradiso qui, pourtant, se montre plus versatile que par la suite, moins monocorde et plus humaine.

Là réside la particularité de Embrace the Emptiness sur ce qui lui succédera, au-delà de son caractère fondateur d’une discographie sans pareille. Déjà solennel, Evoken montre une facette plus variée que ce qu’il créera par la suite, une facette attristée, dédiée à la mort mais aussi prise dans les tourments qui la précède (il est d’ailleurs intéressant de constater que les Ricains reviendront à ce type d’ambiances bien des années plus tard, avec Atra Mors). Cela fait de cet album une œuvre moins marquante que Quietus et Antithesis of Light – où Evoken personnifiera alors la Faucheuse, son temple et ses labyrinthes – mais lui donne une place à part, daté qu'il est dans sa manière de figurer les affres avant le trépas (ces claviers délicieusement surannés) et cependant intemporel. Quoiqu’il en soit, Embrace the Emptiness est un album indispensable, comme toute les réalisations du groupe dans sa période où Nick Orlando officiait en son sein, et une belle porte d’entrée vers cette île des morts que je ne me lasserai jamais d’explorer.

Artwork de la réédition par Solitude Productions


DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
16/11/2021 14:15
Belle chronique pour un album que j'ai longtemps boudé (la faute à la découverte du groupe avec Quietus, sans doute) mais qui s'avère tout autant indispensable que (presque) toute la disco (oui j'ai un problème avec Hypnagogia j'avoue...)

Ce premier album restera certes un cran en dessous des chefs d'oeuvres suivant, mais il pose, ou plutôt impose, les bases du genre, derrière ces claviers glaçants, cette voix sépulcrale, le peu de variation de rythme et l'apparente simplicité de certaines mélodies, se dessine doucement mais surement, cette ambiance mortuaire si envoutante qui caractérise le Funeral Doom.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evoken
Funeral Doom / Death Metal
1998 - Elegy Records
2006 - Solitude Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6.25/10

plus d'infos sur
Evoken
Evoken
Doom/Death Atmosphérique - 1994 - Etats-Unis
  

formats
  • CD / 2006 - Solitude Productions

tracklist
01.   Intro  (03:22)
02.   Tragedy Eternal  (09:52)
03.   Chime the Centuries End  (09:45)
04.   Lost Kingdom of Darkness  (11:52)
05.   Ascend into the Maelstrom  (09:53)
06.   To Sleep Eternally  (12:49)
07.   Curse the Sunrise  (12:57)

Durée : 70:30

line up
voir aussi
Evoken
Evoken
A Caress Of The Void

2007 - I Hate Records
  
Evoken
Evoken
Hypnagogia

2018 - Profound Lore Records
  
Evoken
Evoken
Quietus

2001 - Avantgarde Music
  
Evoken
Evoken
Antithesis of Light

2005 - Avantgarde Music
  
Evoken
Evoken
Atra Mors

2012 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Tyranny
Tyranny
Aeons in Tectonic Interment

2015 - Dark Descent Records
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The June Frost

2009 - Weird Truth Productions
  
Wreck of the Hesperus
Wreck of the Hesperus
Light Rotting Out

2011 - Aesthetic Death
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The Monad of Creation

2005 - Weird Truth Productions
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Canto III

2013 - Kaotoxin Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique