chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Massacre - Resurgence

Chronique

Massacre Resurgence
Depuis la sortie du mythique « From Beyond » il y’a déjà trente ans l’existence de MASSACRE a été jalonnée d’un grand nombre de bas mais hélas de très peu de hauts, la faute notamment à nombre de mouvements de personnel ainsi (et surtout) qu’à l’ambiance détestable en interne entre Kam Lee et Rick Rozz qui n’ont cessé de se faire la gueule depuis de nombreuses années, et d’enchaîner des allers-retours au tribunal concernant la propriété du nom du groupe. Tout cela a eu pour conséquence d’offrir des longues périodes de silence et d’inactivité jalonnées de reformations opportunistes et de disques insipides, qui ont fini de faire pâlir l’aura du combo de façon plus ou moins prononcée. Si on ne va pas revenir sur le cas du pathétique « Promise », le mitigé « Back From Beyond » confirmait que la bande semblait vraiment en bout de course tant l’absence de son chanteur historique se faisait sentir, tout comme la perte d’inspiration du guitariste qui se contentait de reprendre les mêmes éléments qu’à l’époque du génial « Leprosy »… l’inspiration en moins. Heureusement depuis les choses semblent être rentrées dans l’ordre car la dénomination de l’entité revient désormais officiellement à son frontman qui a réactivé la machine sans son compère, mais avec le bassiste originel et des vieux briscards de la scène extrême aux curriculum-vitae longs comme le bras.

Même si ce line-up n’ira pas plus loin que le chemin du studio force est de constater que l’apport de cette nouvelle session rythmique a fière allure, vu qu’on y retrouve notamment le frappeur Brynjar Helgetun (GODS FORSAKEN, JOHANSSON & SPECKMANN…) et aux six-cordes Scott Fairfax (MEMORIAM), Jonny Pettersson (BERZEKER LEGION, GODS FORSAKEN…) et le toujours surbooké Rogga Johansson. Et le moins que l’on puisse dire c’est que leur arrivée va faire le plus grand bien à une ancienne gloire dont on n’attendait plus rien, vu que l’annonce de ce nouveau long-format est passée quasiment inaperçue tant on pensait logiquement avoir droit encore une fois à une purge inutile et qui sature le marché. Pourtant dès que l’introduction se termine on est totalement surpris par la qualité de « Eldritch Prophecy » qui nous renvoie aux grandes heures de l’ancien quatuor en compagnie de Terry Butler et Bill Andrews, de par un son délicieusement rétro et une vitesse constante jouée de façon quasi-permanente et au groove indéniable, qui donne instantanément envie de remuer la tête. Misant encore et toujours sur la simplicité d’écriture le sextet ne va pas s’encombrer d’effets inutiles et continuer à miser sur la fibre nostalgique, tout en y ajoutant un soupçon de modernité afin que tout cela ne sente pas la naphtaline, et ce premier morceau en est un exemple parfait tant ces accents Punk font mouche parfaitement. Si « Ruins Of R’Lyeh » va se montrer moins accrocheur de par un côté pantouflard dommageable et une longueur excessive, le reste de cette galette va rester constamment d’un très bon niveau notamment en ne s’éternisant pas en longueur vu que plus on va avancer dans l’écoute et plus ça va se raccourcir, pour un bonheur auditif constant.

Car bien que la suite soit globalement semblable au niveau de l’écriture comme de l’inspiration celle-ci va se montrer hyper accrocheuse et efficace sans jamais y perdre en homogénéité, un piège où il est facile de tomber tant la redondance arrive vite dans ce genre musical si rudimentaire. Pourtant quand on écoute les redoutables et sobres « Innsmouth Strain », « Book Of The Dead », « Into The Far -Off Void » et le plus primitif « Return Of The Corpse Grinder » (qui nous renvoie illico en 1991), on est de suite happé par la fluidité et la rapidité qui se dégage de tout cela tant c’est bourré d’énergie et porté par le sens du riff des cordistes qui fait toute la différence. D’ailleurs il faut saluer leur fluidité que ce soit sur les parties rythmiques comme sur les nombreux solos signés du Britannique, ceux-ci amenant un vrai plus sans pour autant reprendre les hennissements constants de son prédécesseur et ce bien que ça soit dans sa droite ligne. Mais heureusement les gars passent aussi fort bien le cap de l’alternance rythmique vu qu’ils ne se contentent pas de jouer en permanence sur une certaine radicalité et explosivité, à l’instar de « Whisperer In Darkness » qui n’hésite pas à lever le pied en ralentissant franchement l’allure sans que cela ne nuise à l’attractivité générale qui reste cohérente, tout en voyant l’apport d’une légère finesse. En effet ici on y trouve l’ajout d’une certaine mélodie forte agréable qui ne fait absolument pas tâche avec le reste, constat partagé quand ça se fait plus sombre et obscur via le très bon « Servants Of Discord » qui s’éloigne un peu des terrains balisés sans pour autant y renoncer complètement.

Du coup on aura compris qu’on est en présence d’une véritable surprise totalement inattendue et qui déboule de nulle part, tant ce retour en force était totalement inespéré mais fait franchement plaisir à entendre. Avec en plus un leader particulièrement en forme vocalement et ses compagnons de jeu au diapason la formation floridienne signe le come-back de l’année, avec du bon son qui défoule comme il faut et mené tambour battant. Et même si tout cela ne fera pas sauter au plafond en permanence (à cause toujours d’un côté interchangeable d’une plage à l’autre), il est évident que cela suffira amplement à combler les fans de Death old-school qui trouveront de quoi taper du pied et remuer la tête durant un bon moment. A voir désormais si cela signe un retour définitif aux affaires ou s’il s’agit juste d’un feu de paille, mais vu la seconde jeunesse actuelle du vieux briscard derrière son micro il y’a de bonnes chances pour que cela perdure dans le futur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Cujo citer
Cujo
29/11/2021 14:50
note: 7.5/10
Très chouette album, bien meilleur que le précédent. Kam Lee est très en voix, les compos buttent bien avec un esprit logiquement old school, ce est pas l'album de l'année mais il y a largement de quoi prendre son pied (comme le dernier BENEDICTION, a quand la chronique ?).
Deathrash citer
Deathrash
18/11/2021 14:11
Ce groupe est fascinant de par ses problèmes de Line up ainsi que par son nombre de split et de reformation, et plus récemment de changements de nom. allez faire un tour sur Metal Archives, c'est à pisser de rire.
Rick Rozz et Kam Lee qui s'embrouillent et se rabibochent avant que ça pète de nouveau. Ils ont même rejoué ensemble en 2019. Bref, c'est le bordel.

J'étais assez dubitatif en apprenant le retour du groupe avec Kam Lee, ce mec est passionné, mais il enchaîne les projets assez foireux quand même, beaucoup de trucs à la Xtreem music récent en terme de qualité.

Mais non, ce dernier Massacre est bon, et Kam Lee y est ultra charismatique.
Les compos sont simples mais accrocheuses, résolument old school bien sûr. Et je trouve que c'est lui qui mène la barque. J'adore son growl, avec le petit clin d'oeil à From Beyond sur Eldritch Prophecy "I said again : hooeeeyyyy".
Une de mes sorties préfèré de l'année.

Et Rdv en 2029 pour un autre album avec un autre line up.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Massacre
Death Old-School
2021 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (4)  7.83/10

plus d'infos sur
Massacre
Massacre
Death Old-School - 1984 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Eldritch Prophecy
02.   Ruins Of R’lyeh
03.   The Innsmouth Strain
04.   Whisperer In Darkness
05.   Book Of The Dead
06.   Into The Far-Off Void
07.   Servants Of Discord
08.   Fate Of The Elder Gods
09.   Spawn Of The Succubus
10.   Return Of The Corpse Grinder

Durée : 40 minutes

line up
parution
22 Octobre 2021

voir aussi
Massacre
Massacre
Back From Beyond

2014 - Century Media Records
  
Massacre
Massacre
From Beyond

1991 - Earache Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique