chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unholy - Rapture

Chronique

Unholy Rapture
1994. Après la sortie de The Second Ring of Power, Unholy commence à avoir une certaine reconnaissance de la part de la scène internationale. Impossible pour les Finlandais de profiter pleinement de ce début de succès, ces derniers connaissant différents problèmes les empêchant d’effectuer des tournées (ils joueront principalement dans leur pays). Le plus gros souci se situe au sein même du groupe, Jarkko Toivonen plongeant dans des problèmes d’addiction rendant les concerts difficiles à réaliser. Des différences de points de vue sur la suite à donner à leur deuxième album ainsi qu’une attitude de rockstar de la part de certains membres finissent d’entamer la volonté du quatuor de poursuivre l’aventure ensemble. Unholy meurt alors une première fois, chacun allant vers différents projets.

1996. Ismo Toivonen et Jan Kuhanen se retrouvent à l’occasion d’un été alcoolisé à Imatra, leur ville d’origine. Fort de leurs expériences dans différents groupes, ils décident de répéter de nouveau ensemble, Pasi Äijö les rejoignant peu de temps après. Le trio décide de ne plus continuer avec Jarkko (à l’époque vu comme un membre gangrené à enlever pour sauver le corps, comme le rapporte Ismo dans une biographie parue au sein de la compilation Demo 11.90 / Procession of Black Doom) et se base sur des compositions créées durant ce hiatus pour débuter la création de ce qui donnera en 1998 Rapture, troisième album de Unholy mais aussi renaissance.

L’histoire a ici son importance, tant cette nouvelle œuvre paraît bien différente de ses prédécesseuses. Après deux réalisations aujourd’hui cultes, conservant malgré les années une folie qui finira par définir toute une scène finlandaise, Unholy revient avec soixante-huit minutes paraissant plus maîtrisées, homogènes… et d’apparence plus fades. Nouveau fonctionnement, nouvelle méthode de composer : l’apprentissage des erreurs précédentes donne un résultat plus progressif dans ses déroulés autrefois chaotiques, un ensemble plus fluide, le groupe réfléchissant désormais en terme de « morceaux » et non plus de « riffs » – ce qui peut expliquer une part de la bizarrerie de la première mouture de la formation – lors de ses jams entre trois personnes se connaissant bien et ayant appris de leurs mésaventures.

Cela est presque plus déroutant pour l’amateur de From the Shadows et The Second Ring of Power que les découvertes de ces derniers. Unholy, ce fou à la réputation d’expérimentateur et de fondateur, devient alors plus austère, plus conformiste ? Bien sûr, cela est bien plus complexe, l’écoute obstinée et fascinée expliquant au fur et à mesure l’obsession qui se développe pour Rapture malgré les déceptions préalables. « From all Unholy’s records, this one is the most agonizing and raw, dribbling hate and nihilism from every track » déclare Jan dans la biographie déjà-citée et – même si une production plus professionnelle qu’autrefois laisse penser que From the Shadows reste l’œuvre la plus crue des Finlandais – il y a ici une part de ce qui finit par nous emporter sur ce disque. Au-delà de ces pistes surprenantes (l’annonciateur « Into Cold Light » ; « Unzeitgeist » où Unholy étonne plus que jamais par ses emprunts au jazz et au rock), c’est bien ce climat froid et cependant lumineux, ce bleu glacial et qui traverse les vêtements jusqu’à la peau, qui transperce et laisse éteint. Une ambiance congelée où l’on contemple d’un regard vitreux le délitement des choses qui nous entourent.

Comme voir le monde à travers le regard d’une Laura Palmer sortie des eaux – je trouve d’ailleurs un peu de l’élégance déchue de Badalamenti dans ces claviers aussi kitsch que frigorifiés, voire dans ces guitares acoustiques (la pièce-maîtresse « Wunderwerck ») –, on erre dans une atmosphère d’égarement aussi douce que mordante, s’affichant non plus avec l’irrévérence des prédécesseurs mais une certaine tranquillité trompeuse. La voix toujours aussi prenante de Pasi, délicieuse dans ses grumeaux qui débordent à chaque fin de note, guide alors au sein de ce marasme liquide personnifié par des titres à classer parmi les plus hostiles écrits par Unholy (le funéraire « Wretched » ou encore « Petrified Spirits »). Mais c’est lorsque la sourdine est mise la majeure partie du temps que cette sensation de se noyer dans une banquise intérieure est la plus forte (« Wunderwerck » et « Deluge »).

L’album souffre cependant d’une construction éparse, symptomatique d’un retour aux affaires balbutiant dans ses origines bien que contrôlé par la suite. Ainsi, Unholy paraît rechercher son pouls lors d’instants presque trop perchés (le problématique « Unzeitgeist », aussi réussi que frôlant le hors-sujet) ou d’expérimentations qui trouveront leur pleine réalisation plus tard (« For the Unknown One » préfigurant l’ultime Gracefallen). Ce qui fait, étrangement, de Rapture le longue-durée le plus difficile d’accès des Finlandais, aussi facile d’écoute de prime abord que perturbant. Le souvenir qu’il laisse est par contre un signe de son excellence, tant il nous suspend, immobiles, au bord d’un autre monde longtemps après sa fin. Un monde mort et pourtant étincelant, qui éclatera de toute sa majesté un an plus tard.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
21/11/2021 10:39
Belle chronique !
J'avoue avoir été déçue lors de la première écoute, étant fan des deux premiers. Ce n'est que quelques années plus tard que j'avais pu apprécier à sa juste valeur cet album (et le suivant).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unholy
Death / Doom Metal avant-gardiste
1998 - Avantgarde Music
2011 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.5/10

plus d'infos sur
Unholy
Unholy
Death / Doom Metal avant-gardiste - 1990 † 2012 - Finlande
  

formats
  • CD / 1998 - Avantgarde Music
  • CD / 2011 - Peaceville Records (Réédition avec deux titres live en bonus)

tracklist
01.   Into Cold Light  (05:41)
02.   Petrified Spirits  (05:54)
03.   For the Unknown One  (10:21)
04.   Wunderwerck  (15:01)
05.   After God  (06:47)
06.   Unzeitgeist  (03:05)
07.   Wretched  (11:02)
08.   Deluge  (09:50)

Durée : 77:41

line up
parution
25 Février 1998

voir aussi
Unholy
Unholy
The Second Ring of Power

1994 - Avantgarde Music
  
Unholy
Unholy
From the Shadows

1993 - Lethal Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique